Les pancakes Weight Watchers

photo 3(1)

Je suis une fana de pancakes ! J’aime en manger pour le petit-déjeuner, pour le goûter, n’importe quand !

Alors quand j’ai commencé Weight Watchers, il me fallait une recette de pancakes à peu de propoints pour pouvoir me faire plaisir !

Et c’est sur le site Fourchette et Bikini que j’ai trouvé mon bonheur : ces pancakes ne « coûtent » qu’1 propoint !

Evidemment, si vous n’êtes pas au régime, vous pouvez tout à fait en cuisiner car ils ne sont pas fades ni secs (ce qu’on pourrait croire avec une recette minceur !)

J’ai aussi arrêté le gluten, je remplace donc la farine de blé par un mélange de farine de maïs et sarrasin.

INGRÉDIENTS

  • 2 oeufs entiers
  • 1 yaourt nature
  • 140g de farine blanche (ou un mélange si vous ne consommez pas de gluten)
  • 1cc bombée de levure chimique
  • 1 verre de lait (de soja pour moi)
  • 1 pincée de sel
  • Edulcorant de cuisson
  • Je rajoute de l’arôme vanille

PRÉPARATION

  1. Battez les œufs avec le yaourt nature.
  2. Ajoutez la farine et la levure, la pincée de sel, l’édulcorant, la pincée de sel et le lait.
  3. Huilez légèrement une poêle à l’aide d’un essuie-tout.
  4. Déposez des petites quantités de pâte. Retournez les pancakes lorsque vous voyez se former des petits trous.

photo(1)

Perso, j’aime les manger recouverts de fruits comme des framboises et des rondelles de banane. Mais avec de la confiture ou du sirop d’érable, ça passe aussi très bien 😉

 

Des motivations oui, mais pas n’importe lesquelles !

Un dos qui me fait souffrir, des genoux qui peinent à monter les escaliers, un ventre gonflé en permanence, il est temps que je fasse à nouveau attention à mon alimentation. Mes courbes ne me gênent pas mais je dois faire également attention à ma santé et donc perdre du poids pour me sentir plus à l’aise dans mon corps.

Ma sœur me suit dans cette aventure et j’essaye donc de nous trouver de petites motivations quotidiennes. A deux c’est plus facile et surtout je me sens comme investie d’une mission bonne santé envers ma sœur et je me sentirais bien bête de ne pas suivre mes propres indications alimentaires !

Ca, ça me parait pas bête !
Ca, ça me parait pas bête !

Alors depuis quelques temps je vais régulièrement sur Pinterest, dans la catégorie « Santé et bien-être » pour trouver des idées de recettes et des photos qui donnent envie de manger sainement et de se remettre au sport.

Pour une routarde des régimes comme moi, je sais ce qu’il faut prendre et laisser de côté question motivation ! Je ne suis plus dans des régimes affamant, stupides et surtout dangereux. Je mange sainement, je fais du sport quand je peux mais surtout je prends du plaisir ailleurs que dans le seul contrôle du mon corps (de toute façon il ne m’écoute jamais !!!).

Et pas pour ressembler aux autres !!!
Et pas pour ressembler aux autres !!!

C’est en parcourant toutes ces images j’ai découvert les blogs et tumblr de « thinspiration » et « fitspiration », américains pour la plupart. Il s’agit pour la majorité de successions d’images de jeunes femmes ultra minces, ultra musclées, saupoudrées de mantra du style « la sueur c’est la graisse qui pleure »…

C’est  d’ailleurs comme ça que je suis tombée sur la fameuse « mode » du thigh gap (écart entre les cuisses). Le but ? Obtenir l’écart le plus prononcé entre les cuisses…

Ah ah !!
Ah ah !!

En poursuivant mes recherches je suis même tombée sur un blog français donnant les indications de journées type ne dépassant pas 550 calories… un très bon moyen pur affamer son corps, induire des carences et entrainer le fameux effet rebond…

Je suis bien contente de ne pas être tombées là-dessus lorsque j’étais plus jeune !

