La faim, toujours la faim

La faim, toujours la faim

i can

Ce blog ne va pas devenir une ode à Zermati mais je pense qu’en écrivant régulièrement sur mes non progrès, j’y vois un peu plus clair sur mes blocages et autres…

Je reviens donc une nouvelle fois vous parler de la faim. Car oui, j’en suis encore à tenter de respecter ma faim et moi qui pensais passer déjà à l’étape satiété, je dois me rendre à l’évidence, ça va me prendre plus de temps que prévu.

Il faut donc que je relâche la pression sur mon timing qui me permettrait de voir déjà des résultats…

Je sais que cette méthode demande du temps et qu’une douzaine d’années de régime et de restriction cognitive ne s’envolent pas si facilement.

Alors où ça bloque ? Déjà, il est très dur pour moi de ne pas manger. Et je me rends bien compte que je pourrais facilement tenir toute la journée en me passant de mon petit-dej et en mangeant quelques cuillerées le midi et le soir. Moi qui adore bouffer, c’est une dure réalité que de me séparer de cette quantité astronomique de nourriture que j’avalais.

Où ça fonctionne ? Je me passe très bien du petit-déjeuner (enfin, la semaine car le week-end…). J’avale un jus de fruits, mon café et je pars bosser sans que cela me demande un suprême effort.

Je suis occupée donc cela est facile. Le soir et les week-ends de fainéantise, par contre, sont difficilement gérables. Je sais bien que je n’ai pas faim. Je le sais. Je me le dis. Je sais quelles en sont les conséquences (devoir attendre avant de remanger à nouveau) mais c’est plus fort que moi.

La nourriture gagne presque à chaque fois. Evidemment, je me félicite lorsque c’est moi qui gagne et qui défie la bouffe. Mais elle est plus forte que moi à bien des occasions.

Elle gagne lorsque je suis oisive, que je n’ai pas de projets précis pour le week-end, lorsque je ne suis pas occupée…

Je n’arrive pas vraiment à ressentir les émotions qui me font me jeter sur la nourriture. L’ennui je suppose. L’anxiété de ne pas arriver à me contrôler également.

Il va donc falloir que je trouve des dérivatifs et surtout que je sois un peu plus ferme avec moi-même.

J’ai déjà vaincu une bonne part de mes angoisses, pourquoi n’y arriverais-je pas avec le bouffe !

Je ressens aussi de la colère contre moi-même lors de ces laisser-aller.

Je sais bien que ni mon médecin ni Zermati ne me culpabiliserait de ne pas y arriver à chaque fois et que l’auto-flagellation n’est pas au programme mais merde, je peux le faire !!!!

Ce qui m’avait fait arrêter le programme Line Coaching était la quantité de carnets alimentaires à remplir. Cependant, je pense que de noter, non pas ce que je mange comme j’en avais l’habitude, mais dans quelles conditions je mange est un bon exercice.

Un bon exercice qui m’obligera à noter avant le repas mes sensations.

Il faut que sois un peu plus stricte et que je m’y tienne, en particulier avant d’engloutir toute nourriture.

Je vous joins le Tableau si cela intéresse certaines (il est tiré du livre Maigrir sans régime de Zermati).

Publicités

14 réflexions sur “La faim, toujours la faim

  1. Salut!

    Je ne fait pas Zermati mais j’ai aussi des problémes à ressentir la faim parfois. En fait la faim est un sentiment qu’on perds très vite. J’ai entendu dire que pour la ressentir de nouveau il faut manger à heure fixe, où tout du moins régulière. J’ai testé et ça a marché!
    Peut être que si tu essaye comme ça, en mangeant un peu à des heures régulière tu arrivera à mieux ressentir ta faim. (et non l’envie du carré de choco devant la tv c’est pas la faim! lol j’essaye de m’auto persuader en t’écrivant ça!)

    Bon courage

    1. Le problème de respecter des horaires c’est qu’on n’a pas forcément faim à cette heure là ! C’est difficile surtout les premiers temps de respecter sa faim. Entre envies de manger et vraies faims pas toujours évident de faire la différence !!

