Les secrets du Kâma-Sûtra à La Pinacothèque de Paris

kama-sutra5

Si vous résumez le Kâma-Sûtra à une suite de positions acrobatiques, allez faire un tour à la Pinacothèque de Paris.

L’exposition, « le Kâma-Sûtra Spiritualité et érotisme dans l’art indien » vous fera découvrir la naissance de cette philosophie indienne et vous permettra d’en savoir plus sur une tradition souvent très mal connue en Occident.

 

Le Kâma-Sûtra parle de sexe oui, mais pas seulement, loin de là ! C’est une vrai guide spirituel qui accompagnait ses lecteurs vers la vertu dharma, le bien-être matériel, artha, et l’amour, kâm.

Bien plus que le poirier ou la brouette indienne comme on pouvait initialement le penser !

Kama 2
Shiva et Parvati dansant au son d’un musicien Pièce de char cérémoniel Tamil Nadu XVIIIe siècle Sculpture sur bois 55 x 35,5 x 11 cm Collection Michel Sabatier, La Rochelle

 

Les 300 différentes œuvres présentées sont très bien mises en valeur dans les différentes salles qui nous guident au travers des 7 livres du Kâma-Sûtra :

  • Les méditations
  • L’art de faire l’amour
  • L’art de faire la cour et le mariage
  • La conduite de l’épouse
  • Séduire les femmes des autres
  • La courtisane
  • Les aphrodisiaques et les charmes
Couple en ébat acrobatique Tamil Nadu Fin XVIIIe - XIXe siècle Sculpture sur bois   91 x 49 x 14,5 cm Collection Michel Sabatier, La Rochelle
Couple en ébat acrobatique
Tamil Nadu
Fin XVIIIe – XIXe siècle
Sculpture sur bois
91 x 49 x 14,5 cm
Collection Michel Sabatier, La Rochelle

L’exposition propose également de tenter de comprendre pourquoi ce livre a souvent été déformé par l’Occident.

Couple aristocratique sur une terrasse École de Jodhpur Pigment naturel et rehaut d'or sur papier  26,7 x 19,1 cm  Collection privée
Couple aristocratique sur une terrasse
École de Jodhpur
Pigment naturel et rehaut d’or sur papier
26,7 x 19,1 cm
Collection privée

Comptez environ 1h30 pour voir toute l’expo. Il faut bien avouer, qu’à la fin, vous aurez appris plein de positions à vous donner un torticolis… Pas sûr de reproduire la même chose à la maison !

Ganesh École de Sirohi, Rajasthan xviiie siècle Aquarelle 12,7 x 17 cm Collection privée
Ganesh
École de Sirohi, Rajasthan
xviiie siècle
Aquarelle
12,7 x 17 cm
Collection privée

Bon point : les audiophones sont gratuits et permettent d’en savoir plus sur une quinzaine d’œuvres.

Pinacothèque de Paris

Du 02/10/2014 au 11/01/2015

28, Place de la Madeleine
75008 Paris

 

 

Tim Burton à la cinémathèque française

Une des six affiches de l'exposition

« J’étais en train de faire un croquis, et, tout à coup, je me suis dit : peu importe que je sache dessiner ou pas, l’important c’est que j’aime ça. Dès lors, je me suis fichu de savoir si je pouvais reproduire ou pas une forme humaine, ou si les gens aimaient ou pas mes dessins » Tim Burton

Je suis loin d’être une cinéphile avertie mais s’il y a bien un univers cinématographique que j’apprécie tout particulièrement c’est bien celui de Tim Burton.

Autoportrait de Tim Burton

Certains diront qu’il est fou, moi je pense qu’il est ingénieux, talentueux, fantasque, poète, funeste, exalté… Bref, je ne ressors jamais de la projection d’une de ses œuvres sans être remuée et j’aime ça !

C’est donc très enthousiaste que je me suis rendue à l’exposition Tim Burton qui se tient à la Cinémathèque du 7 mars au 5 août 2012.

Tim Burton l'exposition - © Stéphane Dabrowski

Je n’ai pas été déçue ! Je ne connaissais de Tim Burton que ses films j’étais loin d’imaginer qu’il avait ces talents de dessinateur.  Je payerais cher pour avoir un de ces dessins dans mon salon !

Tim Burton l'exposition - © Stéphane Dabrowski
Un Tim Burton plein d'humour !

L’exposition retrace donc tout le parcours de Tim Burton, son enfance à Burbank banlieue calme de Californie, son entrée dans la célèbre CalArts (California Institute of the Arts), sa collaboration avec les studios Disney, ses premières œuvres comme ce court métrage, Hansel et Gretel à la sauce Burton !

Croquis d'Edward aux mains d'argent
Croquis du personnage d'Edward aux mains d'argent

Qui a oublié son génialissime Beetlejuice ? Qui n’a pas versé une petite larme devant Edward aux mains d’argent ? Qui n’a pas voulu vivre un vrai Halloween en regardant L’étrange Noël de Mr Jack ? Et qui n’a pas voulu jouer à Catwoman grâce à Batman le défi ?!