Car les toutes jeunes filles peuvent vite tomber dans des extrêmes, bannissant toute nourriture qui ne rentre pas dans un programme strict, s’épuisant à la salle de gym, se coupant des autres pour se consacrer uniquement à sa perte de poids. On a une seule jeunesse, autant en profiter qu’on soit mince ou ronde.

Notre vie ne doit pas tourner uniquement autour de notre corps, d’un régime, …

Il faut donc d’avoir faire le tri entre des photos inspirantes et d’autres culpabilisantes.

La culpabilité d’avoir pris du poids, de ne pas pouvoir se rendre à la gym un soir, de manger un peu trop lors d’un diner entre amis, on la ressent suffisamment, seule. Pas la peine d’en remettre une couche en se gavant de photos de jeune fille de 18 ans hyper bien gaulées ! Et surtout on ne doit pas se sentir coupable de profiter de la vie !

D’ailleurs en tapant thinspiration sur Pinterest, le réseau nous met en garde.

pinterest

Alors gardons uniquement les images et réflexions positives et entrainantes.

Et rappelez-vous, rien ne sert de ruminer les raisons pour lesquelles vous avez pris du poids, l’important c’est de prendre soin de soi, à son rythme, quand vous l’aurez décidé.

Nota : Ne voulant pas faire l’apologie de ces « motivations » un peu trop radicales, il va de soi que j’ai préféré saupoudrer l’article d’images bien-être !

S’accepter, serait-ce la clé ?

f812a7b2adbbc5f5609ab612f6e96946

Suite aux différentes réactions reçues à mes derniers posts sur le poids et à la lecture de blogs traitant également de kilos, j’ai eu très envie de (ré)écrire sur l’acceptation de soi.

Avoir envie d’être plus mince ça nous est toutes arrivé et bien souvent, lorsqu’on souhaite mincir, on se jette à corps perdu dans un régime, n’importe lequel pourvu qu’on perde du poids et bien souvent on ne le fait pas pour les « bonnes » raisons.

Pas facile de s’y retrouver et de se sentir bien dans son corps. Car nous devons désormais « supporter » une double pression : la minceur à tout prix via les médias et la défense de la cause ronde qui émerge doucement. Vouloir maigrir ça a été d’ailleurs un peu trahir la seconde pour moi…

c33b745b98096b33e420a170a70e9fa4

Or, nous avons toutes le droit d’aspirer à se sentir mieux dans notre corps. J’en profite pour rappeler que ce n’est pas parce qu’on est grosse que l’on doit dénigrer les minces et inversement. Cessons la guerre rondes/minces et pensons à nous sentir bien d’abord.

Oui, il faut mincir avant tout pour soi. Certaines n’ont pas du tout envie de mincir, sont bien dans leur corps, épanouies. Pourquoi devraient-elles suivre des diktats qui ne leur correspondent pas ? D’autres n’arrivent pas à s’accepter. D’autres sont mal physiquement à cause de leur surpoids. Ce que je tente d’expliquer est que chacune est unique et que l’on doit prendre ses décisions pour soi avant tout.

Que vous ayez décidé de garder vos rondeurs ou de mincir, par pitié, faites-le pour vous. Et c’est là que ça se complique. Médias, familles, amis, boulot… On est tous les jours confrontées au regard des autres et à ces fameuses discussions (surtout à l’heure de déjeuner vous remarquerez) sur le poids…

Alors voici quelques petits conseils qui pourront j’espère vous aider à faire la paix avec vous-même avant de vouloir modifier votre apparence.

-S’entourer d’amis bienveillants. J’ai la grande chance d’avoir des amies qui m’ont toujours soutenue. Qui me trouvent jolie et me le disent (merci ma K.) que je sois mince ou grosse !

