Les bons gifs spécial recherche d’un job !

Quand je m’habille pour un entretien d’embauche
image

Quand le recruteurs me demande ma passion dans la vie
image

Quand je dois parler de mes défauts
image

Quand on me demande pourquoi je veux ce job
image

Quand on me dit que j’ai trop d’expérience pour le poste
image

Quand on me demande si j’habite encore chez mes parents
image

Quand je rentre après un entretien devant 4 personnes
image

Quand on me demande mes pretentions salariales
image

Quand j’essaye d’attendrir mon interlocuteur
image

Quand j’obtiens enfin un CDI
image

Rester positive

Appelez moi Lorie !

Je ne suis pas d’un naturel ultra positif. Mais j’y travaille car je me dis qu’il m’arrivera forcément plus de bonnes choses en gardant le moral qu’en restant prostrée sous ma couette à ruminer.

Mais parfois c’est difficile. Difficile lorsque vous accusez un découvert de 600 € et que, quoi que vous fassiez, vous ne trouvez pas de job. Il y a un an, j’ai fait le choix de quitter un boulot dans lequel je mourais à petit feu pour faire enfin ce qui allait, je le croyais, m’épanouir. Cette décision mûrement réfléchie, je ne la regrette pas et je dois l’assumer (avec le sourire). Devenir rédactrice, écrire de jolis articles bien ficelés, un joli rêve auquel je crois encore bien que ma confiance s’étiole un peu plus chaque jour.

Alors tous les matins je regarde les annonces. lorsqu’il y en a ne serait-ce qu’une seule qui pourrait me correspondre, c’est un bon jour. Je multiplie les candidatures spontanées (auxquelles je reçois plus de réponses qu’aux annonces, allez comprendre) même si je n’y crois pas vraiment.  Chaque jour, je vois les mêmes entreprises recruter toujours plus de stagiaires… Dis donc, ce serait pas mal de mettre un quota à l’esclavagisme et au boulot sous-payé non ?

Alors pourquoi ne pas devenir auto-entrepreneur ? Bonne idée ça, mais encore me faut-il quelques contrats pour travailler en freelance… Alors je vivote en acceptant de rédiger des textes commerciaux auxquels je ne crois pas et qui ont une fâcheuse. Il me faut parfois rédiger 50 textes pour toucher 400 € une fois les impôts payés. Super !

Mais je tiens bon, je me dis que je n’ai pas fait tout ça pour baisser les bras maintenant et qu’on me donnera forcément ma chance.

Mais pour l’instant il faut payer le loyer. Me voilà donc aujourd’hui à traficoter mon CV pour trouver un job. J’efface le poste de chef de projet, les quelques responsabilités que j’ai pu avoir et les compétences trop pointues pour prétendre à un emploi alimentaire. C’est un coup dur mais me retrouver à la rue le serait sans doute plus. Faut relativiser, ça doit être ça rester positive…

Alors hauts les cœurs, tous ceux qui recherchent du boulot, tous ceux qui sont découragés, tous ceux qui baissent les bras, un jour la positive attitude paiera !

 

En vous souhaitant du succès dans vos recherches, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments distingués.