La bouffe, ma meilleure ennemie

La bouffe, ma meilleure ennemie

gateau
 
Un nouveau post sur mon parcours Zermati.
 
Je suis allée consulter mon médecin qui gère également la méthode Zermati. Nous avons longuement parlé de mon attitude face à la nourriture.
 
Je lui ai amené mes petits comptes-rendus quotidiens et il m’a tout d’abord félicité car m’observer c’est déjà modifier mon comportement.
 
Et effectivement, depuis que je me suis remise à Zermater, j’ai pas mal modifié mon rapport à la nourriture. Le fait de noter si j’ai faim ou non avant d’engloutir mon repas me fait prendre conscience de toutes ces fois où je mange sans faim, uniquement par envie, ou pour contrer une émotion désagréable.
 
La plupart du temps je mange au-delà de ma faim, et je dois bien me résigner à constater que peu de nourriture me suffit à chaque repas.
 
D’ailleurs, avant chaque repas, j’ai peur de ne pas avoir suffisamment à manger dans mon assiette. Je dois donc réévaluer ma perception visuelle de la nourriture : la quantité dont j’ai besoin n’est pas celle que je croyais.
 
Mon médecin m’a alors donné un exercice à effectuer sur une quinzaine de jours : ne manger, à midi, qu’une part de gâteau. Cette même part que je prenais en plus de mon repas habituel auparavant. Et voir si cela me suffit.
 
Et après quelques jours de test, c’est bien le cas. Une part de gâteau me suffit. Je n’ai pas faim dans l’après-midi. Pas de creux à l’estomac, pas de ventre qui gargouille… Rien ! Et je ne mange pas le matin… En écrivant ces mots, je me rends encore plus compte de la quantité d’aliments que je peux manger sans faim, chaque jour.
 
Lorsque j’ai dit à mon médecin que le plus difficile pour moi serait de « faire le deuil » de la nourriture (ou plutôt de la nourriture en grande quantité), il m’a repris instantanément ! Faire le deuil n’est pas une expression qui convient pour la nourriture. En effet, faire le deuil de quelqu’un c’est affronter la disparition d’un être cher.
 
Or, la nourriture est loin d’être un être cher pour moi. Au contraire, la nourriture est devenue, au fil des ans, ma meilleure ennemie. Je vois à quel point me gaver pour oublier mes émotions, manger sans plaisir, me remplir sans réfléchir a contrarié tout mon métabolisme. J’ai perdu tous mes repères physiques, sans parler de mon poids qui ne convient pas à mon corps.
 
Je dois donc voir plus loin que le « simple » plaisir de la nourriture. Je dois voir le plaisir de me réapproprier mes sensations physiques, d’écouter mon corps.
 
Et le premier plaisir que je ressens lorsque je mange à ma faim et pas au-delà est de ne plus me sentir lourde après le repas. Lourde et honteuse.
 
Je continue donc mon exercice « gâteau » (pour un bec sucré comme le mien, il y a pire comme exercice !) et reviens vers vous pour la suite !

10 réflexions sur “La bouffe, ma meilleure ennemie

  1. Félicitations, et tu verras après toutes ces étapes, parfois ton corps aura aussi très faim, et là tu pourras manger du coup dans des quantités plus grandes ou des choses plus grasses en respectant aussi ta satiété ! Et ça c’est chouette !

    1. Alors j’ai hâte d’être à l’étape suivante !!! En tous ça je suis vraiment contente d’être entrée dans cette méthode et d’avoir déjà fait pas mal de progrès. Ça prend du temps mais ma relation avec la nourriture se transforme en profondeur.

      1. Une lumière au bout du tunnel… c’est bien, tu es sur la bonne voie Marion !

  2. Ca fait plaisir de lire ce témoignage ! Peut être que ça va me remettre dans le droit chemin car là je sens que je dérape complètement ! … ou plutôt partiellement car je continuer à manger quand je ressens la faim mais je sais que je mange plus que de raison. J’ai lâché le programme depuis quelques semaines. Je n’arrive pas à me restreindre dans mon assiette. Je mange tous les jours au travail et j’ai du mal à me dire qu’il faudrait pour bien réussir l’exercice que je prenne une petite assiette et non une grande … mais devant les collègues pas envie de me justifier … dans 2 semaines je suis en vacances, j’espère réussir à reprendre cet exercice pour que je prenne conscience qu’il n’est pas nécessaire de manger beaucoup pour satisfaire mes besoins fondamentaux. Bon courage à toi ! Tu es sur la bonne voie !

    1. C’est parfois difficile de suivre la méthode. C’est déjà bien que tu aies conscience de manger trop par rapport à tes besoins. peut-être que de noter ce que tu manges et à quel moment et si tu as faim ou non, durant quelques jours peut t’aider à voir à quel moment c’est plus difficile pour toi.
      Manger devant les autres est plus difficile je trouve. En vacances tu vas pouvoir te réapproprier la méthode, ne t’inquiète pas !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s