– Apprendre à se fringuer. Lorsque j’ai recommencé à bosser avec tous ces kilos en trop j’ai du abandonner mes tenues confortables de canapé-tv-recherche-boulot pour affronter la vie pro ! Même si je suivais déjà des blogs modes rondes avant, là j’ai vraiment pris en compte leurs conseils et me suis fournie en fringues pour me mettre en valeur.

b85d2514f652c131181900d5072bd7cf

-Prendre soin de son corps… même plus rond ! Apprendre à se maquiller, changer de coiffure, parfois ce sont des petits détails qui nous font nous sentir tout de suite mieux…. Il faut se faire plaisir, se chouchouter, renouer avec un corps que l’on a parfois trop oublié… En priorité pour soi.

-Les plans sur la comète c’est maintenant. N’attendez pas d’avoir changé pour réaliser ce qui vous fait envie. N’attendez pas de perdre 10 kilos pour vous autoriser à faire de nouvelles rencontres. N’attendez pas de rentrer dans certaines fringues pour aller danser. Bref, vivez le moment présent car les regrets sont plus douloureux que les kilos.

Cela prend du temps de s’accepter. Et lorsqu’on a envie de mincir, que l’on ne se supporte plus, on est toujours devant « l’urgence ». Vite, il faut que je maigrisse, vite un régime, vite, vite, vite !

Or, l’acceptation est parfois longue comme en témoigne ce post que j’avais rédigé le 30 mars 2011.

Depuis, je me suis acceptée. J’ai pris confiance en moi avec mes kilos en trop, j’ai su que je plaisais aux hommes, j’ai su que je n’étais pas inintéressante pour autant.

1348f712ef6f75eec01bb105088ab767

Il y a eu aussi beaucoup de changements positifs dans ma vie qui m’ont aidée à me sentir bien. Car entamer une rééducation alimentaire lorsqu’on croule sous les problèmes, que l’on est angoissée, mal, ce n’est sans doute pas l’idéal. On rentre vite dans la spirale régime-abandon-culpabilité-mauvaise-estime-de-soi.

Bref, il m’en aura fallu du temps et j’aurais peut-être du commencer par m’accepter, par me trouver jolie avant de vouloir maigrir à tout prix. J’ai d’ailleurs bien pris conscience que tous mes problèmes ne s’envoleront pas avec mes kilos. Ce n’est pas miraculeux de perdre du poids. Ca ne résout pas tout.

09817fc3b2d0d705c5182ec7ca52ddbb

Maintenant ? Oui, je maigris. Mais si je regrossis et bien je sais que je serais tout de même aimée, bien sapée et heureuse ! J’ai aussi appris à ne plus me mettre la pression comme lors de mes précédents régimes. Je n’ai pas de but pondéral, mais je mentirais si je disais que je ne suis pas contente de perdre du poids. Oui je me sens mieux même si je ne vois pas tellement de différence. Oui j’ai envie de remettre certaines fringues. Mais plus à n’importe quel prix.

Je ne dis pas que l’acceptation est la « solution » miracle et qu’elle convient à toutes mais il était important pour moi d’en parler.

Tara-Lynn_reference

Des idées de menus en veux-tu en voilà !

Flan courgettes
Flan courgettes-mozza

Suite à mon post Une question de poids, Laura une de mes gentilles lectrices, (merci Laura pour tous tes petits mots d’encouragement !) m’a demandé si je pouvais donner quelques exemples de menus.

C’est une bonne idée car pour me motiver je mets en place plein de petites astuces et ma base de menus en fait partie.

Je tiens seulement à rappeler que je ne suis pas médecin, que ce sont des menus que je concocte moi-même en piquant des recettes ici et là ! Ce n’est pas un régime à proprement parler. Je ne compte pas les calories, je ne me prive pas de pizza au resto, je ne gobe pas que des protéines ou des légumes vapeur et j’essaye par-dessus tout de respecter ma faim !

