Manger sans télé, un challenge à relever

Quel dilemme !
Quel dilemme !

La plupart des soirs, lorsque je dine chez moi, je mange sur ma table basse en zieutant d’un œil la télé et en pinant de l’autre (n’y voyez rien de sexuel, je passe juste mon temps sur Pinterest !).

Je ne prête donc pas grande attention à ce qu’il y a dans mon assiette. Et le midi au bureau c’est pareil. Autant dire que je ne suis pas un des premiers principes de la méthode Zermati : la dégustation en pleine conscience.

Et puis je  suis tombée sur la version anglaise de super nanny, si si ! Elle montrait le comportement des enfants mangeant devant la télévision et ceux mangeant, à table, en famille. Le résultat était plutôt étonnant. Les gamins ne faisant absolument pas attention à ce qu’ils ingurgitaient, ne coupant même plus leur nourriture. Ils étaient complètement obnubilés par la télé. Et moi je dois être complètement obnubilée par mes écrans !

J’ai donc décidé de tenter l’expérience et d’éteindre la télé, la tablette et d’éloigner le téléphone, le temps de mon diner.

Oh que oui !
Oh que oui !

Ayant pas mal de troubles alimentaires, me concentrer sur mon repas est plus que difficile pour moi. Soit j’engouffre tout vite fait bien fait, soit j’essaye de déguster ce que mange mais sans grande conviction. Je dois bien avouer que ces exercices de dégustation m’ennuient… Je n’arrive pas à prendre mon temps, je m’énerve de ne pas y arriver, bref… Et puis les jours de grosse contrariété c’est mission impossible de faire coïncider nourriture et raison.

J’essaye donc de faire cet exercice à ma façon, en prenant le temps, sans me mettre la pression. Je mets de la musique (j’en profite pour découvir de nouveaux albums sur Deezer), je m’installe à ma »vraie » table, je me prépare un joli diner. C’est une habitude à prendre. Lorsque je dine avec des amis, j’essaye, là encore, de prendre mon temps. De finir la bouchée précédente avant de commencer la suivante.

Ca prend du temps de faire à nouveau ami-ami avec la nourriture mais je suis certaine que c’est tout bénef pour l’avenir.

Et vous, des astuces pour nouer une bonne relation avec votre assiette ?!

 

Le Décanteur

La promesse de bien manger !

Ce qui est bien dans un nouveau boulot, c’est de rencontrer de nouvelles personnes !  C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de Bruno Guarnieri, propriétaire de la cave Le Décanteur située à Montrouge.

De bonnes bouteille, la prochaine fois, je descends à la cave découvrir d’autres trésors !

Le temps d’un déjeuner composé de charcuteries variées, d’une délicieuse terrine agrémentée de cornichons, de fromage puis d’un café avec son fondant au chocolat (arrosé d’une succulente bouteille de vin blanc !)  j’ai découvert l’univers de cette petite cave chaleureuse.

De la ripaille !

Si comme moi vous vous sentez mal à l’aise en franchissant la porte d’une cave car vous n’y connaissez rien en vin, pas de panique !  Bruno saura vous mettre à l’aise et surtout vous conseiller.  Et qu’il est bon d’accompagner un bon repas d’une excellente bouteille !

Bruno en action !

Il fait d’ailleurs régulièrement le tour des petites exploitations pour rapporter les meilleures bouteilles ! Voici la philosophie de Bruno : J’aime les vins qui ont des choses à nous raconter et non pas des vins qui se la racontent ! Il a à cœur de valoriser le travail d’artisans qui respectent le terroir et leurs vignes.

Retrouvez une vidéo de Bruno afin de découvrir son univers !

Le Décanteur

62, rue Henri Ginoux

92120 Montrouge

Line Coaching un mois après

Résistera, résistera pas ?

Voici un mois que je pratique, ou tente de pratiquer, la méthode Zermati via le site line Coaching. Un premier bilan s’impose.

Commençons par le site en lui-même. Il est intuitif et bien travaillé malgré les illustrations que je trouve un peu simplistes. Il est facile de contacter un coach, formé à la méthode, ou de poser ses questions directement aux docteurs Zermati / Apfeldorfer lors des chats hebdomadaires même lorsque l’on ne peut y assister au jour dit.

Cependant, ce qui m’ennuie fortement c’est le fait de devoir valider différentes étapes pour passer à la suivante. Je m’explique : les premières semaines sont centrées sur la pleine conscience (méthode de respiration pour aider à mieux percevoir nos sensations alimentaires) et l’apprentissage de la dégustation.

Ces deux points sont la base de cette méthode car pour pouvoir manger sereinement il faut savoir reconnaitre sa faim, prendre son temps, déguster, ne plus se laisser perturber par son environnement ou ses émotions. Mais force est de constater que pour moi ça ne fonctionne pas, je n’y arrive pas. Impossible de prendre le temps de déguster quoique ce soit lorsque j’ai juste envie d’engloutir, impossible de pratiquer la pleine conscience sans faire ressortir toutes mes angoisses ; en 10 minutes, me viennent tout un tas de pensées mais aucune n’a de rapport avec ma respiration. Oui, la pleine conscience m’ennuie, m’angoisse et je n’ai pas envie de me forcer, je sais, c’est mal.

J’aurais donc préféré commencer, pour ma part, par l’analyse des émotions qui me font manger. En effet, c’est là que le bât blesse avec une technique de suivi sur internet plutôt qu’une bonne vieille consultation : les besoins individuels ne peuvent être pris en compte.

