Surmonter son anxiété

Surmonter son anxiété

anxiety girl
Super Marion… ou pas !

Pour celles (et ceux !) qui me suivent j’avais déjà abordé le thème du Trouble Anxieux Généralisé (TAG). J’ai fait beaucoup de progrès pour gérer mes angoisses et j’ai accompli plein de choses dont je me sentais auparavant incapable.

Malheureusement, ces dernières semaines j’ai du mal à gérer mes angoisses et je perds pied par moments. Elles recommencent à me pourrir la vie et j’ai parfois du mal à les maitriser.

Je sais que s’angoisser continuellement est usant psychologiquement et physiquement. Je ne suis plus du genre à me laisser à abattre. J’’ai besoin de réagir vite avant qu’elles ne m’empoisonnent définitivement et c’est pourquoi je tenais à rédiger ce post.

J’ai appris ces dernières années plusieurs techniques dont je voulais faire part à tous(tes) les angoissé(e)s chroniques. C’est un long travail que d’apprendre à gérer ses angoisses mais ça vaut le coup.

–          Repérer ses pensées négatives automatiques

C’est très difficile pour quelqu’un atteint de TAG de faire le tri entre ses pensées « normales » et celles qui vous minent de façon quasi automatique. Je suis moche, je n’arriverai jamais à rien, je ne rencontrerai jamais personne, Et si ce mec qui me plait n’avait pas envie de me revoir… Ces pensées tournent en boucle et  sont si profondément ancrées en nous qu’elles nous paraissent naturelles, fondées, or, ce n’est pas le cas.

–          Vérifier leur véracité

Si vous prenez chaque pensée négative, qui vous pétrit d’angoisse, une par une, et que vous vous demandez si oui ou non elle est fondée, vous vous rendrez vite compte que ce n’est pas le cas. Qu’est-ce qui prouve que vous n’allez jamais rencontrer la personne de vos rêves ? Qu’est-ce qui vous prouve que ce mec qui vous plait tant n’a plus envie de vous voir ? Ah oui : il ne vous a pas laissé de texto aujourd’hui alors forcément c’est foutu… Vrai ? Non ! Il était peut-être tout simplement occupé et projetait de vous appeler le lendemain !

Votre petite tête, aussi bien faite soit elle, vous trompe en permanence avec ces pensées négatives insidieuses.

Il faut voir ça comme un exercice : prendre chaque pensée négative et les décortiquer pour voir si elles sont fondées. Mais dans quelques temps, ça deviendra un automatisme et elles ne vous pourriront plus la vie !

anxiety

–          Un peu de relaxation

Je n’arrive pas à me poser et à me relaxer. Même pendant un super massage, je ne suis jamais tranquille, toujours tendue, l’esprit qui cogite non stop. Mais il faut parfois prendre sur soi et savoir s’arrêter le temps de quelques exercices de respiration. J’essaye de m’y astreindre dès que je peux, en particulier le soir au calme.

Je commence par respirer doucement par le ventre. Puis j’inspire de l’air et je compte jusqu’à 3 avant d’expirer doucement. Ce petit exercice peut vraiment aider à me canaliser. A chacun sa méthode pour se relaxer, l’important est d’y consacrer un peu de temps surtout lorsqu’une grosse crise pointe le bout de son nez.

–          Soyez dans l’instant

Lorsque vous faites un truc agréable, pour vous, ne laissez pas vos pensées parasites gâcher ce moment. Focalisez vous sur vos sensations corporelles, sur ce que vous ressentez physiquement. Bref, tentez de vous mettre sur pause et de ne plus anticiper durant ce moment.

–          En parler

Parfois j’aimerais pouvoir partager mes angoisses avec mon entourage mais je sais que je ne dois compter que sur moi-même pour les contrôler et je ne veux pas leur faire porter ce poids. Il faut donc que je sois en permanence sur le qui-vive pour les traquer et remettre mon esprit en mode positif !

Il ne faut cependant pas se replier sur soi-même sous peine d’un mal-être grandissant voire d’une bonne grosse dépression.

Commencer par consulter son généraliste, le plus tôt étant le mieux, qui vous orientera vers la personne adéquate si besoin.

