Vraiment ?

 image

On entend beaucoup parler en ce moment des photos non retouchées d’Adèle pour la couverture du magazine Rolling Stone et de Kate Winslet pour Vanity Fair et Lancôme.

image

Je suis bien sûre « heureuse » de ces initiatives. Mais je me demande si c’est vraiment une bonne chose de s’enflammer pour ces photos. Car c’est l’inverse qui devrait se produire. On devrait pointer du doigt les photos retouchées et non celles qui sont « au naturel ».

Il y a quelques années, Marie-Claire avait sorti un numéro spécial sans retouche dans lequel chaque photo non retouchée était notifiée. Evidemment je m’étais jetée sur le magazine mais après une simple réflexion je me suis dit WTF ?! On est désormais obligée de mentionner les photos qui ne sont pas retouchées car elles le sont toutes désormais. Oui ça partait d’un bon sentiment mais on ne devrait pas avoir à subir constamment des photos retouchées partout, pour tout.

On devrait pouvoir trouver des magazines dont les photos sont celles de femmes « au naturel ». Ne plus avoir à se dire, de toute façon elles sont retouchées.

J’aimerais pouvoir m’identifier aux jeunes femmes que je vois sans cesse dans les magazines que je lis, sur les affiches que je vois chaque jour à chaque coin de rue.

Car si à 33 ans je sais faire la part des choses entre un corps parfait car parfaitement retouché et un corps et ses défauts, ce n’est pas le cas de jeunes filles, parfois très jeunes, martelées par ces faux modèles à longueur de journée.

C’est vrai que c’est sympa Photoshop (même si c’est hyper difficile à utiliser !) : une belle lumière, un grain de peau plus lisse, et hop on se trouve tout de suite plus jolie. Mais si on apprenait déjà à se trouver jolie naturellement ?

A quand de vraies femmes, de vrais corps, pour nous représenter ?

Forcément sur Cindy ça rend mieux…

Cindy elle en impose !

Il y a quelques jours je découvrais sur le blog de Letilor, la nouvelle collection Cindy Crawford pour C&A. Visuels et teasing vidéo en noir et blanc, poses sexy de femme dynamique (!) bref, la collection simple mais efficace m’avait bien plu…

C’était jusqu’à regarder la boutique en ligne C&A pour y découvrir la collection… sans Cindy !

L’art de porter le gilet par Cindy….
Et sans Cindy….

Et là j’avoue que j’ai été bien déçue ! La collection m’est tout de suite apparue plus fade, plus quelconque… Plus rien à voir avec ce que j’avais vu quelques jours plut tôt et avec ce que nous vendent les pubs qui fleurissent partout.

N’est pas Cindy qui veut ! On peut dire qu’elle sait mettre les vêtements en valeur, la pro ! Ok, les prises de vues, le noir et blanc ça aide aussi !

J’adore ce gros gilet…
… Ou pas !

Alors en regardant ce que ça donne sur un mannequin plutôt jolie (et bien gaulée !), j’ai du mal à imaginer mal que ça puisse bien tomber sur moi ! Comme quoi, il n’y a pas que dans le secteur des cosmétiques que l’on nous vend du rêve photoshopé !

un pull rayé tout bête sur Cindy…
Et sur une autre !

Bien sûr, j’irai tout de même faire un tour chez C&A car il faut toujours essayer avant de juger (oui, c’est valable pour plein de choses !), on peut avoir de belles surprises.

De plus, une collection spéciale en collaboration avec un mannequin / styliste qui propose des grandes tailles, ce n’est tout de même pas fréquent !

Le business des rondes

 

On se foutrait pas un peu de notre gueule là?

J’avais un trajet assez long à faire en métro et je me suis décidée à acheter le dernier Femme Actuelle spécial rondes pour passer le temps.

A la fin de mon trajet et du magazine, je ne peux m’empêcher de me poser des questions.

J’ai déjà parlé de certains magazines et de leurs numéros sur les rondes. Mais j’ai envie de réitérer , je suis coriace ! Après la première impression passée « chouette on parle enfin des rondes », il me vient toujours à l’esprit la même réflexion : pourquoi un numéro spécial ?

Pourquoi ne pas tout simplement intégrer des femmes rondes aux pages de ces magazines ?

Pourquoi choisir de mettre en exergue la rondeur dans un numéro spécial? On ne définit pas les autres femmes comme minces ou maigres ou asiatiques ou autres ? Alors pourquoi en définir certaines comme rondes et donc les classer à part ? Les rondes sont des femmes comme les autres non? Elles ont le droit d’apparaitre dans les pages des magazines qu’elles lisent également, non?

Et bien non. Et je ne peux m’empêcher de penser que les rédactions surfent sur la mode des rondes, pour vendre plus, tout simplement. Un bon business les rondes….

Car, soyons honnêtes, dès le numéro suivant, les rédactions oublient totalement les grosses. Basta les courbes, on retrouve les mannequins minces, les conseils minceurs, la mode pour mince….

Les rédacteurs répondront que oui, ils parlent des grosses, la preuve ils ont fait un numéro spécial le mois précédent…. Ça les dédouane ces fameux numéros spécifiques, génial…

Dans le fameux numéro de Femme Actuelle, on trouve un dossier de 16 pages sur les rondes, au milieu duquel s’est glissée une pub pour la pilule amaigrissante Alli… No comment. C’est quoi le message ? Vous avez le droit d’être grosse mais faudrait pas oublier que vous pouvez aussi maigrir hein ?

Je ne sais pas comment sont dispatchées les publicités dans les magazines mais sincèrement ils auraient pu caser celle-ci ailleurs, non ?

Après le premier article spécial rondes ça m’a donné vraiment envie d’assumer ma silhouette même si, ne mesurant pas 1m80, ce serait plus difficile que pour Tara Lynn ou Crystal Renn mais force est de constater que finalement après avoir lu tous les numéros, je n’ai qu’une idée en tête : maigrir.

Oui, maigrir, maigrir pour pouvoir porter les fringues présentées dans ces magazines, maigrir pour me fondre dans la masse, maigrir pour être de nouveau comme les autres. Un peu contraire au but recherché en achetant ces numéros spéciaux, me direz-vous.

Pas facile de s’accepter surtout lorsque je pense aux nouveaux régimes qu’ils vont nous dégoter au printemps et que je ne manquerai pas de parcourir bien sûr…