Hokkaido

« On se fait un jap ? Oui, mais un vrai ! » Entendez par là un restaurant japonais sans sushi ni maki. Et c’est le cas de Hokkaido situé dans le quartier des restaurants asiatiques de la rue Sainte Anne.

Il y a souvent du monde lorsqu’on arrive chez Hokkaido, c’est bon signe ! N’hésitez pas à demander une table au sous-sol, plus tranquille et aussi moins odorant ! Le restaurant est assez bruyant alors je ne vous le conseille pas pour un premier rdv amoureux !

Passons aux plats ! Le menu propose une large variété de soupes de nouilles aromatisées et de plats japonais typiques.

Pour les petites bourses, il y a un menu à 11€ valable également le soir qui vous offre 5 ou 7 gyozas, ces petits raviolis grillés trop bons et un plat aux choix.

Les fameux gyozas

Les plats sont très copieux ! Venez lorsque vous avez bien faim, vous ne serez pas déçu !

Une des soupes de nouilles du menu

Accompagné des gyozas, le riz japonais est succulent, il vous fera très vite oublier le riz cantonnais des traiteurs chinois.

Le riz japonais, mon plat préféré !
Les plats de nouilles sautées pour les plus affamés !

N’oubliez pas de goûter la bière japonaise !

La bière Asahi

En sortant vous pourrez déguster un bubble tea (boisson au thé aromatisée aux fruits et contenant des perles de tapioca) sur place ou à emporter chez Zen Zoo situé sur le trottoir d’en face !

Un bubble tea au lait

Bon appétit !

 

Hokkaido :

(fermé le mercredi)

14, rue Chabanais

75002 Paris

Tél. : 01 42 60 50 95

Zen Zoo

13, rue Chabanais

75002 Paris

Tél. : 01 42 96 27 28

Le come back de Marks and Spencer !

He's back!

Voilà ce qui m’a fait tenir en état de surexcitation ces dernières semaines : la réouverture d’un magasin Marks & Spencer sur les Champs Elysées.

Des jours que je scrute le Facebook français de la marque pour connaitre la date fatidique, des jours que je glane des informations sur le net, des jours que je trépigne d’impatience, des jours que j’envoie des textos surexcités à ma mère !

Bref, je suis une inconditionnelle de M&S. Pas  forcément pour les produits distribués mais pour le souvenir que ce magasin représente.

Je me souviens des samedis shopping avec ma mère durant lesquels nous faisions une pause sandwich chez M&S. Je me souviens de mes premières chips au vinaigre. Je me souviens du choix difficile devant la multitude d’eaux aromatisées. Je me souviens des crackers que je regardais sans trop savoir ce que c’était. Je me souviens des mini apple pies réchauffées au mico-ondes.

Et je me souviens de la fermeture en 2001, de ces licenciements en masse… Et voilà qu’en pleine période de crise, Marks & Spencer décide de revenir en France et pas n’importe où, sur les Champs Elysées.  Certains crient au scandale, moi je vois ça comme une occasion de trouver du boulot !

Alors que la presse nous révélait la date du 24 novembre pour la grande réouverture, la marque n’a rien confirmé avant hier au soir… Ouverture prévue à 11h30, je me devais d’être là !

Me voilà donc de nouveau animée par cet esprit journalistique, prête à braver les éléments et la foule pour vous faire partager cet évènement !

y'avait foule !

Arrivée à 10h45 je me dirige vers la file d’attente à l’entrée du magasin. Pas de bol, les 100 premières personnes sont déjà arrivées, va falloir que j’attende plus loin cernée par des barrières comme un bestiau… Une rumeur s’élève : le magasin n’ouvrira ses portes qu’à midi. Il n’en fallait pas plus pour en dissuader certains. Tant mieux ! Car j’ai pu rejoindre les happy fews qui allaient rentrer en premier.

