C’est reparti !

C’est reparti !

 

Appelez-moi Mademoiselle Yoyo ! 13 kilos de perdus, 15 de repris, 8 kilos de reperdus, 6 de repris, 10 kilos de re-reperdus, bref, je vous laisse imaginer la suite !

Avec mon hiver de déprime, je me suis complètement laissé aller niveau poids… Encore une fois, j’ai réduit tous mes efforts passés à néant. Je me connais, dès que je perds un peu, je me relâche car je me sens mieux dans ma peau (alors que je devrais poursuivre mes efforts mais que voulez-vous ?!!)

Mais il faut faire face à la réalité : je vais bientôt avoir 35 ans et il est sérieusement temps que j’arrête les conneries kilotesques. Je commence à faire des projets pour l’avenir et j’aimerais les réaliser dans un corps qui me convient mieux.

Et puis l’arrivée des beaux jours facilite le travail. Je me suis remise à sortir et à cuisiner et mon hibernation est derrière moi.

J’ai donc fait quelques jours de protéines pour choquer un peu mon corps et même si le résultat escompté (perdre 30 kilos en 1 semaine !) n’est pas au rendez-vous, je me suis délesté des premiers kilos !

Mais soyons honnête, impossible de suivre ce type de régime sur la durée. Mauvais pour la tête et le corps.

J’avais en tête de parcourir mon petit bonhomme de chemin toute seule en mélangeant toutes les « techniques » apprises jusqu’alors : un zest de Zermati, une pincée d’IG bas, un soupçon de protéines… Mais je ne savais pas vraiment par quel bout commencer.

Je me suis donc (re) tournée vers Weight Watchers lorsque j’ai vu une offre à 35€ pour 3 mois sur le site Vente Privée. L’offre se terminait le lendemain. Pas trop le temps de réfléchir, je me suis lancée.

J’avais déjà testé leur appli auparavant et je ne l’avais pas trouvé au top. Là je trouve qu’ils ont fait un réel effort. Par contre, on ne compte plus en propoint mais en smartpoint. Et là, je les ai sentis passer en mangeant un activia qui allait être périmé : paf, prends-toi 6 points dans la tronche !

Autant vous dire que les 2 premiers jours ont été difficiles et que je dépassais mon solde de points à tout va.

Mais petit à petit j’ai trouvé des recettes, j’ai intégré plus de légumes et je commence à pas mal m’en sortir (même si tout ce qui compte plus d’1 point me semble énorme !!!)

 

Alors je ne sais pas combien de temps je suivrai cette méthode, je ne sais pas si mon corps acceptera une nouvelle fois de maigrir, je ne sais pas si je vais résoudre mes problèmes d’hyperphagie, mais il faut bien (re) commencer quelque part. Et j’aimerais tellement me prouver que je suis capable de le faire. Que je peux y arriver sans chirurgie, «juste » avec ma volonté.

Les bonnes astuces de la régimeuse

Les bonnes astuces de la régimeuse

Je suis un rééquilibrage alimentaire depuis plusieurs semaines, nous appellerons cela un régime pour faire plus court ! Et pour tenir sur la durée, il faut s’armer de patience et de bonnes astuces ! En voici quelques-unes qui m’aident régulièrement à suivre la bonne voie alimentaire.

– Prévoir ses repas à l’avance.
image

Depuis plusieurs semaines maintenant, je préparer mes menus à l’avance, pour chaque semaine. Ça demande un peu d’organisation et d’imagination (pour ne pas manger toujours la même chose) et de rigueur. Je me planifie des repas aux alentours de 1400 cal/ jour. Je veille à ce qu’il y ait des légumes à chaque repas ou presque. Je veille également la bonne répartition entre féculent / viande / légumes.

Je fais aussi attention à « caler » mes repas avec les jours de la semaine. Je sais que le vendredi j’aurais plus envie de me faire plaisir et de déjeuner à l’extérieur par ex. Idem pour le week-end où je m’accorde plus de calories.

J’essaye de varier et de cuisiner pour éviter la monotonie. Sur Pinterest je trouve des recettes faciles et rapides à faire qui ne « coûtent » pas trop de calories !

– Faire les « bonnes » courses
image

Grâce aux repas prévus à l’avance, je n’achète que ce qu’il me faut pour la semaine. Ca m’évite tout d’abord de gâcher et surtout de craquer sur des aliments hors repas.

J’achète pas mal de légumes surgelés car c’est assez pratique à cuisiner, surtout le soir lorsque j’ai un peu la flemme. La saison des fruits sympa arrive donc j’en profite également pour en acheter et les congeler.