Il n’y a pas de honte à aller voir quelqu’un pour se faire aider. Non, ce n’est pas être fou, avoir une tare ni être faible. Il ne s’agit pas de se jeter dans une thérapie à vie mais parfois une ou deux séances peuvent suffire pour mettre des mots sur ses maux (je sais, c’est beau !)
Je remercie d’ailleurs mon médecin qui m’a réellement fait progresser et qui me donne les clefs pour aller mieux.

proverbe anxiété

–          Pratiquer une activité physique

Hier je n’ai pas eu le courage d’aller au sport. Je le regrette car pendant une heure je me concentre sur les exercices qu’on me demande, sur mon corps, sur mes sensations et mes pensées sont pour un temps suspendues.

Je ressors souvent du sport avec un gros poids en moins sur la poitrine (pas sur mes hanches malheureusement !)

J’espère sincèrement que ces quelques « trucs » vous seront utiles. Et si vous aussi vous connaissez l’angoisse généralisée et que vous avez des trucs et astuces pour la contrôler, vos avis sont les bienvenus !

 

Edit du 18/10 : Vraiment un grand merci pour tous vos petits commentaires, vos trucs et astuces, vos partages d’expérience. Ceci m’est vraiment d’une grande aide.

27 réflexions sur “Surmonter son anxiété

  1. Enfin je ne me sens plus seule ! Oui il faut en finir avec ces horribles moments d’angoisses où l’on n’a plus confiance en soi, chasser les pensées négatives qui nous font croire qu’on ne réussira jamais rien, que personne ne peut nous apprécier et nous aimer parce qu’on est moche et stupide, qu’il y a beaucoup mieux que nous, et que peut-être on se moque de nous, et que les gens, qui disent nous aimer, veulent seulement être courtois et gentils avec nous,… Bref ! Révoltons-nous contre la dépression et la dépréciation de soi !

    1. Oh que non tu n’es pas seule Cathy ! Je vis avec ces angoisses permanentes depuis 31 ans maintenant ! Pas facile de garder confiance en soi lorsque ces pensées négatives nous assaillent. C’est un dur combat à mener chaque jour sans répit. Mais je sais, pour avoir déjà bien travaillé sur mon anxiété, que peu à peu ça devient un automatisme. Mais parfois on se laisse déborder….

  2. Ah là là, je connais ça, l’angoisse qui te submerge et te paralyse, le cerveau qu’on arrive jamais à éteindre même durant les massage.
    Je m’étais fait d’ailleurs « disputer » par mon fasciathérapeute parce que je n’étais pas présente dans mon corps (alors que c’était l’objectif de notre travail), mais très loin dans les sphères de mon mental.

    Je pense effectivement qu’être présente dans le moment, se concentrer sur ce qu’on fait et le plaisir qu’on y prend, écouter son corps peuvent vraiment beaucoup aider.
    Quand je n’arrive pas à me décontracter, effectivement, je jette noir sur blanc toutes mes angoisses, ça permet déjà de prendre du recul.

    Sinon, tu as essayé la méditation ? J’essaye d’en faire (pour le moment, je suis pas encore super régulière mais bon…) et ça me fait du bien.

    Parfois, je chante, je danse ou je range (bizarrement, ça m’apaise)…

    1. J’ai essayé pendant un moment la médiation mais je ne suis pas parvenue à me détendre, à laisser venir mes pensées sans jugement.. Du coup ça m’énervait plus qu’autre chose !!! C’est pour ça que, pour le moment, je me « limite » aux exercices respiratoires ! Mais j’ai bon espoir d’arriver à revenir à la méditation de temps en temps quand j’irai mieux ! J’espère en tous cas que tu parviendras à te sentir mieux et à profiter de l’instant présent !

      1. Bon, mon commentaire est parti deux fois… 😦

        Sinon, ce que je voulais dire par rapport à la méditation, c’est que je m’aide d’enregistrement parce que toute seule j’y arrive pas. Tu trouves plein de trucs sur Internet.
        Moi, par exemple, j’adhère vraiment à la méditation du sourire (www.youtube.com/watch?v=vZtsbgfQ9ZM) mais après, chacun va être plus ou moins sensible à telle ou telle voix…

      2. Mais tu as raison ! Moi j’ai un bouquin avec un CD ! D’ailleurs je vais remettre la main dessus ce soir grâce à toi ! Je suis sûre que ça peut m’aider ! Et j’irai voir le lien que tu m’as fourni ! Merci !