Si j’avais su qu’il y aurait autant de journalistes armés de leur caméra, j’aurais fait un effort pour me coiffer… J’ai donc dû refuser poliment plusieurs interviews (j’ai toujours rêvé de dire ça !), ne souhaitant pas apparaitre en train de patienter bêtement pour l’ouverture d’un magasin. J’avoue qu’à un moment donné j’ai eu un peu honte…  Surtout lorsque certaines femmes devant moi ont commencé à se battre avec des « resquilleurs » tentant de rentrer sans faire la queue. .. Douce France !

Après l’arrivé de VIP (j’ai vaguement aperçu la tête d’un mannequin), le discours du président et celui de la responsable d’équipe, nous avons enfin pu pénétrer dans le précieux. Et là surprise (enfin pas vraiment, je le savais via Facebook :!) : un grand sac M&S garni nous a été remis.

Mon sac garni !

Je me suis senti soudainement très VIP ! Les vendeurs/ses étaient tout sourire et apparemment ravis de nous accueillir. Pourvu que ça dure !

Je me suis donc promenée un peu avant d’attaquer la réelle raison de ma venue : le rayon épicerie.

Au sous-sol  je découvre  la lingerie. On y trouve toutes les tailles ce qui devraient faire plaisir à certaines qui ont du mal à trouver bonnet à leur poitrine en magasin standard.

Pour tous les bonnets
Ah bah voilà le rayon qu'il me faut !!!

Plein de beaux pyjamas qui n’ont rien à envier à celui de Bridget et des vestes pilou-pilou m’ont également fait de l’œil mais j’ai résisté.

Avouez que ça donne envie de rester au lit!

Au rez-de-chaussée, on trouve une partie de la collection femme qui se poursuit au premier étage. Je n’ai jamais vraiment été chez M&S pour les fringues, un poil trop english et vieillot pour moi. Mais il semblerait que la collection ait pris un coup de jeunes et on trouve de tout jusqu’à la taille 18 (46).

Côté prix, on n’est pas chez H&M, mais je pense que la qualité est là.

promis je ne les ai pas achetés !

Je vous ai pris quelques photos dont vous excuserez la qualité pour cause de vieil apn !

Après cette petite balade sur fond de musique pop (un régal), me voilà de nouveau au rez-de-chaussée et accède tant bien que mal au rayon bouffe ! Ici c’est la cohue. On comprend de suite ce qui a le plus manqué aux parisiens….

De quoi faire un bon petit dej....

Je tombe direct sur les pancakes et muffins. Enfin ! Un peu plus loin je retrouve mes sandwichs préférés et mes fameuses apple pie.

Le packaging a changé, j'espère que le goût est toujours le même ! (1.79€)

En discutant avec une dame, il s’avère que les prix auraient bien augmenté (elle avait l’air de savoir ce qu’elle disait, une vraie pro de M&S). Peu importe, je me suis fait plaisir avec encore des cookies sultana, des digestives et des brioches aux raisins…

The Sandwich bacon, laitue, tomates (3.99€)
Mon panier bien garni
J'ai craqué pour une eau pétillante pêche - framboise

Voilà donc pour cette réouverture si attendue par certains ! Que les provinciaux se rassurent, il semblerait que d’autres boutiques voient le jour courant 2012. Patience !

En attendant, vous pouvez retrouver les vêtements et objets maison sur le site français de la marque.

Marks and Spencer

100, Av. Des Champs Elysées

75008 Paris

Spider expo

Quoi de mieux qu’une expo sur les araignées pour occuper un enfant de bientôt 8 ans fan des petites bêtes ? Me voilà donc au jardin des plantes pour visiter l’expo « Au fil des araignées » avec mon frère et mon neveu.

Entrée gratuite pour moi (le bon côté du chômage…), 9 € pour mon frère et 7 € pour le petiot.

Nous entrons donc dans la première salle, bien sombre comme d’habitude pour ce genre d’expo. Je ne sais pas si c’est pour créer une atmosphère mystérieuse autour des araignées mais un peu plus de lumière n’aurait pas été de refus !