Je bannis les rayons bonbons/gâteaux ! Je suis facilement attirée par tout ce qui est sucré alors je préfère éviter les tentations !

– Savoir se motiver
image

Ces 3 dernières semaines, je n’avais plus trop de motivation pour continuer. Le chemin est long et c’est parfois difficile de faire un régime sur la durée. Il faut sans cesse (re)trouver de la motivation. Je me suis fait une pile de fringues à réessayer quand j’aurais encore perdu 5/6 kilos. J’en ai accroché certaines bien en vue pour me rappeler que dans quelques temps je pourrais les enfiler sans problème.

Mon tumblr m’aide également. J’avoue que les avant/après donnent parfois envie !

Sinon, j’essaye de me souvenir pourquoi je fais ça : être mieux dans ma peau, me sentir plus à l’aise dans mes fringues, en société… Pas toujours évident de ne pas craquer mais je sais aussi qu’il est important de se faire plaisir de temps en temps.

– Bouger !
image

Depuis que j’ai repris le travail à temps plein, je ne vais plus à la salle de sport. Ca me manque mais le soir je suis trop crevée… J’attends septembre pour m’inscrire de nouveau à une salle près de mon boulot pour y aller à l’heure du déjeuner.

En attendant il faut que je bouge. J’ai donc remis mon bracelet connecté Fuel de Nike qui me permet de compter mes pas et de me fixer un objectif quotidien de « fuel ». Pas toujours évident d’y arriver dans une journée normale. Alors le soir j’essaye de m’activer : ménage, vaisselle, challenge sportif type abdo ou squats… Tout est bon pour augmenter mes performances !

– Savoir se faire plaisir !
image

Etre constamment dans la restriction n’aide pas à rester motivée. C’est souvent comme ça qu’on craque et que tous nos efforts sont perdus. Il faut donc veiller à se faire plaisir. Ca peut être un bon restaurant de temps en temps, un gâteau en guise de goûter ou de dessert, un verre de vin à l’apéro. L’idée est de ne pas se sentir frustrée.

Ca passe aussi par la présentation de mon assiette. J’essaye de me préparer des plats gourmands et jolis à l’œil. Ca aide toujours d’instagramer ses photos de smoothie bien-être ou de plats light !

– Avoir une bonne amie qui vous coache !
image

La mienne se reconnaitra. C’est elle qui est à l’origine de mes repas de la semaine. Elle me motive lorsque je n’y arrive plus, que j’ai envie de retomber dans mes mauvaises habitudes. C’est elle également qui me rappelle le chemin parcouru. C’est important car j’ai toujours tendance à me focaliser sur ce qu’il me reste à perdre plutôt que sur ce que j’ai déjà perdu !

 

La muscu, les hommes et moi !

La muscu, les hommes et moi !

avoir-des-abdos-sculptes

Me voilà un lundi matin à 9h entrain de suivre un groupe de gamins et leur mono pour trouver enfin l’entrée du gymnase dans lequel je souhaitais m’inscrire.

Fini les cours de gym aléatoires, j’avais pris la résolution de me mettre à la « vraie » muscu.

J’arrive donc dans une salle blindée d’engins de torture avec des mecs gonflés à la testostérone entrain de soulever de la fonte…

Je me suis demandée un instant ce que nous faisions là, moi et ma petite jupe d’été…. Mais le prof a su vite me rassurer : pas de problème, on va faire un programme de restructuration du corps (ou un truc dans le genre). Je me voyais déjà toute restructurée et c’est donc gonflée à bloc par ce premier contact que je récupérais ma carte d’inscription et me promis d’y aller dès le surlendemain.

Le jour J, j’ai bien sûr trouvé une excuse pour repousser un peu l’échéance… Mais le lendemain j’ai pris mon courage à deux mains et me suis dit que ça ne pouvait pas être pire que de me montrer en maillot à la piscine comme j’avais pris l’habitude de le faire depuis cet été…

J’enfilai donc mon petit jogging super sexy et fut fin prête à affronter le regard étonné des gros bras.

Heureusement le prof était dans son bureau et j’ai pu lui sauter sur le grappin avant d’entrer dans l’arène. Quelques exercices de torture plus tard, je me suis amusée à m’intéresser de plus près à ceux qui m’entouraient. Et bien je peux vous assurer que les mecs ça parle ! Grosse concurrence avec un groupe de nanas autour d’un apéro !

Et vas y que je parle régime, protéines, musculature, apparence, etc… L’expression « l’homme est une femme comme les autres » prenait alors tout son sens !

quizz-homme-regime_250x175

Oh mais je vous rassure, ils parlent aussi de nana mais uniquement pour mentionner celles qui osent soulever plus de poids qu’eux !! (avec mon poids de 8 petits kilos dans les mains, j’étais encore loin de leur faire de la concurrence !)

