Une question de physique ?

Elle est tombée sur Tom Hanks, ça aurait pu être pire !

Suite de mes tribulations sur le site de rencontres eDarling

Me voilà donc devant 19 profils compatibles…  Moi qui pensais avoir un mal fou à choisir parmi des centaines d’hommes, je suis un peu déçue !

Je ne vais pas me laisser abattre et me voilà donc à faire défiler les profils proposés. Et bien sûr, je ne vais pas mentir ce que je regarde en premier c’est la photo du profil.

Car c’est le problème des sites de rencontres, ça se passe à l’envers. Je m’explique : Lorsque je rencontre un homme dans une soirée, un bar, peu importe, je vais bien sûr le regarder  physiquement d’abord mais je vais aussi être séduite par ce qu’il va me dire, son humour, son esprit (s’il en a !)… Et ça supplante bien souvent  le physique. D’autant plus que je suis bien plus séduite par le charme et l’humour que par les belles gueules.

Or, sur les sites de rencontres, je bloque facilement sur le physique. Je n’ai pas envie d’aller au-delà si la photo ne me plaît pas.  Le moindre petit « défaut » devient rédhibitoire.

Mais si ça se trouve ces mecs auraient carrément pu me plaire dans une autre situation, mais là, non. J’ai envie d’être attirée par le package complet ce que je n’arrive pas à trouver sur le site. Une photo, une mini description, quelques intérêts… Peut-on vraiment être séduite de cette façon ?

Et puis la gestuelle, la façon de se tenir, c’est important dans le jeu de la séduction or, c’est quasi impossible à déceler sur des photos statiques.

Et puis les poses…  Faut qu’on parle un peu de ces poses ! Au-delà du physique, je délaisse systématiquement les hommes qui posent torses nus (ou pire la chemise bien trop ouverte pour que ce soit naturel), ceux qui posent à côté de leur ancienne copine (coupée au montage), qui font la gueule (vous êtes là pour séduire ?).

Trop exigeante ? Sans aucun doute mais ne serait-ce pas plutôt une « excuse » pour rejeter ce type de rencontre ?

 

 

Line Coaching un mois après

Résistera, résistera pas ?

Voici un mois que je pratique, ou tente de pratiquer, la méthode Zermati via le site line Coaching. Un premier bilan s’impose.

Commençons par le site en lui-même. Il est intuitif et bien travaillé malgré les illustrations que je trouve un peu simplistes. Il est facile de contacter un coach, formé à la méthode, ou de poser ses questions directement aux docteurs Zermati / Apfeldorfer lors des chats hebdomadaires même lorsque l’on ne peut y assister au jour dit.

Cependant, ce qui m’ennuie fortement c’est le fait de devoir valider différentes étapes pour passer à la suivante. Je m’explique : les premières semaines sont centrées sur la pleine conscience (méthode de respiration pour aider à mieux percevoir nos sensations alimentaires) et l’apprentissage de la dégustation.

Ces deux points sont la base de cette méthode car pour pouvoir manger sereinement il faut savoir reconnaitre sa faim, prendre son temps, déguster, ne plus se laisser perturber par son environnement ou ses émotions. Mais force est de constater que pour moi ça ne fonctionne pas, je n’y arrive pas. Impossible de prendre le temps de déguster quoique ce soit lorsque j’ai juste envie d’engloutir, impossible de pratiquer la pleine conscience sans faire ressortir toutes mes angoisses ; en 10 minutes, me viennent tout un tas de pensées mais aucune n’a de rapport avec ma respiration. Oui, la pleine conscience m’ennuie, m’angoisse et je n’ai pas envie de me forcer, je sais, c’est mal.

J’aurais donc préféré commencer, pour ma part, par l’analyse des émotions qui me font manger. En effet, c’est là que le bât blesse avec une technique de suivi sur internet plutôt qu’une bonne vieille consultation : les besoins individuels ne peuvent être pris en compte.

Du coup, je fais les exercices demandés sans aucune grande conviction, je culpabilise à mort de ne pas y arriver, de ne pas me faire assez violence et souhaite ardemment en finir avec ces étapes pour apprendre, enfin, à comprendre puis à gérer les émotions qui me font bâfrer, en espérant que le programme va m’y mener. Car je pense sincèrement que tant qu’on ne travaille pas sur la cause de notre dérèglement alimentaire, aucun régime, aucun anneau gastrique, aucune méthode ne pourra venir à bout de nos problèmes. Perdez vos kilos, les troubles restent.

Je vais tout de même aborder quelques points positifs, toujours personnels : j’arrive et c’est déjà pas mal me direz-vous, à ne pas prendre de petit déjeuner lorsque je n’ai pas faim. C’est-à-dire pratiquement tous les matins vu ce que j’engloutis le soir… J’arrive également à  moins manger en dehors des repas. Bon point pour moi qui ne cessais de grignoter à longueur de journée.

Plus j’avance dans le programme plus la constatation que mon corps et moi on n’est plus copains du tout se fait cruellement sentir. Je ne le reconnais plus, il ne m’appartient plus. Il me faudra sans doute plus que 3 mois de suivi sur internet pour me retrouver et comprendre ce qui cloche en profondeur dans ma relation avec la nourriture.