Quelques spécimens nous sont présentés sous cloche de verre. Je m’approche, pensant qu’il s’agissait de vraies bébêtes mais il s’agit de simples reproductions parfois à la limite de la pâte à modeler.

Bouh, ça fait peur... ou pas

Je me retourne et remarque que le médiateur de l’expo fait une démonstration sur le même jouet  offert à mon neveu à Noël dernier…

Nous continuons à suivre les flèches lorsqu’une maille de mon gilet se prend dans la fermeture du sac à dos d’un monsieur devant moi (non, ce n’était pas un plan drague !)… Une fois libérée, je me faufile à travers tous les gamins surexcités.

Heureusement que mon gilet ne s'est pas pris là-dedans...

Il y a un peu trop de texte partout, pas forcément accessibles aux plus petits  (ni aux plus grands comme moi qui ont la flemme de lire…). Mon neveu, quant à lui, s’essaye à tous les jeux ludiques mis à disposition des gamins : microscopes, tables tactiles, énigmes, …. Certains ne fonctionnent pas, dommage.

Là elles me font peur !

Nous, ce qu’on veut voir ce sont des spécimens vivants et lorsqu’enfin, nous les apercevons, il n’y en a que 4/5 dont 2 impossibles à distinguer dans leur petite cage de verre.

Je n'aimerais pas la trouver dans mon lit....

L’expo continue donc sans grand enthousiasme. Nous traversons des espaces de projection pour voir des films sur les araignées. Beaucoup d’expo sont ainsi meublées par des vidéos et peu de gens s’y intéressent car si on prend la peine de sortir le dimanche, ce n’est pas pour se retrouver, encore, le cul collé devant la télé !

Quelques spécimens

Mon neveu n’a pas non plus été emballé par l’expo. J’ai tenté de lui expliquer que cette expo pouvait intéresser des enfants qui ne connaissaient pas la vie des araignées mais sa réponse fut sans équivoque : moi je sais déjà tout ça !  Ok. Je me rends (et suis secrètement très fière de lui avoir offert cette panoplie du petit naturaliste il y a quelques années).

J’ai tout de même appris quelque chose d’intéressant, hihihi:

Peter Parker l'a échappé belle !

Nous sommes donc tous les 3 restés sur notre faim. Surtout que pour 9 € nous nous attendions à quelque chose de plus « travaillé » et recherché.  A 3 ou 4 € l’expo, ok mais là, 9 € c’est légèrement abusé comme pour beaucoup d’expo / musées inabordables en région parisienne.

Pour conclure, je dirai que je n’aime pas plus les araignées et que, j’en ai encore écrasé une tout à l’heure. Je m’en veux mais fallait pas qu’elle m’agite toutes ses pattes devant le nez…. Bouh….

Au fil des araignées

Jardin des Plantes – Grande Galerie de l ’Évolution

36, rue Geoffroy Saint-Hilaire – 75005 Paris

Beauty cakes

Il y avait bien longtemps que je n’avais pas parlé d’un coin de Paris à vous faire découvrir. Manque de motivation, manque de nouveautés (j’ai l’impression que tout le monde connait déjà tout !), manque de temps (bon ok là ça ne tient pas la route !), bref il fallait pourtant que j’alimente cette rubrique ! Heureusement mon amie O (elle se reconnaîtra !) a toujours des bonnes adresses bien girly et surtout bien gourmandes à me faire partager. A mon tour de vous les transmettre !

Beauty Cakes

Direction le 17ème, derrière le square des Batignolles pour cette petite adresse aux notes fifties. La propriétaire du lieu vous accueille avec le sourire, et ça, ça fait du bien !

Ambiance cocooning garantie avec dans cette petite boutique qui ne contient que quelques tables. Murs taupe, vaisselle à pois, musique d’ambiance fifties… Je suis conquise !