Voici donc quelques idées pour le petit déjeuner :

Ne rigolez pas mais je commence tous les matins par un verre d’eau chaude avec du jus de citron et une cuill. d’aspartame. Je suis très angoissée en ce moment et je fume bien plus que je ne devrais… Je ne voudrais pas que ma peau en porte trop les traces. C’est un bon remède parait-il, mais si, voyons, toutes les stars le font (entre 2 injections de botox !). Je complète avec :

–          Un jus de fruit (impossible de m’en passer)

–          Soit du pain complet/noir/de seigle avec de la confiture au fructose.

–          Soit la brioche protéinée Dukan dans laquelle je rajoute parfois des framboises surgelées ou des cerises.

–          Soit les pancakes Dukan  avec de la confiture au fructose.

brioche
brioche protéinée et confiture

Très sincèrement ce sont les 2 seules recettes de ce régime qui sont mangeables. Avec 3 ingrédients autorisés on ne peut pas faire de miracles !

–          Les jours où je n’ai pas envie de cuisiner pour le lendemain, je me suis achetée des corn-flakes nature. Je rajoute un peu de lait écrémé et de l’aspartame. Ca cale bien !

Arrivée au bureau, j’ai repris le café que j’essaye d’alterner avec du thé  et des tisanes. Bref, je bois un max.

Pour le déjeuner :

Bon, le midi je mange dès que j’ai faim. Si j’attends, ma faim passe, je me tracasse, bref, je prends les devants !

Soit la veille j’ai le temps de me préparer un plat pour le lendemain (mais ne sachant pas faire de « petites » portions, je dois souvent manger le même plat 2 jours d’affilé !!). Il s’agit en général de gratin de chou-fleur, de gratin courgette-poivron, viande hachée, de cake au thon. Des plats que je peux facilement transporter au bureau et réchauffer au micro-ondes. Ceci me permet de manger des légumes sans en être dégoutée car impossible pour moi de manger des légumes vapeur ou cuits à l’eau…

Gratin chou-fleur home made !
Gratin chou-fleur home made !

Je me restreins sur les féculents et quand j’ai une envie de manger quelque chose de consistant comme des pâtes, je me prépare une bonne plâtrée de quinoa ou du blé !

Soit, si je n’ai rien préparé ou que je n’ai pas très faim, une soupe avec un morceau de pain, du jambon ou de la coppa et je complète avec un yaourt Sojasun, une compote sans sucre ajouté ou un fruit.

Je fais donc la part belle aux légumes, aux protéines et aux fruits.

Je n’éprouve pas le besoin de prendre un goûter, Mais si j’ai faim dans l’après-midi, je prends une compote en général.

Compotes
Desserts !

Le soir ?

Tout dépend de ma faim  mais la plupart du temps c’est soupe ! Autant j’aime cuisiner autant faire de la soupe me gonfle… Donc c’est soupe en brique (en général Liebig) ou surgelée (Picard).

J’y rajoute un œuf que je fais cuire une fois la soupe bien chaude et des morceaux de saucisse de volaille.

Soupes
Mes soupes

En dessert, yaourt ou compote.

La soupe tous les soirs, c’est un peu lassant (même si on a vraiment un grand choix désormais) alors pour changer je me prépare aussi des œufs cocotte, une omelette, du saumon, des tomates cerises, …

J’ai perdu 9 kilos à ce jour sans me sentir frustrée. Ce n’est pas restrictif mais n’oublions pas que je n’ai pas « que » 5 à 10 kilos en trop et que je dois donc tenir sur la durée même si je n’ai pas d’objectif de poids à atteindre. Donc si j’ai envie de manger un gâteau, je le mange !

J’ai surtout réduit les quantités. C’est là que je me suis rendue compte que je mangeais bien trop et au-delà de ma faim auparavant. Désormais je me sens rassasiée beaucoup plus vite.

Je perds du poids petit à petit, même si parfois j’aurais bien envie que la balance m’annonce une perte vertigineuse, je sais que c’est bien mieux comme ça.

Je reviendrai vite avec des recettes !

Une question de poids

Shootée (et un poil retouchée) par Skulicious.com !
Shootée (et un poil retouchée) par Skulicious.com !

