J’ai (enfin) testé les extensions de cils

J’ai (enfin) testé les extensions de cils

Comme toujours je teste après tout le monde mais comme je dis souvent mieux vaut tard que jamais !

J’avais déjà testé le rehaussement de cils et avait été bluffée par le côté faux-cils dès le réveil. Je n’avais pas vraiment dans l’intention de tester les extensions, procédé un peu trop artificiel à mon goût. Mais Isabelle, du salon Cils Lab m’a convaincue en me présentant la technique du cil à cil ultra naturelle.

Me voici donc partie pour une pose qui dure entre 1h30 et 2h (prévoyez la pause pipi avant…). Je ne suis pas très à l’aise lorsqu’on me tripote les yeux qui sont assez sensibles. Je n’aurais donc pas confié mon regard à quelqu’un en qui je n’avais pas confiance. J’ai mis une petite musique relaxante dans mes écouteurs et je me suis quasi endormie. Preuve de la grande confiance que j’ai en Isa !

J’avais hâte de voir le résultat car Isa m’avait assuré que je n’aurais pas d’effet « vinyle » ou cartonné avec les faux-cils en soie qu’elle utilise. Et effectivement, les cils sont super légers et donnent un effet ultra naturel.

Mes cils sont plus longs sans tomber dans l’exagération, ils sont noirs, mats, recourbés, bref… Plus besoin de mascara !

Au quotidien ça donne quoi ? C’est toujours superbe quand on sort de l’institut mais il faut voir le résultat à plus long terme. Ce que j’aime le plus, c’est me réveiller avec ce regard ! Je limite même le maquillage car les yeux font tout le boulot !

Cela reste une sensation assez étrange au début car il faut adapter sa routine make up et bannir le frottement des yeux mais on s’y fait assez vite !

On se familiarise aussi très vite avec les soins à apporter aux extensions même si cela peut paraitre un peu contraignant au départ.

Dans les premières 24h, il faut éviter le contact avec l’eau.

Il faut savoir entretenir ses extensions pour qu’elles tiennent plus longtemps.

Il faut éviter les produits à base d’huile, cette dernière va dissoudre la colle utilisée.

Il faut nettoyer ses extensions avec du démaquillant/shampoing qui n’irrite pas les yeux à l’aide d’un pinceau blush chaque soir. Ceci permettra d’éliminer la poussière sur les cils.

Il faut les brosser avec un goupillon sec matin et soir.

Il faut faire « remplir » vos extensions régulièrement pour entretenir l’effet pin-up du début.

Je vous déconseille vivement de vous adresser à un institut qui pose des extensions pour 30 ou 40 balles, à la chaine. Vous risqueriez de vous retrouver avec des extensions qui ne tiennent pas, qui sont trop rigides, à l’effet plastique.

La pose d’extensions tout comme le remplissage et la dépose doivent être faits par un(e) pro ! Cela demande de la patience, de la méticulosité, du temps !

Est-ce que je retenterai l’expérience ?

Sans doute mais j’ai tout de même hâte de retrouver mes « vrais » cils. J’ai l’impression que mes yeux sont plus secs depuis le port des extensions et surtout j’aime pouvoir être libre de mes mouvements sans avoir à réfléchir (vive le frottement des yeux au réveil !)

Si vous souhaitez un regard de biche, je ne peux que vous recommander de contacter Isabelle qui se fera un plaisir de vous recevoir sur Paris.

 

 

 

 

Rocking Curves !

Rocking Curves !

 

Mascara rocking curves, Rimmel 11 €
Mascara rocking curves, Rimmel 11 €

J’en connais un rayon en courbes ! Alors quand Rimmel me promet « un volume extrême et des courbes renversantes » pour mes petits cils, j’étais obligée de craquer.

Bon, ok, j’ai presque fini mon mascara et j’avais très envie d’en tester un nouveau! Il y avait aussi une réduction de 3 € donc c’était le moment où jamais !

