Est-ce mon indépendance qui me conduit toujours vers des égoïstes ?

Est-ce mon indépendance qui me conduit toujours vers des égoïstes ?

et pour moi c'est eux.. Vous suivez ?!
et pour moi c’est eux.. Vous suivez ?! @Ben

Je vis seule depuis 8 ans maintenant (mise à par une petite parenthèse à deux durant quelques mois), j’ai appris à gérer tous les tracas du quotidien, seule. Fuite d’eau le dimanche (ça arrive toujours le dimanche), assurance, loyer, plombs qui sautent, petites réparations, budget, courses, …

Seuls mes parents viennent à ma rescousse lorsque je panique trop ! Du coup, j’ai appris à ne pratiquement jamais rien demander. Lorsque je suis en couple, c’est pareil. Je ne demande rien, je ne compte que sur moi-même. Par habitude et par manque de confiance. Je crois avoir tellement été déçue par les autres que maintenant je préfère ne me fier qu’à moi (si ça foire, je ne m’en prends qu’à moi).

Remarquez que je bricole rarement dans cette tenue !
Remarquez que je bricole rarement dans cette tenue !

Alors j’en suis venue à me demander si cette indépendance ne me conduisait pas toujours vers le même type d’homme. Si malgré moi, je ne leur renvoyais pas le message, je n’ai pas besoin de toi, je m’en sors toute seule… Alors pourquoi se priveraient-ils d’en profiter ?

Pourquoi ne pas continuer à penser à eux uniquement vu que moi je me contente de miettes d’attention. Vous savez ces petites attentions qui semblent tellement anodines pour les autres. Moi, elles me submergent; je trouve ça extraordinaire, comme une vraie preuve d’attention… Oui, avouez qu’un homme qui me propose de descendre les poubelles, il y a de quoi être charmée… Ou l’envoi d’un texto qui ne soit pas une réponse à l’un des miens. Le simple fait qu’on puisse penser à moi, gratuitement, me bouleverse…Idiote Marion.

Pourtant moi j’aimerais bien qu’on prenne les choses en main à ma place, pouvoir me reposer sur quelqu’un. Ca doit faire du bien de se sentir épaulée, sans rien demander. Je ne suis pas une féministe acharnée qui veut tout faire à la place d’un homme. C’est juste que je suis devenue comme ça avec le temps. Mais comment changer ? Comment demander ne serait-ce qu’un service sans peur de passer pour une chieuse ? Comment ne pas tout accepter par peur d’être quittée ? Comment en demander plus ? Comment faire confiance ? Et ne serait-ce pas là renier ma personnalité?
Ou peut-être ne suis-je pas encore tombée sur le bon, celui qui me donnerait envie de m’en remettre à lui, tout simplement… Allez savoir…

22 réflexions sur “Est-ce mon indépendance qui me conduit toujours vers des égoïstes ?

  1. Tomber amoureuse! Tout simplement!
    Pourquoi tomber d’ailleurs!

    Mais vous nous avez tellement dit que nous n’étions bon à rien, que vous n’aviez pas besoin de nous, que l’on s’en est fait uneraison.

    Mais tu ne peux pas savoir combien il est agréable pour un homme de s’entendre dire, « je t’aime » sans rien attendre en retour!

    Mais le problème est peut-être tout simplement que nous ne disons pas « Je t’aime » quand nous le pensons, de peur de je ne sais quoi!

    1. J’ai toujours dit le fameux je t’aime car je le pensais, sans rien attendre en retour. Et je continuerai comme cela !

      Mais tu as raison, à force de trop de féminisme acharné, tout le monde se perd dans son rôle à jouer, hommes comme femmes.

      Attention ! Je ne demande surtout pas à rencontrer quelqu’un pour mes corvées, je me débrouille, mais seulement quelqu’un en qui j’aurais confiance…

      1. Je croyais mon commentaire perdu…
        j’adore ton blog! 🙂

        Les relations entre les hommes et les femmes sont parfois difficiles, mais je viens d’apprendre, (j’ai 62 ans), qu’il fallait dire les choses en appliquant la règle des 4 P.
        Promptitude
        Précis
        Petits progrets
        « Je ne me souviens plus du 4eme P » 😦
        En fait, il faut dire les choses quand on les ressent, surtout les choses positives, mais aussi les négatives.
        Cela supprime le stress, les malentendus.
        malheureusement et des chansons en ont été faites, certains disent: « N’avoue jamais que tu aimes »…
        Et comme ça, ça ne peut pas marcher.

