Au chômage

Au chômage

Allez, on va se remettre à chercher...

Lorsque j’ai quitté mon boulot de chef de projet marketing fin 2010, je n’ai pas vraiment pensé au chômage. Je n’avais jusqu’alors jamais connu de période sans emploi et je pensais qu’il en serait de même lors des années à venir. Seulement, c’était sans compter ma reconversion professionnelle. Aurais-je eu envie de rester dans le même secteur, j’aurais sans doute retrouvé du travail plus facilement. Mais non, j’ai voulu faire un boulot qui me plaisait enfin. Un beau rêve…

Me voici donc inactive pour la première fois de ma vie. Les premières semaines je croisais des costards cravates en terrasse entre midi et deux et me disais que ce n’était vraiment pas ma place d’être « dehors ».

Je rentrais vite chez moi pour me remettre à la réécriture de mon CV. Je tâtonnais sur les sites d’emploi spécialisés dans la rédaction, je validais mes comptes sur les sites généralistes.

Au bout de quelques temps la culpabilité m’a envahi.  Je ne me sentais plus à ma place, chez moi, dans mon canapé tandis que les autres se levaient pour aller bosser. Alors j’ai tenté de garder le rythme : lever tôt, planning de recherche d’emploi, pauses syndicales, au lit  pas trop tard.

J’ai dégoté  un CDD par ci, une mission par-là, je me suis même lancée en tant que freelance pour ne pas rester sans rien faire.

Mais force est de constater que même si je galère, que si je vis mal cette situation, certains penseront toujours que je suis une assistée, que je ne souhaite pas réellement travailler.

Soit. Mais le fait est qu’il y a moins de travail, moins d’annonces auxquelles postuler, moins de contacts, bref je n’y croyais pas mais c’est vraiment la crise…

Et puis il y a les autres, ceux qui vous disent « Profite ». Mais profite de quoi au juste ? De la moitié de mon ancien salaire qui déjà ne le suffisait pas ?!!!  Profite de tes kilos en trop amassés à cause de ces journées passées devant le PC à grignoter tout ce qui passe sous ton nez pour tenter de calmer ennui et anxiété ?

J’ai aussi rencontré d’autres chômeurs dans mon entourage, on pouvait même former un club, mais c’est loin de me remonter le moral… ce serait même plutôt l’inverse !

Et puis les jours et les semaines passent… toujours plus angoissantes.

Mais je continue d’y croire. Alors en attendant de trouver le job de mes rêves, je ne baisse pas les bras, je regarde partout, je scrute internet, je discute, j’essaye de trouver de nouvelles idées, je postule à d’autres postes, …

Courage à tous les chercheurs d’emploi : le chômage c’est tabou, on en viendra tous à bout !!!

 

20 réflexions sur “Au chômage

  1. Je me disais… ce qui te manque, je crois que c’est la formation et l’expérience pour dégoter ton premier CDI dans cette jungle où tu es loin d’être la seule à vouloir bosser dans ce domaine…
    Tu as pensé à faire une formation en alternance ? Tu gagnerais autant que ce que tu gagnes actuellement… mais en te formant et en bossant ! Mes copines qui ont fait une école de journalisme enchaînent sans problème boulots et missions…

    1. Le problème c’est que si je souhaite trouver un emploi c’est que financièrement c’est très dur pour moi et je ne me vois pas continuer encore 1 voire 2 ans comme ça pendant une formation. et oui, c’est ça de vivre toute seule… les factures sont toujours pour ta pomme !

  2. Je viens de découvrir ton blog et, je vais pas écrire un roman, il est déjà dans mes favoris!
    Bonne continuation 🙂

  3. Je te souhaite bon courage, dans le quotidien et dans ta recherche. En tous cas j’espère que tu crois toujours en toi, car c’est la base pour donner envie aux autres de croire en toi aussi, mais je me doute que ce n’est pas facile tous les jours !

    1. Merci beaucoup. C’est vrai que certains jours on se demande si on est pas tout simplement nulle de ne pas trouver de boulot ! Mais je garde confiance en mes capacités ! Je me suis toujours débrouillée et plutôt pas mal dans mes anciens boulots, il n’y a pas de raison que je ne trouve pas le job de mes rêves dans lequel je me sentirais en confiance et prête à m’investir !