  3. L’homéopathie m’aide bcp :
    – Sépia 15 CH (déprime/dépression)
    – Gelsenium 15 CH (angoisse, trac)
    – Ignatia Amara 15 CH (anxiété)
    1 dose par semaine ou tous les 15 jours de l’un ou de 2 ou 3 d’entre eux
    Bien sûr cela n’agit pas instantanément mais 2 jours après l’avoir (ou les avoir) pris, je me sens mieux.
    La respiration et la méditation ça marche bien aussi, le sport, une grand balade et se faire plaisir apporte aussi un peu d’apaisement.
    Bon courage ! 🙂

  4. Que de bons conseils…
    Moi j’ajouterais le yoga et le pilates, qui concentrent relaxation et sport en un ! Personnellement, ça m’avait beaucoup de bien et avait limité mon stress quotidien, tout en me renforçant musculairement (ce qui a considéré allégé mes douleurs de dos !).
    Courage ma belle…

    1. Merci ma poulette. J’avais essayé le Pilates mais j’ai vraiment besoin (du moins, pour l’instant) d’activités qui bougent, durant lesquelles je dois suivre le prof pour éviter de penser ! Je me contente donc en ce moment de cours comme les abdos fessiers, le body sculpt, etc. SI je ne suis pas, je suis vite perdue donc concentration absolue durant 1h sur autre chose que mes angoisses et c’est déjà pas mal !!!!

      1. Whaouuu ! T’as vraiment toutes les clés pour ne plus être angoissée !!! Tu es sur la bonne voie =)

        Comme le Nem à la choucroute, je te conseille le yoga et pourquoi pas le pilates (plus énergique et surement plus adapté à ce que tu recherches)
        La relaxation par la respiration est un très bon exercice. Et même si tu as l’impression que cela ne fonctionne pas, accroche toi ! Persévère et si tu as envie de lâcher… Ecrit un article, on est là pour s’épauler !!! ^^

        J’aime bien aussi quand tu dis « remettre mon esprit en mode positif ». Ca semble être un gros effort fait pour les autres… Mais au final, j’espère (et je le pense !) que cela t’aide dans ta quête personnelle contre l’angoisse ! =)
        Je dirais même que de s’entourer de personnes positives c’est ce qu’il y a de plus important pour changer (et je l’ai remarqué par moi même, il y a peu de temps) !!! Ils te laissent percevoir leur manière de penser et de faire les choses… Après cela, tu as toutes les clés en main pour les imiter ! =D

        Perso, mon petit truc à moi pour me détendre et me vider l’esprit en sortant du boulot… C’est de me faire à manger, prendre le temps de cuisiner !
        Je commence par aller faire les courses (pas tous les jours non plus ^^), je réfléchie à ce qui me ferais plaisir et arrivée à la maison, je prépare mon plat du soir (voire celui du lendemain midi)…. Ca me prends peut être 1h, c’est long… Mais ca fait du bien de savoir ce que l’on mange et pas tous ces trucs industriels ^^

        Voilà ce que j’en pense et j’espère que cela pourra t’aider un peu.
        Bon courage =)

      2. Merci pour ce gentil commentaire. C’est vrai que s’entourer de personnes positives est vraiment important pour moi car j’ai tendance à être une vraie « éponge » lorsque les autres me parlent de leurs problèmes. Je suis très empathique.
        Cuisiner c’est vrai que c’est un bon moyen de me vider la tête. J’aime aussi préparer des petits plats. En générale je m’y mets le week-end pour avoir de bons petits plats pour la semaine.

        J’espère vraiment aller mieux ces prochains jours. Ce n’est pas évident en ce moment mais j’en ai vu d’autres !
        Allez, direction le mode positif !

        Merci encore !

  5. Merci pour cet article ! En homéopathie aussi (cf. le com’ de Nausicaa) j’ai découvert Stressdoron de Weleda à une période où je faisais des pics d’angoisses pas possibles et ça a été particulièrement efficace à ma grande surprise.
    Sinon il y a également la relaxation façon Jacobson qui est plus facile à utiliser seule que la relaxation classique quand on est bien stressée et qu’on gamberge trop (tu es allongée, tu commences par serrer les poings à fond pendant 10-15 sec, tu relâches tout pendant 10-15 secondes, puis tu contractes poings + avant-bras pareil, et ainsi de suite pour chaque partie du corps jusqu’à arriver aux pieds). Ça prend environ quinze minutes et ça permet de bien prendre conscience de son corps et lui apprendre à se décrisper. A la fin de l’exercice on se sent presque planer et à force de le pratiquer régulièrement, le corps acquiert le réflexe de se relâcher plus vite et plus facilement dès que le cerveau réalise qu’il se crispe.
    C’est une psy de TCC qui m’avait donné ce tuyau contre les effets du TAG, c’est une bonne alternative quand on n’arrive pas à méditer ou rester posé trop longtemps.