      2. Merci c’est très gentil ! Le problème c’est que lorsqu’on avoue aimer ou tout simplement que la personne nous plait, ça peut la faire fuir… Et puis certains y voient un acte de faiblesse que de révéler ce qu’ils ont sur le cœur. C’est bien dommage. Moi j’aimerais tellement dire un Je t’aime à nouveau (et l’entendre aussi j’avoue !)…

  2. Je suis l’inverse de toi, ultra dépendante mais comme toi, je suis à fond dans la petite attention (je pense qu’un sms envoyé sans que j’ai envoyé moi-même ça serait le pied, une carresse derrière la nuque et c’est LA tendresse à ses sommets). Mais je peux donner une impression d’indépendance au prime abord (je me suis reconvertis, j’ai beaucoup vécu seule donc oui, je me débrouille) et en effet, je me demande comme toi,s i les égoistes sont pas pour nous parce qu’on donne l’impression d’avoir besoin de rien…

    Bon, sinon, on prend la théorie de mon ex, plus sympathique: on est jolie donc on n’a pas que le boutonneux qui se soumet parce qu’il sait qu’il ne trouvera rien d’autre….

    On garde celle là?!

    1. Allez, on garde celle-là !!!! Mais en lisant ton commentaire je m’aperçois que lorsque je suis amoureuse je ne renvoie peut-être plus cette image d’indépendance assumée et que je me laisse aller à trop de besoin de tendresse?! Oh c’est compliqué tout ça !!!!

      1. J’ai l’impression oui que c’est carrément compliqué! Entre l’image qu’on donne de nous, celle qu’on veut donner, ce qu’on ait, la façon dont l’autre nous voit…. Mais cmment font celles pour qui les histoires d’amour marchent?!
        Elles n’ont pas toutes un boutonneux soumis ^^

      2. Ah ah ! Un boutonneux soumis, tu m’as fait bien rire ! Je ne sais pas comment elles font ! Elles se prennent peut-être moins la tête mais est-ce vraiment possible de la part d’une fille ?!!!

  3. « Je ne demande rien, je ne compte que sur moi-même. Par habitude et par manque de confiance. Je crois avoir tellement été déçue par les autres que maintenant je préfère ne me fier qu’à moi »

    Ohhhh comme je me reconnais dans ces phrases !
    Je suis seule depuis bientôt 10 ans si cela peut te rassurer 😉
    Je suis un aimant à égoïstes, égocentriques, profiteurs de tous bords !
    Mais d’un autre côté, je refuse un boutonneux qui se soumet (sinon je l’écrase vu mon tempérament !)

    Courage ! Tu trouveras le « bon » je te le souhaite 🙂

    Bises

    Sarah

  4. Pas simple en effet…
    En couple depuis presque 8 ans, j’ai mis du temps à trouver l’homme qui partage ma vie aujourd’hui, tout simplement parce que je ne devais pas être prête encore.
    Je n’ai pas de conseil à te donner, mais reste simplement toi-même. Tu deviens plus tendre quand tu es amoureuse et plus dépendante ? Et alors ? Celui qui t’ira sera celui qui t’acceptera telle que tu es, avec tes défauts, tes faiblesses, mais surtout avec tout l’amour que tu pourras lui donner.
    Courage 🙂

    1. Moi, je suis tout à fait d’accord avec Céline ! Que tu sois trop indépendante, puis trop dépendante, trop tendre, trop, trop… ben et alors ? tu es celle que tu es, c’est tout, et l’homme de ta vie l’acceptera, quelles que soient tes failles !

  5. j’espère que tu trouvera l’élu de ton coeur 🙂 moi je vis avec mon copain depuis 4 mois maintenant mais il y a parfois des hauts et des bas on aime bien être tranquille parfois quand même lol c’est compliqué tout ça…

    1. Merci Laura ! C’est vrai que tout cela est bien compliqué ! On veut garder sa liberté tout en ayant envie de s’abandonner un peu à l’autre… J’aimerais me sentir de nouveau amoureuse… J’ai l’impression que ça fait tellement longtemps !

  6. Je suis en couple et je suis plutôt indépendante, comme toi. Mais j’ai remarqué que quand je laissais mon homme prendre les choses en main ça lui faisait plaisir, que je lui montre que j’ai besoin de lui, même pour des petites choses du quotidien… Il faut savoir mesurer et laisser faire les autres, sans pour autant oublier qui on est…
    Pas facile, je sais.
    Mais ce qui est certain c’est que si moi je suis amoureuse, il n’y a aucune raison pour que tu ne le soies pas également… ça va arriver, et oui c’est cliché de dire ça mais c’est souvent au moment où on s’y attend le moins..
    Plein de pensées pour toi!

