L’amour encore

L’amour encore

Suite à une discussion très sérieuse avec un ami proche, je me suis vraiment demandé si je ne vivais pas encore dans le monde des bisounours de l’amour.

Il m’expliquait en effet, que l’amour le rendait un peu « fou », qu’il en avait trop souffert et qu’il préférait vivre une relation « sereine » avec une jeune femme que certes il n’aime pas d’amour mais avec laquelle il est très complice.

Alors, doit-on, après un certain nombre de relations amoureuses plus ou moins foireuses, faire le deuil du sentiment amoureux pour se contenter d’une relation avec une personne pour qui on ressent « juste » de la tendresse, de l’amitié, voire un certain attachement ?

En bref, vaut-il mieux sortir avec un(e) bon(ne) ami(e) que de continuer à rechercher le grand amour ?

Vous m’auriez posé la question il y a encore peu et j’aurais bondi : bien évidemment qu’il faut attendre le grand amour, je ne vais pas me mettre avec un mec uniquement pour ne pas être seule !

Je bondis encore mais je suis plus modérée car je comprends maintenant que le sentiment amoureux peut en effrayer plus d’un.

Mais pourquoi cette peur ? Parce que l’amour nous bouleverse, que nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes, que nos certitudes volent en éclats, que nous sommes tout entier tourné vers une personne ? Et surtout parce que nous avons déjà souffert ?

C’est vrai que ça peut parfois donner le vertige. Mais en écrivant tout cela, je ne peux que rester sur mes positions : que c’est bon d’être amoureux.

Alors bien que cette conversation m’ait fait réfléchir et qu’elle continue de me trotter dans la tête, je ne me vois pas (du moins, pas encore !) me mettre en couple avec une personne pour laquelle je n’aurais pas de vrai sentiment amoureux.

Je crois que je m’en voudrais. Que je ne me sentirai pas légitime. Qu’au fond de moi je n’arriverais pas à me  « contenter » de cette situation. J’en veux plus. Je veux des papillons dans le ventre, je veux être bouleversée, je veux croire qu’il y a une personne pour moi et qu’aucune autre ne pourra la remplacer.

Est-ce que je vis dans un monde irréaliste pour autant ? Je ne pense pas. Je sais que l’amour change. Qu’on n’aime pas à 20 ans comme on aime à 40. Mais l’amour est là. Et l’amour aucun sentiment ne peut le remplacer dans un couple.

Je pourrais être avec quelqu’un, ne plus supporter la solitude quand elle fait mal, retrouver le soir une personne à qui parler, faire plus de trucs le week-end. Et tant pis si je ne l’aime pas vraiment. Il est sympa après tout, je ne souffrirai plus des affres de la passion…

Oui, j’aurais pu prendre cette décision de me mettre en couple car c’est la norme. Car ce n’est pas bien vu d’être seule à mon âge. Car ce serait chouette de dire « nous ».

Mais non. Si je suis seule aujourd’hui c’est que je n’ai pas encore rencontré celui qui me renverse. Celui qui sort du lot. Celui qui est certes un ami mais bien plus encore. Celui avec qui je souhaite prendre des risques et tant pis si je fonce droit dans un mur.

Alors oui, j’avoue : je suis sans doute trop fleur bleue mais je n’arrive pas à changer au fond de moi : je veux le grand amour !

Que celui qui n’en rêve plus au fond de lui me jette le premier stylo !