    1. C’est intéressant ce que tu me dis là car mon médecin qui me suit pour ma TCC m’a également donné des éléments de relaxation telles que tu les décris. Il m’a filé un enregistrement que je me passe souvent le soir. C’est encore difficile pour moi de me relâcher complètement. J’aimerais vraiment y arriver ! Merci beaucoup pour ton commentaire.

      1. Tu vas y arriver, avec tout ce que tu mets en place pour ce faire, il n’y a pas de raisons 🙂 Sinon je voulais juste rajouter qu’effectivement, pour la relaxation, et en tout cas dans mon cas, j’ai commencé à voir un petit début d’amélioration notable au bout d’un mois et demi en la pratiquant absolument tous les soirs, pas de suite-de suite donc. C’est comme un sport d’endurance et au début c’est frustrant, il y a des moments de « rechute » aussi, mais en persévérant, ça devient peu à peu la libération, on arrive enfin à comprendre physiquement ce que « lâcher prise » veut dire. Bon courage 🙂

      2. C’est vrai, tu as raison, il faut que persévère que je fasse mes petits exos de relaxation même lorsque l’envie n’y est pas ! Il faut que je prenne un peu sur moi et que je fasse des efforts non mais !!!! Merci encore pour tes encouragements !

      1. Bonjour

        Je découvre ton blog aujourd’hui et j’ai envie de dire enfin un truc qui me parle ! Je suis comme toi assez anxieuse et apathique. La fille sympa à qui on raconte tout, qui fait éponge et qui en oublie presque d’exister pour elle …
        Je ne me dévalorise pas constamment comme certaines d’entre vous, mais mon moyen d’éponger les angoisses c’est depuis des années la bouffe ! Depuis plus de 30 ans, je fais le yoyo et grossis un peu plus après chaque régime. Aujourd’hui je me suis prise en main différemment, je vois un psy et ai un traitement. Je perds du poids doucement, mais les habitudes ont la vie dure… Du coup, cela m’aide de lire vos témoignages, je vais essayer d’écrire et de méditer ou plutôt souffler pour me recentrer …
        Merci beaucoup pour ce post. Juste un petit conseil si je puis me permettre: entoure toi de personnes positives et éloigne un peu les personnes, qui malgré elles, parasitent ton énergie avec leurs problèmes. Il faut commencer par s’aider soi-même!
        A bientôt.

      2. Bonjour,

        Merci beaucoup pour ton message. C’est vrai qu’il est super important de s’entourer de personnes positives qui vont nous booster et nous aider à voir la vie autrement.
        C’est bien que tu te fasses aider et même si cela prend du temps, la thérapie en vaut la peine.
        Parler de ses angoisses et recevoir autant de réactions positives est vraiment super pour moi !

  6. Salut, je suis contente d’être atterrie sur ton blog. J’étais là à surfer dans ce grand monde virtuel à la recherche de support, de soutien auprès de gens susceptibles de comprendre ma réalité. La grande veuve noire travaille fort à me bousiller la vie depuis quatre jours. Je suis remplie de ressources, de stratégies, mais rien ne semble suffisamment efficace pour me sortir de l’obscurité. Le fait de te lire et de lire les commentaires m’a apporté un peu de réconfort. Je ne suis pas seule avec cette tendance aux idées fausses et douteuses! Je ne suis pas seule à me battre avec moi-même. Je ne suis pas seule à se sentir seule avec ses tourments plus qu’envahissant! Je me nourris en me rappelant que la souffrance est temporaire et vos témoignages m’aident à encrer cette pensée en moi.
    Merci. Je ne savais plus quoi faire et vers qui me tourner!

    1. Bonjour,

      Ravie de pouvoir échanger avec toi ! Et non tu n’es pas seule à éprouver de l’anxiété et à avoir du mal à la gérer.
      J’espère que tu vas trouver ce qui te convient pour apaiser ces angoisses. Je travaille avec un médecin dans le cadre d’une Thérapie Comportementale et Cognitive (TCC) et ça marche très bien ! Je peux faire des trucs que je n’aurais jamais imaginer possible avant. Je suis toujours angoissées mais maintenant je sais gérer mon anxiété.
      Bon courage et n’hésite pas si tu as besoin de parler !