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. Il m’a fait du bien, vraiment.
      Je cherche sans doute trop à être « parfaite », indispensable, pas chiante lorsque je sors avec quelqu’un. Je suis indépendante mais finalement j’ai terriblement envie d’être aimée… Du coup je m’oublie un peu dans tout ça…

  7. Ca fait environ trois quarts d’heure que je lis ton blog avec attention. C’est une amie qui m’a dit qu’elle te suivait et qu’elle m’avait reconnue à travers tes mots. Elle trouve que je te ressemble.
    J’ai lu chacun de tes billets avec attention, mais en silence. J’ai souri à plusieurs reprises, et c’est vrai que je me suis parfois reconnue dans tes mots. Souvent même …

    Mais là, ce billet, j’aurais pu l’écrire. Presque mot pour mot. Pas tout à fait. Mais il fait écho à une chose à laquelle je n’avais jamais songé. Est-ce mon indépendance qui fait que jamais personne n’aie voulu prendre soin de moi ?

    Contrairement à toi, je n’ai jamais été avec quelqu’un. J’ai eu une seule expérience regrettable avec un garçon et elle me hante encore. Mais je n’ai jamais eu cette chance.
    Je ne veux pas prendre de place dans la vie des gens, j’ai toujours peur de mal faire, de déranger, d’embêter les gens … Je ne demande jamais de service, ça me rend malade. Même le moindre petit truc, c’est ridicule et parfois j’en ai conscience.

    Mais comme tu dis, comment changer ? Je n’en sais rien. J’ai peur de prendre trop de place dans la vie des gens, de compter, de les embêter. Je ne veux pas être une chieuse comme tu dis. Mais à force de m’effacer, d’avoir peur d’aller vers les gens, de ne pas leur accorder ma confiance, ou pas de la manière dont ils l’entendent, je finis par les décevoir et personne ne veut de moi.

    Quelque chose au fond de moi me pousse à croire que quelque part sur cette terre, il existe, ce charmant jeune homme qui fera tomber toutes mes barrières. Mais je me fais sans doute des illusions. Et je suis en train de les enterrer une à une. A chaque fois que je me regarde dans le miroir le matin, je vois cette fille horrible au quatruple menton, les joues trop dodues, la graisse qui se balance sous mon bras lorsque je mets du déodorant, mes cheveux d’une jolie couleur mais trop fins pour en faire quoi que ce soit … Et ça, ce n’est que le visage. Je ne te parle même pas du reste du corps, avec les dizaines de kilos en trop greffés sur le ventre, les cuisses, partout. Même sur mes doigts de pianiste. Il n’y a pas une seule parcelle de mon corps qui soit agréable à regarder. Alors comment veux-tu qu’un garçon s’y arrête ?
    Je ne pense pas à moi. A quoi bon ? Je ne suis rien, moi. Je me donne aux autres, en essayant de ne pas prendre trop de place, de ne pas les emmerder avec mes doutes et tout ce que je suis au fond de moi.

    Je ne sais pas pourquoi je t’écris tout cela alors que je ne te connais même pas. J’aurais peut-être mieux fait de rester dans l’ombre, encore une fois. Mais ce soir, j’ai besoin de m’exprimer et je crois que mon amie s’en est rendu compte. Elle n’est pas prête à m’écouter et si je lui en parlais, elle me dirait : « Tu ne vas pas nous faire ta soirée « Fille-de-21-ans-je-suis-nulle-moche-et-je-déprime » ? » Alors lorsque j’ai lu ces mots, j’ai eu envie de t’écrire quelques mots. Juste pour que tu saches toi aussi que tu n’es pas la seule à penser ça. Je dis ça, parce que nous savons toutes les deux de quoi il s’agit …

    1. Je te remercie d’avoir pris le temps d’écrire ce commentaire et en suis beaucoup touchée. Si je n’ai qu’un seul conseil à te donner ce serait de ne pas avoir de regret. Vis ta vie, profite, kilos ou pas kilos en trop.

      Tu es encore très jeune et crois moi tu as bien le temps d’apprendre à t’affirmer.  J’ai bientôt 31 ans et cela fait seulement peu de temps que je m’accepte,  que je tente chaque jour de faire accepter mes idées, mes envies.
      J’aurais du commencer bien avant. Et c’est sûr que j’aurais préféré apprendre à m’affirmer en compagnie d’un super mec. Mais voilà mes mes histoires bancales m’auront au moins appris que je vaux quelque chose, même seule.

      Je crois encore au grand amour,  à celui avec lequel je pourrais être tout à fait moi sans avoir peur de le perdre.  
      Je ne sais pas d’où vient cette dépendance affective, cette peur d’être rejetée mais ce que je sais c’est qu’il ne faut pas qu’elle m’empêche d’avancer.

      Crois en toi. Tu vas vivre plein de choses qui te permettront à ton tour de t’affirmer et d’exister en dehors du regard des autres. laisse toi du temps. Je sais que ce n’est pas toujours facile mais on en devient plus forte.

      Si tu as besoin de reparler, n’hésite pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s