Maintenant, vous me demanderez sans doute si on peut mater dans les salles de muscu lorsqu’on n’est pas adepte des silhouettes à la schwarzie… Et bien je vous aurais répondu non jusqu’à mon second entrainement… Il semblerait qu’il n’y ait pas que des body buildés qui souhaitent se muscler !

Mais pas question de draguer (mais qui peut draguer dans une salle de sport ?!) avec mon teint rougeaud et mon visage tout transpirant ! Ceci dit, les rares filles qui viennent également en salle de muscu n’ont pas l’air de souffrir du même syndrome que moi et arrivent maquillées et restent parfaitement fraîches sur leur rameur… Faudra m’expliquer comment c’est possible ça !!!

211232_700370430_courbatures_H141923_L

Au bout de quelques séances, j’ai pris mon rythme. J’aime me rendre dans cette salle plutôt familiale où beaucoup se connaissent déjà. Les gens sont sympa, les mecs ne me regardent plus comme une extra terrestre qui aurait abandonné au bout du second cours.

Bientôt je leur mettrai la pâtée au développé couché !

Des motivations oui, mais pas n’importe lesquelles !

Des motivations oui, mais pas n’importe lesquelles !

Un dos qui me fait souffrir, des genoux qui peinent à monter les escaliers, un ventre gonflé en permanence, il est temps que je fasse à nouveau attention à mon alimentation. Mes courbes ne me gênent pas mais je dois faire également attention à ma santé et donc perdre du poids pour me sentir plus à l’aise dans mon corps.

Ma sœur me suit dans cette aventure et j’essaye donc de nous trouver de petites motivations quotidiennes. A deux c’est plus facile et surtout je me sens comme investie d’une mission bonne santé envers ma sœur et je me sentirais bien bête de ne pas suivre mes propres indications alimentaires !

Ca, ça me parait pas bête !
Ca, ça me parait pas bête !

Alors depuis quelques temps je vais régulièrement sur Pinterest, dans la catégorie « Santé et bien-être » pour trouver des idées de recettes et des photos qui donnent envie de manger sainement et de se remettre au sport.

Pour une routarde des régimes comme moi, je sais ce qu’il faut prendre et laisser de côté question motivation ! Je ne suis plus dans des régimes affamant, stupides et surtout dangereux. Je mange sainement, je fais du sport quand je peux mais surtout je prends du plaisir ailleurs que dans le seul contrôle du mon corps (de toute façon il ne m’écoute jamais !!!).

Et pas pour ressembler aux autres !!!
Et pas pour ressembler aux autres !!!

C’est en parcourant toutes ces images j’ai découvert les blogs et tumblr de « thinspiration » et « fitspiration », américains pour la plupart. Il s’agit pour la majorité de successions d’images de jeunes femmes ultra minces, ultra musclées, saupoudrées de mantra du style « la sueur c’est la graisse qui pleure »…

C’est  d’ailleurs comme ça que je suis tombée sur la fameuse « mode » du thigh gap (écart entre les cuisses). Le but ? Obtenir l’écart le plus prononcé entre les cuisses…

Ah ah !!
Ah ah !!

En poursuivant mes recherches je suis même tombée sur un blog français donnant les indications de journées type ne dépassant pas 550 calories… un très bon moyen pur affamer son corps, induire des carences et entrainer le fameux effet rebond…

Je suis bien contente de ne pas être tombées là-dessus lorsque j’étais plus jeune !

Car les toutes jeunes filles peuvent vite tomber dans des extrêmes, bannissant toute nourriture qui ne rentre pas dans un programme strict, s’épuisant à la salle de gym, se coupant des autres pour se consacrer uniquement à sa perte de poids. On a une seule jeunesse, autant en profiter qu’on soit mince ou ronde.

Notre vie ne doit pas tourner uniquement autour de notre corps, d’un régime, …

Il faut donc d’avoir faire le tri entre des photos inspirantes et d’autres culpabilisantes.

La culpabilité d’avoir pris du poids, de ne pas pouvoir se rendre à la gym un soir, de manger un peu trop lors d’un diner entre amis, on la ressent suffisamment, seule. Pas la peine d’en remettre une couche en se gavant de photos de jeune fille de 18 ans hyper bien gaulées ! Et surtout on ne doit pas se sentir coupable de profiter de la vie !

D’ailleurs en tapant thinspiration sur Pinterest, le réseau nous met en garde.

pinterest

Alors gardons uniquement les images et réflexions positives et entrainantes.