  2. Hello, comme je te comprends, je suis un peu pareil quand je n’ai rien à faire et que mon esprit n’est pas occupé l’envie de grignoter me gagne et c’est peine perdue.
    En général pendant la journée de travail je ne sens pas la faim mais dès que je rentre chez moi c’est automatique ! alors plusieurs fois par semaine j’essaye de sortir après le travail et d’arriver chez moi pour l’heure du diner et ça marche bien. L’environnement est je pense important, quand tu te sens bien tu mange … et se restreindre ne sert pas à grand chose car on se jette sur la nourriture après car on a faim ! La clef pour moi est l’occupation.
    voilou mon petit témoignage, bon courage, il en faut à toutes =) biz

    1. C’est vrai que le soir est une période plus difficile pour gérer les envies irrésistibles de grignoter en attendant le diner.
      Du coup si j’ai faim assez tôt, tant pis, je dine sans attendre ! Mais c’est vrai que dès que je suis occupée je ne pense plus à manger… Malheureusement on ne peut pas être occupé 100% du temps (en fait c’est plutôt heureusement!)

  3. Ne prive pas ton corps, écoutes-le ! mais manges à heures fixes, assise et en prenant le temps : ça doit rester un moment de plaisir et de détente. Tu me surprends à sauter le petit déj’, je pensais que c’était le repas qu’on éliminait le + facilement. Je préfère un petit déjeuner plus tardif (j’ai pas très faim la première heure d’éveil) et sauter plutôt le déjeuner (pas bien 😦 ).

    1. honnêtement le petit dej ne me manque pas (en semaine du moins !). Je pense que comme je mange encore trop le soir, le matin je n’ai pas assez de place pour un petit dej !
      Par contre je ne me prive pas quand j’ai faim ! Je mange ce qui me fait plaisir !

  4. As tu essayé l acupuncture ?? il y a de bons résultats avec l arrivee du printemps tu auras des sorties et je l espère d autres idées de changement qui te feront oublier la nourriture; Penses a la nourriture spirituelle ! bisous

    1. Et oui j’ai déjà essayé l’acupuncture pour l’anxiété. Malheureusement pas de résultats concluants sur le long terme. Pour l’instant je m’en sors plutôt pas trop mal et j’arrive à me refréner côté bouffe, on verra sur le long terme !

  5. bah encore une fois j’en suis exactement au même point que toi, avec les mêmes diffcultés…sauf que moi je dois aussi gérer le problème des repas en famille… Eux ont faim a heure fixe ( ou presque!) et j’ai déjà essayé de ne pas manger avec eux mais la vie de famille en prend un sacré coup …et de toute façon je finis par manger quand meme ….

    1. Difficile de respecter sa vraie faim d’une envie de manger, n’est-ce pas ?! La semaine j’y arrive car j’ai la « chance » de pouvoir diner seule, à mon rythme. Le week-end c’est une autre histoire.. Entre diners entre amis ou dimanche cocooning remplis d’écarts… dur, dur ! Du coup ce matin je n’ai pas du tout faim et je sais que si je n’ai pas faim ce midi, ça va être très dur pour moi de ne pas manger !
      Je pense que ce sont vraiment des automatismes à prendre et que la période « d’adaptation » peut être longue et diffère vraiment des personnes.
      Essaye de ne pas rester scotchée à tes vieilles croyances. Tu ne dois pas être constamment dans l’échec car ça te culpabilise. Dis toi que tu fais des efforts (déjà manger plus lentement en est un !) et que tout effort est payant. Laisses toi du temps essaye de lâcher prise et ça va venir !

  6. la relation à la nourriture est toujours quelque chose de compliqué surtout que quand on y réfléchit la « bouf » est partout autour de nous toujours omni présente pas évident quand on a tendance à être ronde

  7. J’avais vue une vidéo sur youtube d’une fille qui faisait des crises de boulimie et quand elle avait très envie de manger sa technique était de s’allonger dans son lit pour se détendre et simplement accepter le fait qu’elle a envie de manger. En fait si on y réfléchis cette envie de manger est psychologique alors le seul moyen de la combattre c’est de l’accepter. Tout ce passe dans la tête même si c’est dur, c’est possible!

    1. Oui c’est vrai qu’il faut accepter ses émotions pour ne pas qu’elles nous « envahissent ». Il faut toujours essayer de prendre un peu de temps pour respirer, essayer de s’occuper quand on sent monter une crise. Elle peut disparaitre ou du moins être moins forte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s