J’aime bien les grosses brosses pour les mascaras, je n’ai pas été déçue par celle-ci. Sa forme est toutes en courbes : la pointe plus fine permet d’attraper au mieux les petits cils. Il faut s’y habituer un peu car au début on maitrise moins bien l’application.

Bon point : même lors des premières utilisations, il n’y a pas trop de mascara sur la brosse. C’est assez rare pour le remarquer !

 

IMG_2092
Ce n’est pas mon mascara préféré mais il a de bons côtés ! Il apporte du volume mais surtout allonge bien les cils et les teinte bien en noir. Si vous cherchez un mascara allongeant pour un petit prix, je vous le conseille !

Trêve de parlotte, le résultat en images !

 

avant apres

Je ne sais pas comment font les filles pour réussir une parfaite photo avant-après, moi je suis nulle ! Mais on se rend tout de même compte du volume apporté, ouf !

 

De la difficulté de s’habiller pour un entretien d’embauche… quand il fait chaud !

De la difficulté de s’habiller pour un entretien d’embauche… quand il fait chaud !

Ça arrive même aux meilleures !!! @Google images

S’habiller pour un entretien n’est jamais chose facile mais quand il commence à faire chaud ça devient carrément mission impossible !

En hiver, pas de problème. Un manteau noir, un pantalon, des chaussures fermées, on s’en sort avec un ensemble pas trop compliqué.  Vous optez pour la jupe ? Encore mieux, le collant galbant  vous fera perdre 2/3 kilos sans être obligée de retenir votre respiration durant tout l’entretien.

Mais lorsque la température monte (dans l’air pas entre vous et votre recruteur) l’opération « s’habiller pour être recrutée » (ce qui est accessoirement le but ultime de l’entretien) devient nettement plus ardue.

Plus question de manteau au risque d’arriver rougeaude et haletante à votre rendez-vous. Mais sans veste vous avez l’air trop décontractée.

Les couleurs claires ? Ah oui c’est sympa l’été mais moins sympa si vous levez les bras et que votre déo n’est pas ultra performant (et ne tenter pas de vérifier discrètement, vous ne passerez pas inaperçue) Alors, à moins de rester les bras collés le  long du corps durant tout l’entretien, vaut mieux éviter les couleurs pastel de cet été.

Et finies les bottes qui allaient si bien avec votre jupe (et votre collant galbant) et qui cachaient si bien vos gros mollets. Cependant, impossible de les troquer contre des sandales au risque d’attirer l’attention sur vos pieds (que nous vous n’avez pas eu le temps de soigner à la sortie de l’hiver).

Sans parler du maquillage qui commence sérieusement à faire la tronche après une heure de trajet, coincée dans le métro surchauffé. Ne comptez pas sur une petite retouche : sous les néons blafards du métro, vous risqueriez de faire demi-tour en faisant face au miroir.

Et puis les cheveux longs, qu’est-ce que ça tient chaud…  Obligée de les attacher donc et de ressembler à une vieille instit à la retraite. (C’est bien la peine de les laisse pousser si on ne peut même pas jouer avec façon pub pour tenter d’hypnotiser son interlocuteur….).

Résultat : vous arrivez à votre entretien moite, décoiffée, rouge, assoiffée.

Je ne préfère même pas penser aux journées chaudes et pluvieuses… Là, je crois qu’il vaut mieux tout annuler sous peine de ressembler à une serpillère mal essorée.

Oui, la vie de candidate en été c’est compliquée (mais on est quand même bien contente de les passer ces entretiens, moite ou pas moite !).

Vos échantillons, vous en faites quoi ?!

Vos échantillons, vous en faites quoi ?!

Il est temps de faire du tri !

Des échantillons nous en collectionnons partout, tout le temps. Que ce soit aux caisses des magasins, dans les magazines, lors des commandes internet…. Mais qu’en faisons-nous réellement ? Je me suis posée la question lorsque j’ai ouvert le dernier numéro de Biba qui propose de tester plusieurs produits pour illustrer son dossier make-up.