Et rappelez-vous, rien ne sert de ruminer les raisons pour lesquelles vous avez pris du poids, l’important c’est de prendre soin de soi, à son rythme, quand vous l’aurez décidé.

Nota : Ne voulant pas faire l’apologie de ces « motivations » un peu trop radicales, il va de soi que j’ai préféré saupoudrer l’article d’images bien-être !

Avant j’étais tout le temps au régime, mais ça, c’était avant… Zermati !

Avant j’étais tout le temps au régime, mais ça, c’était avant… Zermati !

Non !

Plus jeune j’étais mince. Oui j’avais des hanches, des cuisses mais j’étais mince, et finalement je ne me sentais pas trop mal dans mon corps. A la sortie de l’adolescence je faisais un petit 38 et ne me préoccupais pas trop de mon poids. Mes parents ne m’ont jamais incité à faire un régime, ne m’ont jamais dit que j’étais rondouillette, enfant,  ou que je devais changer (et je les en remercie vivement).

C’est toute seule que je suis tombée dans mon premier régime. Hyperprotéiné avec sachets… J’allais avoir 20 ans et pendant plus de 2 mois, je n’ai mangé que des milkshakes dégeu.

Ah, oui j’ai maigris. Même trop ! J’avais perdu le peu de sein que j’avais à l’époque et ce n’était vraiment pas joli. Je n’ai pas été suivie pour la stabilisation. J’avais juste une liste d’aliments à bannir. J’ai donc regrossi mais raisonnablement. J’étais toujours mince avec des formes, j’avais le corps qui me convenait voilà tout.  Mais j’étais tombée dans le cercle vicieux du contrôle de mon corps. Je savais que je pouvais le faire obéir, être toujours plus mince, me priver de certains aliments, être euphorique en rentrant dans du 36 ; j’avais mis le doigt dans l’engrenage.

Un régime en entrainant un autre, j’ai alors essayé tout un tas de trucs, hypocalorique avec un petit bouquin récapitulant toutes les calories qui me suivait partout, le régime d’un ex qui consistait à manger pratiquement la même chose tous les jours, le régime IG, etc… Avec cet inévitable effet yoyo entre ces diverses méthodes amaigrissantes…

Mais un jour,  à force de frustration, d’interdits, de quantité limitée, j’ai complètement rejeté cette notion de régime. Après une rupture et un chômage difficile il m’est devenu impossible de me priver, de peser mes aliments, de me retenir devant un gâteau, bref j’ai connu alors une complète euphorie alimentaire. Je m’auto punissais de toutes ces privations que j’avais infligées à mon corps. Non, on ne peut vivre sous contrôle toute sa vie sans un jour péter un câble (surtout lorsqu’on vit des moments difficiles)!

Et puis j’ai découvert la méthode Zermati dont je vous ai déjà parlé (cf le menu des tribulations zermatiennes).  Pour rappel rapide, il s’agit d’écouter sa faim. De manger lorsque celle-ci se fait sentir et d’arrêter lorsqu’on ressent la satiété. Bien sûr c’est légèrement plus compliqué que ça surtout lorsqu’on ne sait plus du tout écouter son corps ni les signaux qu’il nous envoie. Mais c’est tellement libérateur et déculpabilisant !

Mensonges, régime Dukan et Balivernes, hâte de le lire….

 

Tout ce petit laïus pour vous parler de ce nouveau site no-régime lancé par les docteurs Zermati et Apfeldorfer. Ils nous alertent sur les risques des régimes amaigrissants qui nous font trop souvent tomber dans les Troubles du Comportement Alimentaire. Il existe d’autres moyens pour se réapproprier son corps, pour mincir et se sentir enfin bien dans sa peau !

Vous y trouverez également une pétition contre les régimes, bien trop souvent prescrits sans suivi, que je vous invite à signer si vous aussi, vous êtes une victime des régimes !

Il serait temps qu’on arrête de parler contrôle et qu’enfin nous apprenions à écouter notre corps, nos besoins. Il serait temps que les médecins aient d’autres solutions aux problèmes de poids que les régimes frustrants sans suivi et sans discussion avec leur patient. Il serait temps d’arrêter de vouloir rentrer dans un moule (taille 36 !) et de se comparer aux autres.

Chacun est différent, c’est ça qui est intéressant !