La cuisine est ouverte sur la salle et donne sur un petit jardin. Là tout de suite, je me vois bien cuisiner de bons petits plats dans cette cuisine (le retour à la réalité = cuisine minuscule, va être difficile).

Ambiance cocooning garantie !

Place au déjeuner ! Bien qu’arrivées un peu tard pour déjeuner, on nous a proposé une quiche pomme de terre-saumon super bonne ! Une fois le plat englouti, l’heure du cupcake pistache-framboise avait sonné… Le problème avec ces petits gâteaux c’est qu’ils sont si bien décorés que j’ai toujours du mal à les attaquer sans un petit pincement au cœur. Mais rassurez-vous ça passe vite ! Et en quelques bouchées, le cupcake est (malheureusement) terminé. Et c’est bon ! Pas trop sucré, pas gras, bref ça se laisse bien manger ces petits trucs là malgré le petit goût de trop peu! Chocolat, noix de coco, nutella, citron, il y en a pour tous les goûts.

C'est beau et c'est bon !

Beauty cakes propose des formules déjeuner (10 €), un brunch et vous pouvez bien sûr prendre des cupcakes à emporter (3,80 €). C’est sûr je vais y retourner !

Je n’avais malheureusement pas pris mon appareil mais dès que j’y retourne je prends plein de photos !

Beauty Cakes

83, rue Nollet

75017 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 11h30 à 18h30

Le dimanche de 11h00 à 15h00
www.beautycakes.fr

 

Le discours d’un roi

 

Le discours d'un roi de Tom Hooper

Entre Colin Firth et moi c’est une longue histoire. Elle a débuté il y a 10 ans grâce à ma prof d’anglais de Terminale. Chaque vendredi elle avait la bonne idée de nous passer un épisode du téléfilm Orgueil et préjugés… Colin (je me permets de l’appeler par son prénom vu notre relation…) incarnait le mystérieux et charismatique Mister Darcy… Aucun cours d’anglais ne fut jamais aussi intéressant et inutile de vous dire que c’était le seul pour lequel nous arrivions toutes à l’heure…

Quelques années plus tard, je retrouvais Colin sous les traits d’un autre Darcy cette fois en compagnie de Bridget Jones, ma copine… Et j’avoue avoir bien plus craquer pour lui que pour Hugh Grant.

Oh, Colin....

 

Bref, tout ça pour dire que j’ai été attirée non seulement par l’histoire mais surtout par son acteur principal du film…

Le discours d’un roi nous révèle la relation particulière et véridique entre le duc d’York et son orthophoniste. Le duc, accablé par un bégaiement depuis l’enfance devient roi bien malgré lui, suite au décès de son père et à l’abdication de son frère ainé. Il devra alors surmonter son handicap grâce aux méthodes quelques peu particulières de son thérapeute afin de s’adresser dignement à son peuple alors que la seconde guerre mondiale menace.

J’ai trouvé Colin Firth très juste dans le rôle de ce duc propulsé roi qui doit combattre ses terreurs et ses inhibitions. Il a une allure folle et porte divinement le costume de pingouin tout comme le kilt…

A le voir hésiter, avoir tant de mal à s’exprimer, on ressent parfaitement son angoisse face au micro… J’avais envie de lui retirer son discours et de le lire à sa place !

J’avoue avoir même ressenti quelques frissons lors de sa dernière allocution !

Lionel Logue, orthophoniste attitré du duc est brillamment campé par l’acteur australien Geoffrey Rush.

Outre ses méthodes peu conventionnelles on retiendra surtout l’amitié qu’il va réussir à nouer et ce, malgré les conventions, avec son célèbre patient.

Méthodes et conversation peu conventionnelles...

 

Dernier personnage, et non des moindres, la duchesse, femme dévouée et encourageante, interprétée avec finesse par Helena Bonham Carter.

Le couple royal

Pour couronner le tout, j’ai adoré les décors et les costumes de l’époque. Ah, les jolies robes et fourrures de la duchesse….

