Madame, Mademoiselle, bla bla bla

De nouveaux combats?

Hier soir j’ai eu une conversation avec un homme (ca m’arrive) concernant ce fameux débat sur la suppression de la case Mademoiselle des formulaires administratifs.

J’expliquais donc  à cet homme que de mon côté, même si j’aime bien qu’on m’appelle mademoiselle, je m’en contrebalance de cette guéguerre un peu stupide qui nous fait finalement passer pour des quiches et des filles se crêpant le chignon sur un sujet qui n’a pas vraiment lieu d’être (Il n’y a qu’à lire les commentaires plutôt virulents sur les articles traitant du sujet).

L’homme en question m’a rétorqué qu’au-delà de ce sujet un peu « léger », c’était sans doute pour faire parler de leur mouvement féministe…

Certes, je n’avais pas pensé à ça… Mais si vraiment elles ont besoin de faire entendre leur voix, pourquoi ne pas le faire sur un autre sujet ? Un sujet vraiment important, un sujet qui ferait vraiment avancer les choses ? Un sujet qui pourrait vraiment en aider certaines ? Les violences faites aux femmes… par exemple. (Bizarrement, j’ai l’impression qu’on en parle moins de ce sujet pourtant plus que jamais d’actualité)

Et de là m’est venue cette réflexion sur le « féminisme ». Nos aïeules se sont données tellement de mal pour nous offrir le droit de vote, le droit à la contraception, le droit d’épouser l’homme qu’on a choisi et j’en passe que j’ai l’impression qu’on régresse à parler de sujet tel que cette fameuse case Mademoiselle. Qu’on en oublie les sujets capitaux.

C’est sans doute très important pour certaines, mais je n’arrive pas à mettre ça sur le même plan que le droit de vote… par exemple. Allez comprendre…

Ces aïeules nous ont donné la possibilité de faire nos propres choix, de décider de notre vie. Or, cette liberté implique des responsabilités. Et je pense que c’est à nous, maintenant de continuer leur « combat » en offrant les mêmes chances à d’autres, ailleurs. A ces femmes qui sont lapidées pour adultère, à ces gamines de 10 ans mariées de force, à ces épouses violées pendant la guerre, bref, à ces femmes qui n’ont pas les mêmes chances que nous.

Peut-être est-ce là le vrai combat qu’il faut mener maintenant ? Peut-être que le « féminisme » ne doit pas seulement servir notre petit confort mais aider réellement à faire évoluer les mentalités dans des pays où les femmes souffrent réellement ? …Sans compter sur ce qu’il reste encore à faire en France.

Alors, oui, ces sujets sont moins faciles à traiter, moins « vendeurs », moins matière à des petites querelles, mais ils existent.

Je ne suis pas féministe, je ne suis même pas pour la parité mais je suis une femme et en tant que telle j’ai vraiment envie de voir les possibilités qui m’ont été offertes, accordées à d’autres.

Démocratisons la cellulite

Keely Shaye Smith : J'ai de la cellulite mais je me tape Pierce Brosnan, et vous?!!!

Lors d’une virée au Super U du coin, je suis tombée sur une dame d’un certain âge, moulée dans un short en cuir qui ne nous cachait rien de sa cellulite. La tenue a tout de suite frappé ma mère « A son âge on ne met plus ce genre de chose » certes, mais moi ce qui m’a frappée c’est sa cellulite exposée aux regards.

M’est alors venue cette idée saugrenue : pourquoi devrions-nous cacher notre cellulite ? Parce que c’est moche ? Parce qu’elle est assimilée aux grosses ? Parce que les gens risquent d’en être choqués, de se moquer ?

Premièrement, qui a décrété que la cellulite c’était moche ? Pourquoi les boutons, cicatrices, strabisme, dents en avant ne seraient pas aussi moches à voir ? Si on devait décréter que le moindre « défaut » est moche, on ne sortirait plus de chez nous !

Deuxièmement, la cellulite ne touche pas que les rondes c’est bien connu, elle s’attaque même aux très minces. Allez donc jeter un œil aux magazines people de l’été qui se feront une joie de vous montrer que les stars à la plage ont, elles aussi, de la peau d’orange.

Troisièmement, si la cellulite choque alors que dire des gens piercés, tatoués, aux cheveux colorés, au look improbable, etc ? Ils sortent comme tout le monde sans qu’on leur jette des pierres. Et puis n’oublions pas que la cellulite n’est pas quelque chose de volontaire.

Alors pourquoi avoir tellement honte de cette cellulite ? C’est de notre faute ! Si nous n’avions pas fait tant d’esbroufe autour d’elle, si nous n’avions pas pris à la lettre tous les magazines féminins, si nous ne bavions pas devant des photos retouchées, elle serait sans doute bien mieux acceptée de nos jours et nous n’aurions pas à nous cacher par tous les moyens. Et un complexe en moins, un !

Alors pourquoi ne pas démocratiser la cellulite ?! Bah oui, ça en décomplexerait plus d’une, moi la première qui cache ses cuisses depuis des années. La cellulite serait dans la « norme » et plus cachée sous nos pantalons.

Bon alors qui se dévoue pour faire péter la mini-jupe et exposer fièrement sa cellulite ?!!!

Etre une femme…

 

Je ne vais pas m’étendre sur la journée de la femme mais ce fut pour moi l’occasion de voir un reportage très intéressant retraçant l’histoire du magazine Marie-Claire et donc des femmes sur LCP.

J’ai réalisé ma chance de pouvoir travailler, de pouvoir ouvrir un compte à mon nom, de pouvoir disposer de mon corps, de pouvoir étudier, de pouvoir accéder aux contraceptifs, de pouvoir m’habiller comme je le souhaite, d’aimer qui je veux…

Je remercie donc toutes les femmes et les hommes qui se sont battus pour offrir à ma génération et aux futures le droit de profiter pleinement de notre féminité, en liberté.

Il reste bien des combats à mener, ailleurs, à nous de les poursuivre…