Catwoman, le fantasme !

Beaucoup de dessins donc mais aussi des costumes dont celui d’Edward aux mains d’argent, des sculptures inédites, des accessoires… Et bien sûr des extraits de ses films. Tout pour retrouver l’univers onirique du réalisateur.

Johnny Depp sans Sleepy Hollow

Sans oublier ses acteurs fétiches, ses doubles : Johnny Depp, Michael Keaton, sa femme, l’actrice Helena Bonham Carter, son compositeur préféré Danny Elfman et son idole Vincent Price…

L'étrange Noël de Mr Jack
Beetlejuice

Cette exposition m’a fait découvrir tout un pan du monde de Burton que je ne connaissais pas mais également donné envie de redécouvrir ses films.

Ne faites pas comme moi : pour éviter le monde, profiter au mieux de l’expo et vous attarder sur tous les détails, attendez un peu avant de vous rendre à la Cinémathèque !

Dark shadows

Et, dernière nouvelle, le prochain film de Tim Burton Dark shadows, avec son acteur fétiche Johnny Depp en vampire catapulté dans les années 70, sortira le 7 mai….

La cinémathèque française

51, rue de Bercy

75012 Paris

M° Bercy

Plein tarif : 11 €
Tarif réduit : 8 €50
Moins de 18 ans : 5 €50

Spider expo

Quoi de mieux qu’une expo sur les araignées pour occuper un enfant de bientôt 8 ans fan des petites bêtes ? Me voilà donc au jardin des plantes pour visiter l’expo « Au fil des araignées » avec mon frère et mon neveu.

Entrée gratuite pour moi (le bon côté du chômage…), 9 € pour mon frère et 7 € pour le petiot.

Nous entrons donc dans la première salle, bien sombre comme d’habitude pour ce genre d’expo. Je ne sais pas si c’est pour créer une atmosphère mystérieuse autour des araignées mais un peu plus de lumière n’aurait pas été de refus !

Quelques spécimens nous sont présentés sous cloche de verre. Je m’approche, pensant qu’il s’agissait de vraies bébêtes mais il s’agit de simples reproductions parfois à la limite de la pâte à modeler.

Bouh, ça fait peur... ou pas

Je me retourne et remarque que le médiateur de l’expo fait une démonstration sur le même jouet  offert à mon neveu à Noël dernier…

Nous continuons à suivre les flèches lorsqu’une maille de mon gilet se prend dans la fermeture du sac à dos d’un monsieur devant moi (non, ce n’était pas un plan drague !)… Une fois libérée, je me faufile à travers tous les gamins surexcités.

Heureusement que mon gilet ne s'est pas pris là-dedans...

Il y a un peu trop de texte partout, pas forcément accessibles aux plus petits  (ni aux plus grands comme moi qui ont la flemme de lire…). Mon neveu, quant à lui, s’essaye à tous les jeux ludiques mis à disposition des gamins : microscopes, tables tactiles, énigmes, …. Certains ne fonctionnent pas, dommage.

Là elles me font peur !

Nous, ce qu’on veut voir ce sont des spécimens vivants et lorsqu’enfin, nous les apercevons, il n’y en a que 4/5 dont 2 impossibles à distinguer dans leur petite cage de verre.

Je n'aimerais pas la trouver dans mon lit....

L’expo continue donc sans grand enthousiasme. Nous traversons des espaces de projection pour voir des films sur les araignées. Beaucoup d’expo sont ainsi meublées par des vidéos et peu de gens s’y intéressent car si on prend la peine de sortir le dimanche, ce n’est pas pour se retrouver, encore, le cul collé devant la télé !

Quelques spécimens

Mon neveu n’a pas non plus été emballé par l’expo. J’ai tenté de lui expliquer que cette expo pouvait intéresser des enfants qui ne connaissaient pas la vie des araignées mais sa réponse fut sans équivoque : moi je sais déjà tout ça !  Ok. Je me rends (et suis secrètement très fière de lui avoir offert cette panoplie du petit naturaliste il y a quelques années).

J’ai tout de même appris quelque chose d’intéressant, hihihi:

Peter Parker l'a échappé belle !

Nous sommes donc tous les 3 restés sur notre faim. Surtout que pour 9 € nous nous attendions à quelque chose de plus « travaillé » et recherché.  A 3 ou 4 € l’expo, ok mais là, 9 € c’est légèrement abusé comme pour beaucoup d’expo / musées inabordables en région parisienne.

Pour conclure, je dirai que je n’aime pas plus les araignées et que, j’en ai encore écrasé une tout à l’heure. Je m’en veux mais fallait pas qu’elle m’agite toutes ses pattes devant le nez…. Bouh….