Et les hommes avaient encore une classe folle à cette époque ! Lorsque je surprend un caleçon et ce qu’il est censé caché débordant d’un jean, je me dis que je me suis trompée d’époque….

Un dernier mot pour vous dire que même la reine Elisabeth II, (fille du duc d’York devenu Georges VI) a donné sa bénédiction au film, une bonne raison d’aller le voir non ? !

Les points WC ou comment rentabiliser les envies pressantes des touristes

 Pour vous prouver qu’on peut rester glam tout en parlant de sujet de la vie quotidienne, voici un post sur les points WC du Printemps Haussman. Je sens que ça en fait sourire plus d’une.. c’est un peu le but en fait !

Ne vous méprenez pas, je n’ai pas une vessie de souriceau et suis de celles qui peuvent supporter un trajet de 4h en voiture sans moufter pour m’arrêter. Mais après une journée à trainer dehors, un thé à midi et un Perrier au goûter, n’étant pas bionique et devant assurer un début de soirée, fallait bien que je m’arrête.

Me voilà donc au premier étage luxe du Printemps décidée à tester leur point WC qui remplacent les toilettes lambdas mais bien pratiques pour celles ne pouvant contrôler leur vessie en pleine virée shopping dans le quartier.

A l’entrée, des tas de rouleaux de papier de toutes les couleurs et tous les motifs ansi que de jolies brosses pour tout récurer… Ils font même des soldes pour celles que ça intéresse !

Enfin des soldes intéressantes !

 

Une dame pipi est chargée d’encaisser votre petite monnaie mais également de rappeler à l’ordre toutes celles s’approchant un peu trop près des WC sans passer à la caisse « C’est 1€…par personne ! »…

Faut dire que c’est assez surprenant de devoir payer pour satisfaire un besoin naturel et comme me le dit une dame « Ca fait cher le pipi ! ». Surtout qu’un euro est le prix le plus bas car pour deux euros on peut s’offrir des toilettes spa… Ne me demandez pas ce que c’est, je n’avais qu’une pièce de 1!

 J’entre donc dans le point WC (vous noterez qu’on ne dit plus toilettes, ce n’est pas assez chic) et me dirige vers la première porte ouverte. Et là, surprise : un siège de WC de designer que l’on peut même acheter, surmonté d’une petite vitrine exposant papier toilette de luxe et autres babioles. La cuvette est régulièrement désinfectée et le papier utilisé du Renova.

Très seventies cet orange !

 

Ca fait cher la cuvette !

Je remarque en sortant, les deux fauteuils en forme… de sièges de toilette… Je comprends pourquoi personne ne s’y est assis….

A ce prix là je pensais au moins trouver de jolis miroirs pour se refaire une beauté, que nenni! Des lavabos banals avec un système d’arrivée d’eau quelque peu complexe pour mon cerveau de blonde.

Etre une femme et ne pas pouvoir se soulager n’importe où, peut donc réserver de multiples surprises !

Pour conclure, si vous avez besoin de faire un pipi gratuit, mieux vaut aller aux Galeries !

Hema ou le mini Ikéa des parisiens

 

Je vais rarement aux Halles, qui me rappellent trop mon premier boulot de vendeuse chez Kookaï, enfermée 8h par jour au sous-sol, j’ai tenue un mois…Brrr ! Bref,  lorsque je suis tombée sur la boutique Hema sur le net, il fallait que j’aille voir ça de plus près (surtout que j’avais encore cassé tous mes mugs…).

Et là, à peine arrivée rue Rambuteau (et non Réaumur…) : le bonheur! On y trouve de tout : Déco, fringues pour bébés, vaisselle, cahiers,… Ce n’est pas sans rappeler une certain enseigne suédoise !

