Une question de poids

Shootée (et un poil retouchée) par Skulicious.com !
Shootée (et un poil retouchée) par Skulicious.com !

Ce blog est rythmé depuis 3 ans (entre autres, heureusement) par mes problèmes avec la nourriture, ma prise de poids pour cause de ruptures, chômage, mal-être, mes essais Zermatiens, etc…

En novembre j’en ai eu marre. Marre de ne plus être aussi en forme physiquement, marre d’être essoufflée en montant les marches avec mes sacs de courses et puis, il faut bien l’avouer, marre de ne plus pouvoir enfiler toutes ces fringues prenant les ¾ de mon armoire (et les 4 boites glissées sous mon lit) !

Je n’ai pas eu un déclic à proprement parler (mise à part une sale photo dont l’auteur se reconnaîtra !). J’avais enfin accepté que je pouvais plaire telle quelle et que ma confiance en moi ne s’était pas dégradée mais tout le contraire ces derniers mois. Ma vie n’allait donc pas fondamentalement changer en mincissant, puisque je sais que beaucoup de gens m’apprécient telle que je suis. C’était plus une question de santé et une envie de profiter à fond de mon voyage à NY sans avoir mal aux gambettes au bout d’1 kilomètre !

Je suis donc allée voir mon médecin et lui ai expliqué la situation. Je vous rappelle qu’il est contre tout régime et que c’est lui qui m’avait fait découvrir Zermati.

Il a parfaitement compris mon envie et surtout mon besoin de voir mon poids vite descendre sur la balance les premiers temps histoire de rester motivée.

Il m’a donc prescrit (à contrecœur je crois !) en gros, de manger des protéines le midi et de la soupe (n’importe laquelle) le soir.

Autant vous dire qu’au bout du premier sachet de protéines, il était hors de question que je continue ! Trop dégeu ces trucs là ! (Mon médecin me l’a dit plus tard mais il le savait à l’avance !).

Alors j’ai concocté mon propre «programme » piochant ici et là des recettes protéinées, lights,… pour le midi. Le soir je m’en tenais à ma soupe. Evidemment, je ne me privais pas de restos entre amis, faut pas déconner… Et mes compulsions alimentaires se sont considérablement arrêtées, voire envolées. Alors c’était ça le truc ? Etre plus stricte envers moi-même pour faire la paix avec la nourriture ?

Bien sûr j’ai gardé la notion de manger uniquement lorsque j’ai faim de mon cher Zermati. Et là encore, je ressens une plus grande facilité à suivre sa devise. Le soir pas faim ? Je ne mange pas (et passe ma soirée sur Pinterest !)

Bon, le bilan ?! Alors le premier mois j’ai perdu 6 kilos. Beaucoup trop m’a dit mon médecin en me sermonnant (surtout sur le fait que je n’étais pas encore suffisamment fière de moi) ! Pourtant promis, je ne me suis pas affamée, loin de là. En décembre les choses se sont gâtées dû à quelques petits tracas et bien sûr au fêtes de Noël dont je n’allais pas me priver (ma mère cuisine trop bien que voulez-vous !). J’ai repris 1.5 kilos. J’étais bien sûr un peu contrariée mais pas grave, on reprend calmement et tout ira bien ! Et à ce jour j’ai perdu 8 kilos.

Le chemin est long mais je suis plutôt fière de moi et surtout, au-delà du poids perdu, le plus important est de m’être débarrassée de mon aphagie, une vraie victoire ! Plus de compensation par la nourriture et je respecte ma faim.

Attention ! Je sais que cet équilibre est encore fragile. Que j’ai besoin de temps pour être vraiment « guérie » mais je sais aussi que ma force réside dans le fait que je me suis acceptée avec mes kilos en trop avant d’entamer ce programme.

Je ne vais pas mentir, bien sûr que j’ai hâte de maigrir, seulement je ne peux pas le faire à n’importe quel prix. Les privations de régimes dangereux j’ai connus et elles m’ont sans doute en grande partie amenée à mes problèmes de nourriture.

Voilà le récit de cette perte de poids. Je ne la vois pas vraiment sur moi. Mais hier j’ai vu une amie que je n’avais pas rencontrée depuis fin octobre et qui m’a assurée que « ça » se voyait. Elle a sans doute dit ça pour me faire plaisir mais je m’en fiche, ça m’a fait du bien de l’entendre !!!

Je ne renie aucune parole prononcée sur ce blog. Je suis toujours contre les régimes affamant, les régimes qui n’ont pas lieu d’être, les médecins qui prescrivent des diètes strictes à des gamines juste mal dans leur peau sans prendre la peine de leur parler. Je suis à fond pour la méthode Zermati mais parfois, certaines personnes, comme moi, ont du mal à gérer les permissions !

Je continue mon petit bonhomme de chemin, sans objectif précis (« c’est scier la branche sur laquelle on est assis » dixit mon médecin). J’aurais toujours des « rondeurs » mais je m’en fous, je sais qu’on peut m’apprécier avec alors, pourquoi m’en priver complètement ?!!!