Du coup, je fais les exercices demandés sans aucune grande conviction, je culpabilise à mort de ne pas y arriver, de ne pas me faire assez violence et souhaite ardemment en finir avec ces étapes pour apprendre, enfin, à comprendre puis à gérer les émotions qui me font bâfrer, en espérant que le programme va m’y mener. Car je pense sincèrement que tant qu’on ne travaille pas sur la cause de notre dérèglement alimentaire, aucun régime, aucun anneau gastrique, aucune méthode ne pourra venir à bout de nos problèmes. Perdez vos kilos, les troubles restent.

Je vais tout de même aborder quelques points positifs, toujours personnels : j’arrive et c’est déjà pas mal me direz-vous, à ne pas prendre de petit déjeuner lorsque je n’ai pas faim. C’est-à-dire pratiquement tous les matins vu ce que j’engloutis le soir… J’arrive également à  moins manger en dehors des repas. Bon point pour moi qui ne cessais de grignoter à longueur de journée.

Plus j’avance dans le programme plus la constatation que mon corps et moi on n’est plus copains du tout se fait cruellement sentir. Je ne le reconnais plus, il ne m’appartient plus. Il me faudra sans doute plus que 3 mois de suivi sur internet pour me retrouver et comprendre ce qui cloche en profondeur dans ma relation avec la nourriture.

Line coaching ou comment retrouver ses sensations alimentaires

Mardi soir dernier j’ai eu la chance d’être conviée à la présentation du nouveau site de coaching alimentaire des spécialistes Gérard Apfeldorfer et Jean-Philippe Zermati : Line Coaching.

Je me suis alors sentie investie d’une mission journalistique et suis venue avec bloc note et crayon pour vous faire un compte-rendu détaillé de ma première conférence !

Petit come-back nécessaire pour vous parler de la méthode. J’ai découvert le docteur Zermati il y a environ un an grâce à mon médecin qui m’a révélée le secret pour retrouver mon poids de forme : manger en écoutant sa faim et respecter ses sensations alimentaires. Quoi ?! Plus de restrictions ? Plus de blanc de poulet sans sel ? Plus de fromage blanc acide ? Plus d’haricots verts sans matière grasse ? Le bonheur !

Mais bien sûr après 10 ans de régimes, de privations, de lectures effrénées sur les régimes miraculeux, ma tête est pétrie d’idées reçues. 3 repas par jour tu feras, aliments complets tu privilégieras, moins gras le soir tu mangeras, chocolat et viennoiseries tu banniras…

Difficile alors de retrouver ses sensations corporelles, de prendre plaisir à manger, de savoir déguster et aussi de savoir s’arrêter…

C’est pour aider les femmes pour qui tous les régimes ont échoué et qui souhaitent retrouver une sérénité alimentaire que le psychiatre Gérard Apfeldorfer et le médecin nutritionniste Jean-Philippe Zermati ont créé le GROS (Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids) il y a plusieurs années afin de trouver des alternatives aux régimes restrictifs voués à coup sûr à l’échec.

Des ouvrages tels que le célèbre « Maigrir sans régime » écrit par le docteur Zermati ont également vus le jour en parallèle. Cependant, peu de praticiens conseillent encore cette méthode et il n’est pas toujours facile de trouver un médecin formé près de chez soi.

Ainsi, depuis le 3 juin, le site Line coaching propose la méthode du GROS sur internet. Derrière ce titre quelque peu marketing, Line Coaching est un espace d’échange et de conseils pour suivre les grandes étapes de la méthode inspirée des thérapies comportementales et cognitives qui permettent de corriger nos comportements et schémas de pensés inadaptés.

Ca vous dirait de :

–          Réapprendre à déguster et à manger en « pleine conscience ».

–          Manger pour le plaisir.

–          En finir avec la diabolisation de certains aliments, notions apportées par les régimes successifs.

–          Ne plus « manger vos émotions ».

Ici pas question de régime mais d’une nouvelle façon de manger !

La démo du site nous a permis de constater qu’il est très complet et intuitif. On y trouve des vidéos explicatives, un espace d’échange avec des coach formés au GROS, des conseils, des exercices pour mettre en pratique la méthode. La possibilité de dialoguer avec les médecins et le chat disponible permettent de se sentir soutenu et de poser toutes ses questions.

La présentation s’est poursuivie avec une dégustation en pleine conscience. C’est là que, pour moi, les choses se corsent ! Difficile de prendre son temps, de déguster, de reconnaître toutes les saveurs d’un aliment lorsqu’on avale son repas en 8min top chrono ! Mais découvrir en dégustant lentement une pâte de fruit fraise, citron vert et basilic de Pierre Hermé n’est finalement pas si difficile !

Pouvant profiter de 3 mois de « coaching » sur le site, j’ai décidé de vous faire suivre pas à pas mes progrès, mes difficultés et ma redécouverte des sensations alimentaires dans une nouvelle rubrique : Tribulations zermatiennes (Pardon, docteur !).

J’en profite pour remercier l’équipe qui m’a gentiment conviée à la présentation, les médecins Zermati et Apfeldorfer, très accessibles, ainsi que les bloggeuses rencontrées à l’occasion ! Il est bien agréable de mettre un visage sur les textes découverts au fil de mes tribulations !

Line coaching : www.linecoaching.com

Tarifs :  19 €/mois pour une inscription de 6 mois

29€/mois pour une inscription de 3 mois