Beaucoup d’entre nous les laissons souvent de côté. Pas adapté à notre peau, parfum qui ne nous dit rien, anti-rides jugé prématuré pour notre âge, couleur improbable, etc. Et puis il faut bien avouer que certains sont loin d’être pratiques à utiliser. Comme ces foutus échantillons de shampoing impossibles à déchirer sous la douche…

A découper avant de passer sous la douche !!!

J’avoue que lorsque je dois choisir plusieurs échantillons pour terminer ma commande chez CCB par exemple, je clique un peu au hasard (en évitant soigneusement l’embellisseur abricot, dont je n’ai toujours pas compris l’utilité au bout de 15 ans !). Les sites ont ainsi l’impression de nous faire un super cadeau mais on préfèrerait bien souvent un code de réduction, non ?!

Alors que faire de ces échantillons ? Déjà, les trier ! J’en ai certains qui datent de plusieurs années, soigneusement stockés dans une petite mallette. Je suppose que je risquerais une grave poussée de boutons si jamais je les utilisais !

Puis, pourquoi ne pas en utiliser certains ? Après tout, c’est fait pour ça et il est possible de faire de jolies découvertes grâce aux échantillons. J’avoue préférer les échantillons de maquillage aux échantillons de soins. Je regarde beaucoup de blogs beauté, de site internet vantant les nouveautés mais impossible de réellement savoir ce que telle couleur de rouge à lèvres donnera sur moi. Dans les magazines, les mannequins, quelques soient leur couleur d’iris, portent toujours parfaitement les couleurs d’ombres à paupières même « immettables ». J’avoue que ça donne envie de les imiter mais pas question d’aller acheter un  vert pétard sans être certaine d’oser la porter.

Biba, mai 2012

Ainsi, j’ai pu tester la BB crème de L’Oréal. Parfaite au premier abord, je me suis vite aperçue de sa couleur orangée à la lumière du jour… Voilà comment économiser 15 € !  Par contre j’ai pu découvrir le fond de teint Clinique Superbalanced. La couleur donnée étant légèrement trop foncée pour moi, je m’étais rendue chez Sephora pour qu’une gentille conseillère me fournisse un petit pot rempli dudit fond de teint de la bonne couleur. Sympa pour essayer sur plusieurs jours mais rare de tomber sur une si sympathique Sephorette !

Enfin, si certains de mes échantillons ne me donnent aucune envie de les tester, je les donne. Je n’aime pas les échantillons de parfum. Hors de question pour moi de soulever les échantillons qui se trouvent dans les magazines sous peine de les « contaminer » avec une odeur douteuse… Et puis ces pages cartonnées ça m’énerve pour lire tranquillement !!! Mais je sais que certaines de mes amies adorent tester les nouveautés parfumées. Alors je mets de côté les petits tubes pour elles (oui, je suis une super copine !!!).

Et vous, que faites-vous de vos échantillons ? Gardés, jetés, utilisés, que deviennent-ils ?!

 

Bouclier cosmétique

Bouclier cosmétique

Le bon vieux temps...

Je n’entends plus d’une oreille, ma narine droite est bouchée, j’ai la voix d’une vieille fumeuse asthmatique, je dois abandonner mes lentilles pour cause d’œil aussi rouge que les boules ornant le sapin. Bref, je suis malade.

J’ai donc passé les fêtes en jogging et binocles, avachie sur le canapé peinant à profiter du feu de cheminée, des petits fours et de cette fameuse forêt noire pour laquelle je m’étais donnée tant de mal (mes papilles gustatives en ont pris un coup)…

Et autant vous dire que question maquillage de réveillon, j’ai passé mon tour. Exit les paillettes (sans doute à l’origine de mes yeux larmoyants), exit le nouveau blush minéral, exit le rouge à lèvres de pin-up, exit tous les tutos dont je souhaitais m’inspirer…

