Les bons gifs de la semaine spécial loose

Quand je me rends compte de la triste réalité
image

Quand on me demande mon état d’esprit du moment
image

Quand je n’ai vraiment pas le cœur à faire la fête
image

Quand je refuse les conseils d’optimiste de mon amie N.
image

Quand je rêve de ce que je pourrais faire si j’étais riche
image

Quand on me demande ce qui ne va pas dans ma vie
image

Quand je passe mes week-ends chez moi
image

Quand je dois quémander du travail au bureau
image

Quand je me prépare à aller au boulot
image

Quand on me demande comment je vais
image

Découragée mais pas encore déprimée !

C'est peut-être vrai
C’est peut-être vrai…

Des moments de découragement total j’en ai connu pas mal. Mais ces derniers temps j’arrive à un point de saturation rarement connu. Un tas de contrariétés qui s’accumulent et c’est la déprime qui arrive.

Dans ces cas là, j’ai deux solutions : me laisser totalement aller à cette déprime, m’empiffrer devant des tonnes de dvd, passer mon week-end en jogging, commencer à parler à mes chats ou me ressaisir, vite.

Cependant, je m’accorde toujours quelques temps de répit avant de passer à l’action. Des journées plus difficiles que d’autres durant lesquelles je me traine, je suis fatiguée, triste mais il ne faut jamais que ça dure trop longtemps. Sinon, c’est l’encrassage assuré. Et qui dit encrassage et déprime, dit y’a rien de bon qui arrive !

–          Faire ce qui nous fait plaisir

Un week-end avec petit-dej régressif, magazines à gogo,  soleil au parc, magnum aux amandes…

Prendre son temps pour faire des choses uniquement pour soi c’est un bon début pour ne pas ruminer ce qui ne va pas. Essayons déjà de profiter de petits instants.

Petit-dej régressif le matin...
Petit-dej régressif le matin…

–          Voir ses potes et se changer les idées !

Parler de ce qui ne va pas c’est déjà aller mieux. Autour d’un apéro improvisé sur les quais de Seine, j’ai pu philosopher sur les relations hommes-femmes et relativiser sur mes petits malheurs amoureux. Je suis rentrée le cœur plus léger à la maison. Durant longtemps j’ai préféré ne pas parler de ce qui n’allait pas mais les vrais amis sont toujours là pour vous prêter une oreille et vous réconforter !

pizza
et pizza entre potes le soir !

–          Avoir un projet à long terme

Mes finances ne me permettent absolument pas de réaliser ce projet dans les tous prochains mois mais une chose est sûre, je retournerai à NY ! J’ai trop aimé cette ville et n’en ai vu qu’un dixième pour ne pas y retourner ! Alors je sais que je vais devoir faire attention à mes finances, reprendre un petit crédit mais ce projet m’occupe la tête et laisse moins de place aux difficultés.

NYC !!!
NYC !!!

–          Se fixer des mini-objectifs à court terme

De mon côté ce sera des défis sportifs ! Mes cours de sport étant largement réduits durant l’été, leurs horaires ne collent plus trop avec les miens. J’ai donc décidé de suivre un des fameux 30 days challenge à la maison ! J’ai choisi celui des abdos car les squats me font trop mal aux genoux pour le moment et j’aimerais bien retrouver un ventre plus plat !

Ce challenge est très bien expliqué par Sabrina dans son blog Zekitchounette. Chaque jour ou presque on fait des exercices qui augmentent graduellement…

Objectif ventre plat (ou presque !)
Objectif ventre plat (ou presque !)

Autres petits objectifs en vrac : re-décorer mon salon, refaire les photos du blog, préparer mes petites vacances, …

Et vous, quelles sont vos solutions anti-déprime ?!

En mode pyjama

Si au moins j'avais un aussi joli pyjama...

Ces derniers temps j’écris moins. Et je m’en veux. Chaque jour où je n’écris pas m’angoisse un peu plus. Mais c’est un fait, ma vie en ce moment, ressemble à une pyjama party sans fin (et sans les copines). Pourtant je fais bien quelques expos, restos ou petites découvertes parisiennes (je quitte alors péniblement mon pyjama je vous rassure) mais alors que je commence à écrire sur ces sujets, je me dis à quoi bon ? Qui pourrait bien être intéressé ?! Du coup j’efface mes quelques lignes et je ne poste rien (et je renfile mon pyjama).

