Interdits en vieillissant ?

Buffy c'est ma copine, comme Bridget !

Le 22 septembre j’ai fêté mes 29 ans. Non, je ne culpabiliserai pas tous  ceux qui ont  oublié de me le souhaiter (quoique…), aujourd’hui je me pose une sacrée bonne question : vais-je devoir m’interdire certaines choses sous prétexte d’approcher dangereusement de la trentaine ?!

Dois-je m’interdire ce mini sticker sur mon annulaire (à défaut de parader avec une grosse bagouse de fiançailles ?)

Dois-je m’interdire le port de ces jolies boucles d’oreilles un poil trop fantaisie (comment ça ces petits flocons de neige c’est pas la saison) ?

Dois-je m’interdire un maquillage un peu plus coloré que le nude en vogue actuellement?

Dois-je m’interdire de regarder les rediff de ma série culte ? (oserais-je le dire ? Oui, il s’agit bien de Buffy contre les vampires !)

Dois-je m’interdire d’imiter ladite Buffy dans mon salon en prenant un de mes chats pour un vampire assoiffé de sang (ils adorent ça je vous jure !)?

Dois-je m’interdire de rire aux blagues et jeux de mots du monsieur météo de W9 (tellement plus fun que Louis Bodin) ?

Dois-je m’interdire de préférer les films de super héros aux comédies dramatiques (pourtant je ne suis pas fan des hommes en collant) ?

Dois-je m’interdire tous ces trucs « réservés » aux plus jeunes ?

Oui, c’est terrifiant de vieillir et de savoir que plein de choses vont m’être interdites aux yeux des autres sous prétexte que « j’ai passé l’âge » ! Mais comme j’ai toujours 20 ans dans ma tête (voire un peu moins parfois) et qu’après tout ça ne dérange personne, je me dis que j’ai bien le droit de filer mater un épisode de Buffy !

Se faire une raison capillaire

Sublime carré Louise Brooks !

Je rêve d’avoir les cheveux naturellement bouclés. Ma sœur adorerait un carré Louise Brooks. Ma mère aimerait éviter de passer une heure à se faire un brushing…

 On veut toutes avoir des cheveux différents de ceux donnés par mère nature, quitte à faire n’importe quoi pour l’obtenir…sans succès.

Aussi, il faut parfois se faire une raison et accepter certains principes pour s’aimer avec ses cheveux.

Accepter sa morphologie

Nous sommes toutes tombées en pâmoison devant la photo d’une actrice ou plutôt devant sa nouvelle coupe de cheveux. Ni une, ni deux, on file chez le coiffeur avec la dite photo : j’veux ça !

 Une coupe et un brushing plus tard…grosse déception. Certes, on a la coupe de notre actrice fétiche mais bizarrement ça ne nous va pas du tout.

Ce n’est pas la coupe non, c’est le reste qui ne va pas avec ! C’est pour ça qu’il est parfois utile d’avoir un coiffeur qui sait se montrer franc !

 Il faut donc se trouver une coupe sympa certes, mais qui correspond à notre bouille, sinon ça ne prendra pas !

Accepter sa nature de cheveux

Désolée mais lorsqu’on a les cheveux fins avec peu de volume, impossible d’obtenir la crinière de Shakira. Non, surtout pas de mini vague, vous risqueriez de ressembler à ça :

Quel style...

Même si certaines techniques sont ultra en vogue pour modifier sa nature de cheveux (par exemple, le lissage brésilien), elles restent assez onéreuses et sont bien souvent temporaires. Il faut donc se faire une raison et se coiffer selon sa nature de cheveux.

Et dites vous bien qu’il y aura toujours une fille pour envier votre crinière qu’elle, elle n’a pas !

 Accepter d’écouter son coiffeur

 Si vous avez bien choisi votre coiffeur, vous êtes en face d’un pro. Et un pro ça connait son boulot !

Je me vois encore, dépitée, lorsque mon coiffeur m’a avoué le secret pour cette couleur si lumineuse que je souhaitais : Marion, le photographe a positionné un spot au-dessus de la tête du mannequin, tu comptes te balader constamment avec un spot au-dessus de ta tête ?

 Merci, je me contenterai de ma couleur habituelle, avec un peu de soleil ça devrait faire l’affaire…

Accepter son âge

Malheureusement le mythe de la chevelure longue qui fait jeune à la dent dure… Pourtant, à partir d’un certain âge, rien de tel qu’une coupe plus courte pour un effet rajeunissant immédiat.

A l’inverse, ce n’est pas parce qu’on a passé la cinquantaine, qu’on doit obligatoirement se teindre les cheveux et surtout, surtout pas de cuivré ! Non, cette couleur, qui ressort rouge la plupart du temps, ne fait pas jeune ! Je ne peux clore cet article sans parler de la coupe poule naine, fréquente chez les dames d’un certain âge.

Certes, raccourcir c’est bien, mais bannissez l’effet méché sur les pointes sinon voici ce qui vous attend :

Par pitié, pas d'effet méché!

 

Alors, prête à accepter votre tignasse ? !

La vie comme elle vient

Forrest avait raison...

 

Mon frère m’a fait très justement remarquer qu’à bientôt 37 ans, il n’aura jamais été aussi proche des 40 ! Les hommes vieillissent bien mieux que les femmes, pas de quoi s’affoler pensais-je, …jusqu’à ce que ça me rappelle que moi-même je ne suis plus très loin des 30… Là je m’affole !

C’est fou les projets qu’on peut faire, plus jeune, en étant certain que sa vie sera réglée comme du papier à musique simplement en l’imaginant.

J’étais persuadée de faire mon premier enfant à 25 ans. A 28 ans, je suis sans enfant, sans mec et sans boulot !

Je ne voulais surtout pas habiter dans une maison de peur d’être éloignée de la vie citadine. A force de tourner en rond dans mon mini appart, je rêve d’une maison contenant plus de 2 pièces.

Je pensais aimer un seul homme et construire toute ma vie avec lui. J’ai appris qu’on pouvait tomber amoureuse ou penser l’être plus d’une fois et que chaque expérience, même foireuse, nous rapproche de celui qui nous correspond vraiment.

Quitter Paris ? Il en était hors de question, parisienne j’étais, parisienne je resterai ! Maintenant, il m’est si difficile de trouver un endroit pour m’isoler dans la capitale que j’ai de plus en plus envie d’autres espaces .

A 20 ans, le bel âge pour beaucoup, je me cherchais sans cesse, me posant mille questions sur mes envies, souhaitant à tout prix rentrer dans le même schéma que les autres sans y parvenir.

Ce n’est que maintenant, à bientôt 30 ans que je commence à savoir enfin qui je veux être, à m’affirmer et à savoir où je vais.

Le temps est venu de lâcher mes a priori, mes vieilles angoisses : on peut être en couple à 25 ans et seule à 35 et inversement (ouf!)… On peut trouver sa voie plus tard que les autres… On n’est pas obligé de rentrer dans un moule pour se rassurer…

Il faut parfois prendre son temps et accepter que tout ne se déroule pas comme nous l’avions prévu.

Avoir 30 ans c’est effrayant mais c’est également se libérer de certains carcans !