Qualité vs Quantité

568dc7e37e6d563c4fe5c45ae2c5b64e

Il semblerait que j’ai fait de gros progrès sur la méthode Zermati dixit mon médecin. Mais voilà, il y a toujours un truc qui coince, sinon ce serait trop facile : je n’arrive pas à moins manger.

Enfin, si. La semaine, lorsque je suis cadrée par les horaires de boulot, j’arrive à manger moins sans problème. Le week-end par contre, rien ne va plus… Crises d’hyperphagie, faim pas faim je m’en fous, bref c’est la cata alimentaire !

J’en viens même à redouter le week-end et les jours fériés du mois de Mai qui approchent !

Quand je vois ce dont j’ai réellement besoin pour être rassasiée, c’est assez perturbant de penser aux quantités astronomiques englouties ces dernières années. Il est difficile de me dire que désormais je n’ai plus besoin de tout ça, que je dois me détacher de la nourriture et la remettre à sa place.

Pas évident de modifier ses habitudes même lorsque c’est pour votre bien. Je sais que si j’arrive à franchir ce cap, manger moins deviendra automatique. Mais cela prend du temps et il ne faut pas décrocher…

En attendant, je tente de trouver des astuces à mettre en place pour m’y aider :

–          Prendre des photos de mes repas…

Photos très peu intéressantes mais nécessaires pour me rendre compte des quantités et me dire que c’était suffisant, que je n’avais plus faim après avoir mangé « seulement » ça !

–          Manger dans des petites assiettes

Cette astuce qui veut qu’en mangeant dans des petites assiettes, les portions paraissent plus grandes ne fonctionnent pas vraiment sur moi. Mais je la mets tout de même pour celles qui veulent réduire la taille de leur repas.

–          Retarder mon dessert

C’est souvent quelques minutes après le repas que je ressens si j’ai assez ou trop mangé. Bien souvent, un petit repas me suffit et le dessert est de trop. J’attends donc un petit moment après mon repas pour savoir si oui ou non j’ai encore faim pour le dessert et bien souvent, c’est non.

–          Me concentrer sur ce que je mange

C’est un principe cher à Zermati et Apfeldorfer. En effet, plus on est concentré sur ce qu’on mange, plus vite on atteint la satiété. Déguster, lentement, c’est un des secrets pour savourer la nourriture et ne plus simplement l’engloutir.

–          Privilégier la qualité à la quantité

Encore un truc qui n’est pas du tout dans mes habitudes. Je ne suis peut-être pas assez fin gourmet pour me délecter comme il se doit de plats gastronomiques. Tant que c’est mangeable, je mange et peu m’importe si c’est cuisiner par un ancien de Top Chef ou par le cuistot de la brasserie d’à côté.

Je dois donc être un peu plus vigilante sur la qualité des aliments que j’achète pour acheter moins mais mieux. Et être plus difficile  en ne mangeant que ce qui me parait vraiment appétissant (j’ai intérêt à soigner la présentation de mes petits plats !)

–          Me servir et ranger fissa

Je ne sais pas cuisiner de petites portions. Donc en étant seule, c’est difficile de ne pas succomber à la tentation de se resservir une fois la première assiette terminée.

Maintenant, je me sers et je range tout ce qu’il reste. Je ne laisse pas le plat à portée de vue pour ne pas être tentée et je mange uniquement ce que je me suis servie.

 

Et vous, des astuces pour manger moins ?!

Des petits progrès !

work in progress

De nouveau un post sur mon parcours Zermati. Désolée mais ça m’aide vraiment d’écrire à ce propos; promis je reviens bientôt avec d’autres sujets !
 
Depuis 2 semaines maintenant je tente d’écouter ma faim. Je prends vraiment sur moi pour ne pas manger par habitude, allez hop un petit gâteau pour la route, une bouchée en plus, un grand oui sans réfléchir lorsqu’on me propose un truc à manger…
 
Je suis dans une période de réflexion (oui, tout arrive  ) sur mes sensations et la nourriture. Cette situation n’est pas très confortable car je dois sans cesse me demander si j’ai faim, si j’ai assez mangé, ce que j’ai envie de manger,… Lorsque ça deviendra automatique, je serais bien soulagée.
 
