Et si…

et si

J’essaye de ne jamais regretter les décisions que j’ai prises. Il est facile de se dire « si j’avais fait ça… » et d’imaginer tout ce qui aurait pu arriver.

A 21 ans, j’ai décidé de quitter mes parents et de voler de mes propres ailes. Que ce serait-il passé si j’avais continué mes études plus longuement ? Que ce serait-il passé si je ne m’étais pas installée toute seule ? J’aurais pu avoir un meilleur premier job, j’aurais pu économiser et me payer des tas de voyages comme les amis. Mais je n’aurais pas rencontré les gens que je connais actuellement. Je n’aurais pas gravi les échelons grâce à l’expérience acquise sur le terrain. Et je serais sans doute différente.

Ce sont mes choix qui ont fait de moi celle que je suis aujourd’hui.

920c2aa6fa423595309079fa6a105abdBien sûr, il nous arrive à tous de faire des erreurs. Mais lorsqu’on se remet dans l’état d’esprit dans lequel on était au moment de la décision, il est plus facile de ne pas se lamenter.

Pendant longtemps je n’ai pas su saisir les opportunités qui s’offraient à moi. Par peur sans doute.

Désormais, j’essaye de n’avoir rien à regretter. Faire un choix c’est toujours un pari. Et ne pas en faire c’est aussi un choix (vous me suivez ?!)!

Faire des choix nous amène parfois à faire des erreurs, mais n’est-ce pas comme cela que l’on apprend ?!

Alors si vous passez du temps à regretter vos choix, pensez à la personne que vous étiez alors, à la situation et dites-vous que vous avez fait le bon choix, à ce moment là. Ne perdez pas de temps à regarder votre passé, essayez plutôt de construire votre futur ! (Je vais demander des royalties sur cette phrase psycho à 2 balles !!!) .

 

30 ans

Voilà, j’ai 30 ans. Je sais qu’il existe tout un tas de listes avec tout un tas de trucs à faire avant ses 30 ans. Je préfère ne pas les lire étant certaine de ne pas avoir fait le quart. Mais ce n’est pas grave.

J’ai su très jeune que ma vie commencerait « plus tard ». Que je serai toujours en décalage avec les évènements vécus par les gens de mon âge.

Finalement, ce n’est pas plus mal, car sans doute profiterais-je plus des choses maintenant qu’à 20 ans, terriblement angoissée comme je l’étais.

Lorsque plus jeune, je lisais les témoignages de femmes de 30 ans qui proclamaient se sentir mieux dans leur corps, mieux dans leur tête faisant fi des considérations des autres je ne m’y retrouvais pas vraiment…  Maintenant, je les comprends !

Alors avoir 30 ans ça change quoi pour moi ? Finalement pas grand-chose. Mes grands changements je les ai entamés il y a déjà 3 ans.

J’ai enfin trouvé un boulot qui me plait totalement, j’ai fait de grands progrès pour gérer mon TAG, je (me) plais même avec 20 kilos en trop je me prends moins la tête pour mes histoires de cœur. C’est déjà pas si mal !

Me reste encore des choses à accomplir et j’ai hâte qu’elles arrivent… Je suis pressée de découvrir ce que la vie me réserve. Et même si parfois j’ai envie de baisser les bras pour tout un tas de raison, la seule chose qui me motive c’est l’envie de découvrir mon avenir. Pourvu qu’il soit bon !

 

La vie comme elle vient

Forrest avait raison...

 

Mon frère m’a fait très justement remarquer qu’à bientôt 37 ans, il n’aura jamais été aussi proche des 40 ! Les hommes vieillissent bien mieux que les femmes, pas de quoi s’affoler pensais-je, …jusqu’à ce que ça me rappelle que moi-même je ne suis plus très loin des 30… Là je m’affole !

C’est fou les projets qu’on peut faire, plus jeune, en étant certain que sa vie sera réglée comme du papier à musique simplement en l’imaginant.

J’étais persuadée de faire mon premier enfant à 25 ans. A 28 ans, je suis sans enfant, sans mec et sans boulot !

Je ne voulais surtout pas habiter dans une maison de peur d’être éloignée de la vie citadine. A force de tourner en rond dans mon mini appart, je rêve d’une maison contenant plus de 2 pièces.

Je pensais aimer un seul homme et construire toute ma vie avec lui. J’ai appris qu’on pouvait tomber amoureuse ou penser l’être plus d’une fois et que chaque expérience, même foireuse, nous rapproche de celui qui nous correspond vraiment.

Quitter Paris ? Il en était hors de question, parisienne j’étais, parisienne je resterai ! Maintenant, il m’est si difficile de trouver un endroit pour m’isoler dans la capitale que j’ai de plus en plus envie d’autres espaces .

A 20 ans, le bel âge pour beaucoup, je me cherchais sans cesse, me posant mille questions sur mes envies, souhaitant à tout prix rentrer dans le même schéma que les autres sans y parvenir.

Ce n’est que maintenant, à bientôt 30 ans que je commence à savoir enfin qui je veux être, à m’affirmer et à savoir où je vais.

Le temps est venu de lâcher mes a priori, mes vieilles angoisses : on peut être en couple à 25 ans et seule à 35 et inversement (ouf!)… On peut trouver sa voie plus tard que les autres… On n’est pas obligé de rentrer dans un moule pour se rassurer…

Il faut parfois prendre son temps et accepter que tout ne se déroule pas comme nous l’avions prévu.

Avoir 30 ans c’est effrayant mais c’est également se libérer de certains carcans !