Au fil des araignées

Jardin des Plantes – Grande Galerie de l ’Évolution

36, rue Geoffroy Saint-Hilaire – 75005 Paris

Brune / blonde, l’expo

Brune ou blonde?

 

La beauté du ciel est dans les étoiles, la beauté des femmes est dans leur chevelure.

Proverbe Italien

Hier, je suis allée visiter l’exposition Brune, blonde à la cinémathèque française.

Je n’ai pas vraiment parcouru d’articles sur l’expo avant de m’y rendre, le seul titre me donnant envie d’y aller.

Je pensais y trouver des extraits de films et autres archives sur les dissensions entre les brunes et les blondes dans l’histoire du cinéma mais c’est une ode à la chevelure féminine que j’ai découverte. Et ce n’est pas plus mal! Car ce n’est pas tant la couleur des cheveux qui est importante mais la façon d’en jouer.

Les extraits de films projetés nous replongent dans des morceaux d’anthologie du cinéma.

On retrouve Louise Brooks et son carré noir légendaire, Catherine Deneuve et ses cheveux blonds de poupée, Rita Hayworth et son roux flamboyant.

Rita Hayworth, Gilda

Les réalisateurs ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de filmer la chevelure des femmes. D’Hitchcock à David Lynch, tous ont une fascination pour la chevelure des femmes, vivante, séductrice, faussement naïve,bref, fatale!

Sur un plan purement pratique, les salles ne sont pas très bien insonorisées. Il est malheureusement parfois difficile de se concentrer sur la vidéo en cours. Mais beaucoup d’écrans sont équipés d’écouteurs individuels.

Les tableaux et photographies complètent cette exposition ainsi qu’une étrange sculpture composée de milliers de cheveux de poupée… Etrange!

Alice Anderson, The isolated child

On découvre que plus qu’une mode c’est une évolution de la société que contient la chevelure des femmes au travers des âges.

Et on comprend alors comment les cheveux courts deviennent un symbole de résistance face à la domination des hommes désormais révoquée par les femmes de toute une génération qui marque la mienne encore aujourd’hui.

Angela Davis, militante féministe

J’ai flâné pendant 1h30 dans l’expo et terminé par la salle de cinéma projetant des courts métrages sur le thème des cheveux écrits par 6 réalisateurs contemporains.

J’ai particulièrement apprécié le film de Kiarostami (si je ne me trompe pas),dans lequel une adorable fillette est tiraillée entre le choix de devenir actrice et celui de raser ses précieux cheveux longs pour l’occasion. Devinez ce qu’elle choisit?!

Brigitte Bardot, Le Mépris

Sur le site de la cinémathèque vous trouverez un lien vers l’exposition virtuelle qui m’a permis de voir des vidéo que j’ai pu manquer.

Qu’on porte les cheveux longs ou courts, blonds ou bruns, l’important c’est de comprendre la sensualité qui s’en dégage, et pourquoi pas, d’en jouer, ne serait-ce pas là un de nos privilèges?

Où?

Médiathèque

51, rue de Bercy

Paris 12

M°Bercy (L.6 ou 14)

http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/brune-blonde/

Onsept : lorsque le graff nous file une baffe!

 

Si comme moi le graffiti vous évoque seulement les mots tagués à la bombe dans le métro, les dessins porno sur les murs des impasses, ou les pseudo farfelus, vous allez être surpris par le talent du jeune artiste graffeur Onsept.

Flash back : en 2001, sous le pseudo de Saké, il créé avec plusieurs amis le collectif de graffeurs NOK. De cette union naitront plusieurs fresques monumentales et peintures.

En 2008, première toile perso qui lui permettra alors d’exprimer une nouvelle facette de son talent en solo. Les mots font alors place aux personnages!

Depuis il enchaine les toiles toutes plus géniales les unes que les autres.

Métro (146x90cm, technique mixte 2009)

Univers onirique, personnages ultra travaillés et démesurés, impossible de rester insensible!

Le souci du détail de chaque toile démontre un vrai perfectionnisme, un travail soigné et minutieux.

Détail de la toile Métro

Les différents matériaux utilisés : acrylique, aérosol, enduits donnent du relief aux scènes de la société moderne qui témoignent toutes de l’humour décalé de l’artiste.

Drab life! (89x146cm, technique mixte, 2009)

Onsept exécute également des commandes, en particulier des portraits ainsi que de la customisation (n’hésitez pas à le contacter!)

Portrait C&C (60x40cm, technique mixte 2009)
Veste pin-up (20x20cm, acrylique, 2009)

Alors où découvrir cet artiste? Au restaurant le laurier, 2 Rue Pernety dans le 14ème jusqu’au 12 octobre.

Profitez-en pour y déjeuner, la cuisine est fameuse!

Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de prochaines expo de ce jeune talent!

Et pour découvrir tour l’univers de cet artiste et pourquoi pas acquérir une de ses toiles, rendez-vous sur son site : www.onsept.com