Ce blog est rythmé depuis 3 ans (entre autres, heureusement) par mes problèmes avec la nourriture, ma prise de poids pour cause de ruptures, chômage, mal-être, mes essais Zermatiens, etc…

En novembre j’en ai eu marre. Marre de ne plus être aussi en forme physiquement, marre d’être essoufflée en montant les marches avec mes sacs de courses et puis, il faut bien l’avouer, marre de ne plus pouvoir enfiler toutes ces fringues prenant les ¾ de mon armoire (et les 4 boites glissées sous mon lit) !

Je n’ai pas eu un déclic à proprement parler (mise à part une sale photo dont l’auteur se reconnaîtra !). J’avais enfin accepté que je pouvais plaire telle quelle et que ma confiance en moi ne s’était pas dégradée mais tout le contraire ces derniers mois. Ma vie n’allait donc pas fondamentalement changer en mincissant, puisque je sais que beaucoup de gens m’apprécient telle que je suis. C’était plus une question de santé et une envie de profiter à fond de mon voyage à NY sans avoir mal aux gambettes au bout d’1 kilomètre !

Je suis donc allée voir mon médecin et lui ai expliqué la situation. Je vous rappelle qu’il est contre tout régime et que c’est lui qui m’avait fait découvrir Zermati.

Il a parfaitement compris mon envie et surtout mon besoin de voir mon poids vite descendre sur la balance les premiers temps histoire de rester motivée.

Il m’a donc prescrit (à contrecœur je crois !) en gros, de manger des protéines le midi et de la soupe (n’importe laquelle) le soir.

Autant vous dire qu’au bout du premier sachet de protéines, il était hors de question que je continue ! Trop dégeu ces trucs là ! (Mon médecin me l’a dit plus tard mais il le savait à l’avance !).

Alors j’ai concocté mon propre «programme » piochant ici et là des recettes protéinées, lights,… pour le midi. Le soir je m’en tenais à ma soupe. Evidemment, je ne me privais pas de restos entre amis, faut pas déconner… Et mes compulsions alimentaires se sont considérablement arrêtées, voire envolées. Alors c’était ça le truc ? Etre plus stricte envers moi-même pour faire la paix avec la nourriture ?

Bien sûr j’ai gardé la notion de manger uniquement lorsque j’ai faim de mon cher Zermati. Et là encore, je ressens une plus grande facilité à suivre sa devise. Le soir pas faim ? Je ne mange pas (et passe ma soirée sur Pinterest !)

Bon, le bilan ?! Alors le premier mois j’ai perdu 6 kilos. Beaucoup trop m’a dit mon médecin en me sermonnant (surtout sur le fait que je n’étais pas encore suffisamment fière de moi) ! Pourtant promis, je ne me suis pas affamée, loin de là. En décembre les choses se sont gâtées dû à quelques petits tracas et bien sûr au fêtes de Noël dont je n’allais pas me priver (ma mère cuisine trop bien que voulez-vous !). J’ai repris 1.5 kilos. J’étais bien sûr un peu contrariée mais pas grave, on reprend calmement et tout ira bien ! Et à ce jour j’ai perdu 8 kilos.

Le chemin est long mais je suis plutôt fière de moi et surtout, au-delà du poids perdu, le plus important est de m’être débarrassée de mon aphagie, une vraie victoire ! Plus de compensation par la nourriture et je respecte ma faim.

Attention ! Je sais que cet équilibre est encore fragile. Que j’ai besoin de temps pour être vraiment « guérie » mais je sais aussi que ma force réside dans le fait que je me suis acceptée avec mes kilos en trop avant d’entamer ce programme.

Je ne vais pas mentir, bien sûr que j’ai hâte de maigrir, seulement je ne peux pas le faire à n’importe quel prix. Les privations de régimes dangereux j’ai connus et elles m’ont sans doute en grande partie amenée à mes problèmes de nourriture.