Pourtant plus j’écris, mieux je me sens. Alors pourquoi m’autocensurer ? Parce que je trouve débile de poster des trucs sans intérêt (au moins je ferai peut-être plus souvent la une d’Hellocoton)? Parce que j’ai peur de ne pas être lue (c’est aussi un peu pour ça que j’écris, j’avoue) ? Parce que ne pas écrire me donne un prétexte supplémentaire pour m’enfermer dans une déprime hivernale (là je sens que je brûle…) ?

Comme j’ai décidé de ne pas me laisser abattre par une non-vie passagère, le mieux est encore de vous faire partager ce qui me passe par la tête, intéressant ou pas. Je m’excuse par avance pour le vide intersidéral de certains billets mais si ça peut interpeller ne serait-ce qu’une personne, ce sera déjà ça de gagner non ?

 

Aller de l’avant bis

Ne pas se laisser aller, ne pas se laisser aller...

L’année dernière à la même date presque jour pour jour, j’écrivais ceci:

Plus de mec, bientôt plus de taff, plus pas de fric, plus de taille svelte… et pourtant, une furieuse envie de garder le moral !

 Je m’astreins donc chaque matin, dans le bus , collée à mon voisin chauve et (mal) odorant (une raison de plus de ma plaindre, vous remarquerez) à trouver au moins 3 raisons d’être en forme !

Et des fois, mon bonheur ne tient pas à grand-chose :

  • Un brushing réussi
  • Le sourire d’un joli garçon (pas le chauve qui pue!)
  • Des nouvelles chaussures qui ne font pas mal aux pieds
  • Un bon dîner en perspective
  • Retrouver mon girl power du boulot
  • L’image d’une tasse fumante d’Horlicks que j’engloutirais avant de me coucher
  • Une manucure impecc….
  • En plus, aujourd’hui ,c’est jeudi et jeudi, c’est le jour d’Envy !(bon, ok aujourd’hui c’est aussi grève et donc pas de magazine!)

 J’me rends compte que, finalement, je ne suis vraiment pas une femme difficile à satisfaire !

Aujourd’hui, même si Envy a disparu et que je n’ai plus mon girl power au boulot (oh vous me manquez les filles…), je suis dans le même état d’esprit. Et j’avoue que voir la vie du côté positif m’a pas mal servi cette dernière année même si ça n’a pas toujours été évident.

Du coup, en ce dimanche tristoune, je me force à voir mon verre à moitié plein même si ma taille n’est toujours pas fine, si mon boulot est loin d’être celui dont je rêve et si le fric manque toujours…

Je ne sais pas combien de temps encore je serai dans le creux de la vague (notez comme c’est plus poétique qu’au fond du trou…) mais ce que je sais c’est qu’en essayant de rester positive, il m’arrive bien plus de trucs sympa qu’en me lamentant sur mon sort.

Alors, c’est reparti pour la liste des raisons de rester cooooool :

  • Je vais bientôt tester la fish pedicure (après tout le monde, c’est mieux !)
  • Mon drainant n’a pas si mauvais goût (en rajoutant un peu de sirop de grenadine)
  • J’ai repris les talons sans avoir mal aux pieds
  • J’ai le droit à encore 1 an d’indemnités chômage (rigolez mais merci le Pôle emploi)
  • Et pardessus tout, je sais que le meilleur reste à venir !

Si vous avez d’autres raisons de garder le moral, vous êtes les bienvenues !

Christmas playlist (2)

Ce soir une christmas song pour tous ceux que cette période festive déprime… Ne me regardez pas, moi j’adore Noël!

Cette chanson s’intitule Christmas sucks. A l’origine, et comme beaucoup, je la pensais interpretée par Tom Waits et Peter Murphy. Ne l’écoutant qu’une fois l’an, je ne m’étais jamais penchée sur la question mais il semblerait que ce soit l’oeuvre du  groupe Porn Orchard comme mentionné dans les commentaires sous la vidéo. J’ai donc fait quelques petites recherches et il s’agirait bien d’une parodie des 2 chanteurs. C’est vrai qu’en tendant bien l’oreille et pour les fans de Tom Waits le doute est plus que permis !

Si quelqu’un en sait plus…

(Désolée n’étant pas une pro je suis pour l’instant obligée de vous mettre la vidéo Youtube au lieu d’un lecteur audio…)