Et ça fait une semaine que ça dure. Une semaine sans me maquiller. Et c’est dur. Les 2 premiers jours on se fait une raison, on reste de toute façon planquée sous la couette alors à quoi bon se tartiner la tronche si ce n’est pour laisser des traces indélébiles sur les drapes de môman. Mais au troisième jour, on se lève et la réalité éclate devant le miroir. Blanche, à la limite du teint de cadavre, je me suis fait peur. Pas de problème, j’ai dégainé le fond de teint. Après tout, ça ne pouvait pas me faire de mal. Mais la différence de teinte entre mon cou et mon visage était tellement flagrante que j’ai préféré tout enlever (c’était avant de me rendre compte que j’avais prévu un col roulé dans mes bagages)…

J’ai donc décidé de prendre mon mal en patience et de ne pas me maquiller le temps de guérir (Dieu, que c’est long, c’est pas beau de vieillir !). Me voilà donc à sortir sans maquillage, pas coiffée (aucun intérêt) et affublée de mes lunettes à monture écaille et verres triple foyers (la fameuse seconde paire à 1 €).

Le choc fut rude, je me suis sentie toute nue. Je ne passe pourtant pas des heures dans la salle de bain mais je me rends compte de l’importance de me sentir jolie vis-à-vis du regard des autres et ça passe par le maquillage.

Une question s’impose alors : pour qui se maquille-t-on ?

Pour soi ? Pour les autres ?

Il y a quelques jours je vous aurais répondu sans hésiter : Mais pour moi, voyons ! (oui j’avais un côté un peu revêche que la maladie a également mis K.O.) Aujourd’hui, j’ai légèrement revu mon jugement…

Car, certes, je me maquille pour moi car j’aime ça. J’aime la fantaisie que le maquillage procure, j’aime me sentir coquette, j’aime le changement que mes palettes me permettent.

Mais le maquillage me permet aussi de me sentir plus « forte » pour affronter le regard des autres. Un peu comme une petite carapace cosmétique. Bizarrement, je peux être plus « moi » avec du maquillage. Il ne s’agit pas de disparaitre derrière une épaisse couche de fond de teint, de correcteur et de fards à paupière, juste de mettre en valeur ses atouts et de cacher ses petits défauts. Un peu comme les fringues finalement ! Autant vous dire que j’ai hâte de replonger dans mes pots de crèmes !

Et vous, le maquillage : passion ou aversion ?!

Le maquillage peut-il vraiment tenir lorsqu’il fait chaud ?

Le maquillage peut-il vraiment tenir lorsqu’il fait chaud ?

Lui aussi il a eu chaud!

La réponse est non (pas le mien en tout cas) ! La chaleur et moi nous ne sommes pas copines puisque elle bousille systématiquement le ravalement de façade que je viens de m’offrir. Et dire que j’y croyais encore, naïve, ce soir de canicule…

Chouette, une soirée entre copines, je décidai donc de me faire toute belle, on sait jamais d’ici à ce que l’homme de ma vie se soit planqué derrière le bar, il n’y a qu’un pas.

Travaillant de chez moi depuis peu, j’ai pu prendre ma douche et me maquiller au dernier moment. Je pensais donc arriver toute fraîche au rendez-vous, narguant celles qui avaient bossé sous un soleil de plomb toute la journée.

C’était sans compter le trajet… J’ai rarement eu aussi chaud (ok, je dis ça à chaque fois que j’ai un peu chaud) dans cette rame de métro. Et il a fallu que je me tape 2 changements en plus… Y a quantité de bars plus près, la prochaine fois, c’est moi qui choisis… En sortant de chez moi, j’aurais déjà du savoir que je n’allais pas arrivée si nette que prévu…

Happée par la chaleur, j’avais déjà les gouttes de sueur qui me taquinaient la nuque au bout de quelques pas… En arrivant dans le métro, j’ai choisi le distributeur situé dans le courant d’air histoire de sécher tout ça… Sans succès…bien sûr.