Voilà le récit de cette perte de poids. Je ne la vois pas vraiment sur moi. Mais hier j’ai vu une amie que je n’avais pas rencontrée depuis fin octobre et qui m’a assurée que « ça » se voyait. Elle a sans doute dit ça pour me faire plaisir mais je m’en fiche, ça m’a fait du bien de l’entendre !!!

Je ne renie aucune parole prononcée sur ce blog. Je suis toujours contre les régimes affamant, les régimes qui n’ont pas lieu d’être, les médecins qui prescrivent des diètes strictes à des gamines juste mal dans leur peau sans prendre la peine de leur parler. Je suis à fond pour la méthode Zermati mais parfois, certaines personnes, comme moi, ont du mal à gérer les permissions !

Je continue mon petit bonhomme de chemin, sans objectif précis (« c’est scier la branche sur laquelle on est assis » dixit mon médecin). J’aurais toujours des « rondeurs » mais je m’en fous, je sais qu’on peut m’apprécier avec alors, pourquoi m’en priver complètement ?!!!

L’huile anti-cellulite tonifiante du Petit Marseillais

Huile anti-cellulite tonifiante, Le Petit Marseillais

Il y a une semaine, Je me suis mise en quête du tout nouveau produit de la gamme Le Petit Marseillais, alléchée par la pub ses promesses d’efficacité.

J’aime beaucoup les produits Le Petit Marseillais, pas chers, efficaces, qui sentent divinement bons (mmmmhhh l’odeur des bonbons carensac du baume au karité… une merveille !)

Je me devais donc de tester cette petite nouveauté. Pour (tenter de) combattre la cellulite, j’utilise plutôt des crèmes en particulier la Percutaféine, très concentrée en caféine pour plus d’efficacité et vraiment pas chère si on trouve la bonne pharmacie !

Mets de l'huile... qui coule partout !

Me voilà donc à tester cette huile aux bienfaits tonifiants de ses huiles essentielles de citron et d’anis étoilé (ce n’est pas moi qui le dit).

Déjà, l’odeur. C’est citronné, très frais. Ça doit être très agréable à utiliser l’été. L’odeur reste un peu sur la peau mais rien de trop fort.

Puis, l’utilisation… Là, ça se corse. Bizarrement, j’ai plus de mal à me masser avec l’huile qu’avec une crème. C’est sans doute dû au fait qu’elle pénètre assez vite. Du coup j’en mets pas mal pour pouvoir masser tranquillement (et oui, c’est le massage qui fait tout parait-il !).

Il reste tout de même un film gras sur la peau. Je vous déconseille d’enfiler direct un jean moulant après ça, ce n’est pas très agréable.

De plus, le flacon glisse. Bah oui, vous avez les mains toutes huileuses pas simple d’utiliser le flacon après. Essayez d’attraper une savonnette glissante vous !

Une fois l’application terminée, dur de se rincer les mains…

Du coup, si vous n’avez que 5min devant vous le matin, oubliez l’huile et préférez-la pour la pause détente du soir.

N’ayant jamais utilisé d’huile anti-cellulite, j’ai voulu comparer celle-ci avec une autre. Ca tombait bien, il me restait des échantillons de l’huile minceur de Weleda.

Niveau utilisation, j’ai trouvé que c’était pareil : toujours plus de mal à me masser les cuissots avec de l’huile… Etrange !

Et côté résultats me direz-vous ? Etant donné que ça ne fait qu’une petite semaine que je l’utilise, je ne vois pas de grande différence.

J’éditerais le post si je vois de (vrais) résultats !

Huile anti-cellulite Le Petit Marseillais, 11€ environ. Profitez des promotions chez Monoprix pour avoir le deuxième produit à moitié prix !

 

Line coaching : sentir et respecter sa faim

Bonne question !

La faim. C’est un peu le cœur du programme Line Coaching. A savoir que si on respecte sa faim, on ne devrait pas avoir de problème de poids, le corps sachant réclamer l’exacte quantité de nourriture qu’il lui faut pour carburer sans stocker !