Mais en attendant, j’ai tout de même fait de gros progrès !
• Je mange moins
• J’écoute plus souvent ma faim
• Je mange moins vite
• Je prends mes repas à table, sans télé ni tablette
 
Oui, je mange moins ! Je m’aperçois que si j’écoute réellement ma faim, je peux manger beaucoup moins et être parfaitement en forme ! Je ne mange plus le matin, preuve que je mange sans doute un peu trop le soir (mais on ne peut pas être parfaite partout !).
 
Je mange à table. Ca va paraitre étrange pour certaines mais d’ordinaire, je mange très peu installée à une table. Je mange sur la table basse, souvent l’assiette sur mes genoux, la télé en fond sonore tout en tripatouillant ma tablette. Alors abandonner tout ça pour me retrouver, seule, devant mon assiette, ce n’est pas super évident.
 
Bien sûr, il reste encore des points négatifs :
• Je mange encore souvent au-delà de ma faim
• Je n’écoute pas toujours ma faim certains jours
• Je pense reconnaitre la satiété mais n’en tiens pas compte
• Je « gâche » mes efforts durant le week-end
• J’ai toujours très envie de sucré
 
Ah le week-end… en 2 jours je peux saboter 5 jours de Zermatage. Resto avec les potes, diners riches, grosse paresse du dimanche avec méga goûter…. Pas évident de me « contrôler ».
 
Surtout que le sucré reste prépondérant dans mes repas. Cependant, si je me cuisine un gâteau, il me fera plusieurs jours et ne sera pas englouti en quelques minutes. C’est déjà un progrès !
 
Voilà pour le bilan de ces derniers jours. Tout n’est pas parfait mais je suis tout de même contente de moi ! je reviens vite vous parler des conseils donnés par mon médecin et de mon nouvel exercice pour maitriser envies de sucre et quantités au repas !

Line Coaching : prendre le temps de déguster ce que l’on mange

Tic Tac...

Là, ça se corse. Prendre du temps pour manger, j’ai oublié ce que c’était il y a environ 10 ans. 30 minutes pour déjeuner, la queue pour faire réchauffer son plat Picard, les cours à réviser vite fait avant une interro… Ajoutez à cela les nombreux « repas » blanc-de-poulet-haricots-verts-fromage-blanc-tisane-minceur que je préférais écourter pour cause de mauvais goût évident et me voilà avec un gros problème : comment prendre le temps de manger et de savourer ?

J’ai bien essayé pourtant. Je me rappelle avoir pris le temps de mâcher, de reposer mes couverts, de boire un coup, pour que finalement il ne se passe que 10 minutes entre l’entrée et le dessert. Putain, c’est long 10 minutes ! Et dire qu’il en faut le double pour que le cerveau perçoive la satiété… Y a du boulot. Et puis si on ne mange qu’un plat, en 20 minutes, il refroidit non ?! Et puis qui a le temps de passer 20 minutes à manger ? Et puis je n’aime pas  mâcher trop longtemps les aliments, après ça n’a plus de goût ! J’ai bien tenté de regarder comment font les gens qui prennent du temps pour manger. Remarquez, étant la première à finir mon assiette, je n’avais plus que ça à faire. Et je n’ai toujours pas compris quel est leur secret. Faut m’aider là !

L’autre problème c’est que je ne sais pas manger sans faire autre chose. En fait, je fais tout un tas de choses en faisant autre chose, vous me suivez là ? Je me brosse les dents sous ma douche, je passe l’aspirateur en nettoyant les miroirs, je regarde la télé en étant sur le net. Alors manger sans rien faire d’autre, je ne sais pas faire ! Depuis que je suis freelance, je mange toute seule comme une grande le midi (et souvent le soir mais ça, c’est un autre problème), avouez alors que c’est terriblement ennuyeux de manger. Je suis donc irrésistiblement attirée par mon écran, il m’appelle : Marion, regarde-moi, Marion, viens jeter un œil à tes favoris, Marion,  tu ne vas tout de même pas m’abandonner pour le contenu de ton assiette. Je suis faible. Je ne lui résiste pas…