Mais nous ne sommes pas là pour parler déco mais plutôt cosméto et vous trouverez dans cette boutique des accessoires make-up à des tout petits prix : pinceaux à partir de 2,50€, vernis à partir de 3€…

J’ai été très raisonnable et ne me suis offert qu’un pinceau et de la laque! Je ne peux donc pas témoigner de l’efficacité des produits proposés. Mais ça viendra !

Sachez pour finir que si cette enseigne néerlandaise est nouvellement installée sur Paris, elle existe depuis 1926 et est déjà présente aux Pays-bas, en Belgique, en Allemagne et au Luxembourg.

L’enseigne se charge du design des articles qui portent tous la marque : 100% HEMA !

Hema

118, rue Rambuteau

75001 Paris

http://www.hema.fr/

et

http://www.hema.be/

Quelques photos :

Des cosmétiques à petits prix....

 

...La qualité est-elle au rendez-vous?

 

Ah ! Si j'allais encore à l'école !
Je n'ai même pas craqué !
De tout !

Brune / blonde, l’expo

Brune ou blonde?

 

La beauté du ciel est dans les étoiles, la beauté des femmes est dans leur chevelure.

Proverbe Italien

Hier, je suis allée visiter l’exposition Brune, blonde à la cinémathèque française.

Je n’ai pas vraiment parcouru d’articles sur l’expo avant de m’y rendre, le seul titre me donnant envie d’y aller.

Je pensais y trouver des extraits de films et autres archives sur les dissensions entre les brunes et les blondes dans l’histoire du cinéma mais c’est une ode à la chevelure féminine que j’ai découverte. Et ce n’est pas plus mal! Car ce n’est pas tant la couleur des cheveux qui est importante mais la façon d’en jouer.

Les extraits de films projetés nous replongent dans des morceaux d’anthologie du cinéma.

On retrouve Louise Brooks et son carré noir légendaire, Catherine Deneuve et ses cheveux blonds de poupée, Rita Hayworth et son roux flamboyant.

Rita Hayworth, Gilda

Les réalisateurs ne sont pas en reste lorsqu’il s’agit de filmer la chevelure des femmes. D’Hitchcock à David Lynch, tous ont une fascination pour la chevelure des femmes, vivante, séductrice, faussement naïve,bref, fatale!

Sur un plan purement pratique, les salles ne sont pas très bien insonorisées. Il est malheureusement parfois difficile de se concentrer sur la vidéo en cours. Mais beaucoup d’écrans sont équipés d’écouteurs individuels.

Les tableaux et photographies complètent cette exposition ainsi qu’une étrange sculpture composée de milliers de cheveux de poupée… Etrange!

Alice Anderson, The isolated child

On découvre que plus qu’une mode c’est une évolution de la société que contient la chevelure des femmes au travers des âges.

Et on comprend alors comment les cheveux courts deviennent un symbole de résistance face à la domination des hommes désormais révoquée par les femmes de toute une génération qui marque la mienne encore aujourd’hui.

Angela Davis, militante féministe

J’ai flâné pendant 1h30 dans l’expo et terminé par la salle de cinéma projetant des courts métrages sur le thème des cheveux écrits par 6 réalisateurs contemporains.

J’ai particulièrement apprécié le film de Kiarostami (si je ne me trompe pas),dans lequel une adorable fillette est tiraillée entre le choix de devenir actrice et celui de raser ses précieux cheveux longs pour l’occasion. Devinez ce qu’elle choisit?!

Brigitte Bardot, Le Mépris

Sur le site de la cinémathèque vous trouverez un lien vers l’exposition virtuelle qui m’a permis de voir des vidéo que j’ai pu manquer.

Qu’on porte les cheveux longs ou courts, blonds ou bruns, l’important c’est de comprendre la sensualité qui s’en dégage, et pourquoi pas, d’en jouer, ne serait-ce pas là un de nos privilèges?

Où?

Médiathèque

51, rue de Bercy

Paris 12

M°Bercy (L.6 ou 14)

http://www.cinematheque.fr/fr/expositions-cinema/brune-blonde/