Zermati fait des petits

Zermati fait des petits

Marie Claire Février 2012

Le dernier numéro de Marie Claire nous propose le dernier régime de notre vie. Alléluia, je n’attendais que ça…
J’ai donc calculé mon poids idéal selon la méthode Dukan (grincement de dents) qui coïncide pour une fois au poids que j’aimerais retrouver, et me voilà plongée dans la nouvelle méthode Weight Watchers. Finis les points à comptabiliser à chaque repas : il était temps ! Pas très pratiques ni très discrets la calculette et le calepin à chaque repas.

On écoute notre satiété ! En voilà une bonne nouvelle ! Les principes des Dr Zermati et Apfeldorfer seraient-ils enfin en train de faire des émules ?
Mais non. C’était trop beau pour être vrai ! Il y a encore cette liste d’aliments à respecter, ces journées de « rattrapage », cette notion d’écart, d’excès, cette fameuse journée type que j’ai dû lire un million de fois dans chaque dossier spécial régime (et qui ne donne vraiment pas envie de suivre un régime).
On commence donc doucement par reprendre des conseils de bon sens : manger à satiété mais malheureusement on s’arrête là.
Car point d’aliment interdit chez Zermati ! Point de journée de diète après un excès, juste une écoute de ses sensations alimentaires.
J’essaye de nouveau de suivre ces principes et je ne m’en porte pas plus mal. Je ne prends d’ailleurs plus de petit-déjeuner, preuve sans doute que je mange trop le soir.
Je me fais un bon resto ou une bonne bouffe un soir ? Le lendemain, j’attends d’avoir faim pour manger. Je culpabilise toujours lorsque je mange, j’ai du mal avec la satiété, les émotions, mais je prends mon temps. Je me pèse plus régulièrement, je lis de nouveau des conseils des deux médecins, des bloggeuses qui ont suivi la méthode, bref, je me réapproprie la méthode doucement mais sûrement.
Alors, non nous ne sommes pas encore dans la révolution diététique, mais si les nutritionnistes qui conseillent les magazines reprennent peu à peu les principes de la méthode Zermati, on va peut-être  évoluer vers quelque chose de plus sain, de moins restrictif, de plus sensé.

Zermati, où j’en suis ?

Zermati, où j’en suis ?

Miam Miam!

Il y a quelques temps je vous parlais de mon expérience sur le site Linecoaching des docteurs Zermati et Apfeldorfer.

Je ne suis pas arrivée à suivre leurs recommandations sur le long terme. Impossible pour moi de pratiquer la pleine conscience sans être assaillie de pensées anxiogènes, impossible de me concentrer sur mes sensations, impossible de prendre du temps pour déguster. Et ce n’était pas faute d’essayer pourtant.

Mais à force de trop vouloir y arriver, à trop me concentrer sur mes sensations alimentaires, celles-ci m’obnubilaient. Je finissais par culpabiliser dès que je mangeais le moindre truc en dehors des repas. Je culpabilisais également de ne pas pouvoir suivre les conseils qui me paraissaient simples mais que je n’arrivais pas à suivre. Le site est certes bien fait mais n’offre pas de réel accompagnement lorsque vous « décrochez ».

Et au bout du 3ème carnet alimentaire qu’on m’a demandée de remplir, j’ai dit STOP. Reconnaître ses envies de manger émotionnelles… Trop difficile pour moi étant constamment anxieuse.

Attention, je ne dénigre absolument pas la méthode que je trouve être la plus saine pour mincir ou du moins pour arriver à son juste poids. C’est sans doute qu’elle mêle perte de poids et travail sur les émotions et que ce travail je le fais ailleurs, d’une autre façon, à mon rythme.

Du coup, j’ai relâché la pression mais pas question de continuer à prendre du poids. J’ai donc repris une alimentation équilibrée, mais plus question de régime drastique. Je privilégie simplement légumes, aliments complets, protéines naturelles, rien d’exubérant !

Et là, depuis quelques jours, la révélation. J’arrive à sentir quand je n’ai plus faim (pas tout le temps, hein !) et à manger seulement lorsque j’ai faim. Je ne sais pas pourquoi ça me parait plus naturel, plus simple maintenant.  Je ne grignote plus dans l’après-midi, même seule chez moi ! Alors j’ai décidé de ne pas trop y penser, de prendre les choses comme elles viennent. Je sais désormais que je ne perdrais pas 20 kilos en 2 mois, que ça va me prendre du temps, que ça va me demander des efforts mais ça ne me parait plus insurmontable.

J’avoue que faire du sport m’aide également à prendre soin de mon corps. A chaque mouvement de body pump, à chaque suée, à chaque effort, je sais que je me fais du bien, que mon corps en a besoin.

Et je continue à suivre bien sûr les blogs des Zermateuses et rigole doucement lorsqu’on me parle du dernier régime à la mode… !