Mais à force de régimes, de privations, etc, il arrive que notre corps soit détraqué ou plutôt que nos sensations soient déréglées. On a alors du mal à percevoir les signaux de la faim. Gargouillis, mal de tête, manque de concentration…

Il arrive aussi bien souvent que l’on confonde faim et envie de manger. La faim  = sensation corporelle, l’envie = dans la tête… vous me suivez, là ?

Alors comment faire me direz-vous ? La première fois que j’ai essayé de ne pas manger avant de sentir les « vrais » signes de la faim, je n’ai pas mangé avant 16h. J’étais contente ! J’ai bien apprécié de manger ! Mais le jour d’après, le naturel a repris le dessus et je me suis jetée sur la nourriture, ventre qui gargouille ou pas, m’en fous, faut que je mange… J’aurais pu réitérer l’expérience le lendemain en sachant que l’équilibre ne se fait que sur une bonne semaine mais j’ai vécu ça comme un échec et j’ai repris mes mauvaises habitudes. Par facilité. Oui car c’est difficile d’écouter son corps et non plus sa tête face à toutes les petites contrariétés de la vie. Contrariétés qui font éclore des sentiments qui nous poussent à manger… Mais je reviendrais là-dessus lors d’un autre post…

Pour en revenir à la faim, je tente depuis 2 jours de l’écouter et cette bonne dame sait tout de même se faire entendre pour peu qu’on ait envie de prêter l’oreille ! Je n’ai donc pas pour l’instant de recette miracle si ce n’est d’écouter un peu plus ce qui se passe dans mon corps et je crois enfin comprendre à quoi servent ces maudits gargouillis qui m’ont tant fait honte lors des devoirs sur table de 4 heures ….

Une acceptation impossible

Campagne Dove... Un pas vers une acceptation ?

J’ai commencé mon nouveau boulot il y a 15 jours et depuis 15 jours je me demande tous les jours pourquoi, mais pourquoi j’ai autant grossi ces derniers mois. Où plutôt comment j’ai pu me laisser aller à grossir ces derniers mois. Car depuis 15 jours je suis entourée de filles minces, voire extrêmement minces qui parlent bien trop souvent de régimes et de sport pendant la pause déjeuner.

 

Je pensais jusqu’à présent être assez bien avec mon image et de pouvoir passer outre les dictats de la minceur. Mais non, j’avoue, je n’ai qu’une envie : maigrir. Maigrir pour être de nouveau à l’aise dans mes fringues, maigrir pour être de nouveau à l’aise devant les autres, maigrir pour être comme les autres.

 

Alors pour moi, il n’y aura pas d’acceptation. Non, je ne peux m’accepter tant que je ne pourrais pas me considérer comme une « vraie » fille, ou tant que je ne peux plus me regarder dans ce satané miroir. Un miroir qui me renvoie une image que je ne reconnais pas. Mon vrai corps pourrait-il se dissimuler sous tous ces kilos ? Sous cette putain de combinaison adipeuse…

 

Je me sens assez faible d’écrire ces lignes. Faible de céder à cette pression latente de la minceur, qui ne m’a pourtant jamais été clairement balancée en face.

Moi qui prône l’intégration des rondes comme de toutes les autres femmes… J’aimerais pouvoir croire que c’est possible mais lorsque j’entends encore des inepties du genre « y’a que les grosses qui portent un 42 », Je sais qu’on est loin d’y arriver.

 

Je suis admirative des filles, grosses, minces ou maigres, qui passent outre le regard des autres et se foutent bien de ce qu’on pense d’elles.

 

Je sais aussi que j’ai sûrement tort de penser qu’en perdant du poids, toute ma vie basculera au pays des Bisounours. La minceur est un leurre mais je suis cependant convaincue qu’elle me rendra plus libre. Etrange…

 

En attendant, ce dont je suis sûre, c’est que si on ne s’accepte pas, on ne sera jamais accepté par les autres….