A peine arrivée dans la rame, l’enfer. Ce n’était plus quelques gouttes mais un ruisseau qui s’était emparé de mon visage. Le pire ? J’avais l’impression d’être la seule à ruisseler… Autant vous dire que ma poudre soit disant matifiante s’était fait la malle depuis longtemps.

J’ai trouvé un vieux bon de réduction Yves Rocher qui trainait dans mon sac pour faire office d’éventail. Merci Yves, sans toi je risquais la syncope. Après ¾ d’heure d’étuve, 20 minutes pour trouver mon chemin (décidemment, y a vraiment des bars plus près), je suis arrivée tant bien que mal à destination. Horreur je me suis retrouvée assise face à un miroir. Là, mon scénario je-rencontre-l-homme-de-ma-vie-ce-soir, était définitivement flingué.

Ma peau avait pris une teinte gaspacho, mon crayon noir s’est retrouvé étalé sous ma paupière mon blush s’accrochait par plaques et mes petits copains les boutons se foutaient de moi : t’as voulu nous planquer mais on est toujours là… Quant aux cheveux, je ne préfère pas en parler, j’en ai encore des séquelles psychologiques.

Un constat s’est donc imposé, je ne me serais pas maquillée, je me serais trouvée tout aussi moche mais moins dégoulinante.

C’est décidé, j’arrête d’écouter les conseils cosmétiques des américaines qui vivent dans leurs voitures/maison/boulot climatisés non stop et je viens sans maquillage. (Mais ¼ plus tôt, histoire de me maquiller dans les toilettes !)

Lingettes démaquillantes Lamazuna

Lingettes démaquillantes Lamazuna

La marque Lamazuna m’a gentiment demandée de tester leurs nouvelles lingettes démaquillantes écologiques.

Voilà donc un petit test en images :

1ère étape :

La découverte

La lingette avant utilisation

Cette lingette est très douce au toucher, un peu façon peau de chamois. Elle s’utilise uniquement avec de l’eau et rien d’autre. De quoi faire des économies de démaquillant ! De plus, elle est réutilisable plus de 300 fois ! Ecologique on vous dit !

2ème étape :

La lingette une fois mouillée (ok on ne voit pas la différence !)

Mouiller la lingette, c’est plus agréable à utiliser avec de l’eau chaude pour les frileuses comme moi !

3ème étape :

Dégâts cosmétiques

Constatation des dégâts cosmétiques ! Un peu de mascara, une pointe de fond de teint, du blush, une dose de fard à paupières, un trait de crayon, un zest de gloss et une pointe de rouge à lèvres… on laisse bien sécher :

4ème étape :

La lingette après utilisation

Le débarbouillage grâce à la lingette. Pas besoin de frotter ! La lingette est ultra douce…

5ème étape :

Direction le filet de lavage

On enfourne les lingettes sales dans un filet de lavage. Faudrait pas qu’elles se perdent dans la machines les p’tites !

6ème étape :

En machine Simone

Le lavage. Les lingettes se lavent en machine entre 40° et 90°C.

Voici les lingettes après lavage :

Lingettes après lavage

Il reste quelques traces de maquillage même après un lavage à 70°C… Mais les lingettes sont tout de même prêtes à être réutilisées.

J’ai bien sûr essayé une lingette sur le visage mais souhaitais vous épargner les images de mon visage démaquillé et blafard. Je trouve les lingettes légèrement trop petites mais le maquillage n’y résiste pas ! Pas de rougeurs sur les yeux même après plusieurs passages. Pas de film gras sur la peau. Je préfère cependant sentir l’action de la mousse qui désintègre fond de teint et poudres… Mais je pense que c’est une bonne alternative aux produits démaquillants parfois trop agressifs pour les peaux très sensibles et c’est aussi beaucoup plus facile à trimballer lorsqu’on va dormir chez son amoureux…

Lamazuna

Info prix :

10 lingettes : 14.50 € (filet de lavage offert)

20 lingettes : 25 € (filet de lavage offert)