  7. Salut, merci d’avoir pris le temps de répondre. Jour 7 suite à ma grosse crise de panique. Je commence à aller mieux. Faut dire que j’ai été voir le médecin à l’urgence pour obtenir des ativans. J’en ai pris pendant 3 jours.
    Depuis, les matins sont difficiles, mais plus la journée avance, plus je m’occupe, mieux je me sens. L’hypervigilance reste là de manière constante toutefois!
    J’ai fait du cognitivo-comportemental et j’ai ajouté à ça: l’emotivo-rationnel. J’ai été un bon 2 ans sans faire de crise trop intense, je gérais bien.
    Une opération à la hanche avec complications après en mai, stress financier de fille célibataire qui doit faire de la physiothérapie, de l’acupuncture en plus de payer tout le reste avec 75% de son salaire, une rencontre avec une grande maison d’édition pour une éventuelle publication(un rêve) , ma fête et puis voilà! Ma vie a basculé.
    Il suffit d’une bonne crise pour nous remettre en plein visage que nous ne sommes pas guéries. Une bonne douche d’eau froide! Ça fait mal, ça déçoit, ça décourage!
    Je vais reprendre la thérapie. Je vois que le chemin parcouru (thérapies, lectures, exercices)n’est pas suffisant pour me garder hors de ces zones d’ombres. Je constate que la non-acceptation de cette partie de moi ne m’aide pas non plus. Lorsque je sombre dans une telle phase, je souffre tellement que j’ai l’impression de n’être rien d’autre que de l’anxiété sur deux jambes. Je ne vois plus l’intérêt de continuer à vivre! J’ai une envie et c’est celle d’abandonner!
    Toute la semaine, j’ai travaillé mes pensées en me répétant sans arrêt des choses positives et réalistes afin de m’en convaincre, afin de les graver en moi. Ça demande beaucoup d’énergie! Mais, malgré la fatigue qui m’habite encore, je fais l’effort dès qu’il y a un nuage qui plane au dessus de ma tête.
    Dire que j’étais une ado qui n’avait peur de rien!

    1. Salut ! C’est bien déjà de prendre conscience de son anxiété et de vouloir y remédier. Je pense que tu devrais te demander, lorsque tu as des crises d’angoisse, si tes pensées qui viennent en boucle sont vraies. C’est une technique que j’ai apprise au début de ma TCC. Toujours vérifier la véracité de ses pensées automatiques. AU début c’est difficile. Et puis petit à petit ça devient automatique. Tu verras qu’avec cette méthode, tes pensées négatives vont vite être « détruites » car elles sont fausses pour la plupart ! Petit à petit les pensées positives prennent le dessus.
      Je vis une période très difficile professionnellement parlant. Mais j’essaye de garder mon optimisme. SI j’écoutais mes pensées, je crois que je lâcherais tout; que je ne continuerais pas à me battre. Mais je sais, au fond de moi que ça vaut le coup. Que je vais ressortir plus forte de cette expérience.
      Tiens le coup et n’hésite pas à en parler et à te faire aider !
      A bientôt !

      1. Oui, les pensées, c’est ce que je fais depuis un an.( Pensée fausse, douteuse, vraie) Lorsque l’anxiété n’est pas trop élevé, ça va, ça aide, mais dans une période creuse, je fais l’exercice sans ressentir ce que je me dis. Il y a un monde entre se dire des choses et y croire, les ressentir, les habiter.
        Continue tes efforts pour garder ton optimisme si c’est vraiment ce que tu souhaites comme situation professionnelle. Et oui, malgré les tourments qu’ils nous causent, ces événements nous rendent plus forts!
        À 36 ans, avec un passé trouble, les épreuves rencontrées, lorsque je raconte ma vie, c’est ce que plusieurs me disent: « tu es forte, je ne serais pas capable, ou je n’aurais pas été capable de faire face à cela. » Forte, oui, mais usée par moment, car justement à vouloir toujours être forte on ne lâche pas prise et on oublie de vivre nos émotions. Elles nous rattrapent et nous plongent dans notre part d’ombre.
        Courage aux courageux!

      2. Oui ce n’est pas toujours évident d’être toujours courageuse. J’aimerais bien lâcher prise. Ne pas toujours devoir affronter tout, toute seule. Malheureusement la vie en a décidé autrement. alors je fais avec et je tâche de rester optimiste. Même si dans certains cas c’est hyper difficile… Courage à toi aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s