  4.  » Au bout de quelques temps la culpabilité m’a envahi. Je ne me sentais plus à ma place, chez moi, dans mon canapé tandis que les autres se levaient pour aller bosser. Alors j’ai tenté de garder le rythme : lever tôt, planning de recherche d’emploi, pauses syndicales, au lit pas trop tard. » —- J’ai vécu ça aussi. C’était horrible 😦

    « J’ai aussi rencontré d’autres chômeurs dans mon entourage, on pouvait même former un club, mais c’est loin de me remonter le moral… ce serait même plutôt l’inverse ! » —– Moi, je m’étais inscrite sur doctissimo ( ils ont unr rubrique consacrée au chômage), je croyais que lire les propos de chômeurs comme moi et discuter avec eux me remonteraient le moral. Erreur ! J’en ressortais encore plus triste, car y’avait pas mal de gens au bout du rouleau et leur déprime était contagieuse. J’ai fini par ne plus y aller…

  5. Je suis actuellement plus ou moins dans la même situation : je suis à la recherche de mon premier emploi, donc retour chez les parents : ça a ses avantages et ses inconvénients !

    Tu as très bien décrit dans ton article le fait de ne pas se sentir à sa place aussi bien à l’extérieur que chez soi, de se sentir nulle et inutile, les gens qui pensent que tu te complais là dedans, qui te disent que tu as de la chance et qu’il faudrait arrêter de te plaindre.

    Personnellement pour moi le plus dur c’est le manque de « vie sociale » : les amis sont éparpillés aux 4 coins de la France que ce soient pour leurs études ou pour chercher du travail et évidemment il ne reste plus personne par chez moi, sauf les vacances et les week-end où les amis originaires de ma ville rentrent de temps à autre 🙂

    Aussi il faut trouver de quoi s’occuper, car soyons réalistes, chercher du travail, même assidûment, n’occupe pas une journée entière. Pour ma part et ben j’ai découvert Hellocoton/Youtube et les blogs/vidéos beauté/maquillage : du coup je prends le temps de me mettre en valeur (j’apprends surtout !) et ça fait du bien au moral. Je compte peut-être me lancer dans l’aventure en ouvrant un blog.

    Avec les beaux jours, il est plus facile de se motiver et de ne pas désespérer. Je te souhaite beaucoup de courage et de réussite pour trouver le job de tes rêves ! (et je m’en souhaite aussi par la même occasion)

    1. Merci pour ton témoignage. C’est vrai que c’est super difficile comme situation… J’ai hâte moi aussi de retrouver une vie sociale et un boulot épanouissant !
      C’est vrai que le blog et Hellocoton m’occupent pas mal ! j’ai moi aussi appris plein de trucs en particulier sur le maquillage! C’est sympa d’essayer de nouveaux trucs ! Je te souhaite également de trouver un bon boulot et d’ouvrir un beau blog !!!

  6. Hello,

    je viens de découvrir ton blog et je sens que je vais y revenir souvent…Rien que le titre me parle!

    En ce qui concerne cet article en particulier, je suis contente que quelqu’un fasse un billet sur le sujet…

    J’ai quitté un emploi qui ne correspondait absolument pas à mes attentes fin décembre, et depuis je me débats pour pouvoir le justifier sans passer pour une ch****. C’est tout sauf facile. On me parle de risque, on me parle de bon sens, de patience. Autrement dit, il faudrait attendre la fin de la crise pour pouvoir avoir le luxe de se sentir bien dans sa peau… Je ne sais pas combien de temps cette crise va durer et je n’ai aucune envie d’abandonner l’idée de me sentir bien au boulot avant mon 40 ème ou 50ème anniversaire (si tant est qu’on puisse encore changer de voix à 50 ans…) Ce serait tout sauf sain. Quant à savoir si j’aurais du m’acharner et rester jusqu’à recevoir la prochaine offre d’emploi, je ne sais pas y répondre. J’avais déjà cherché pendant plusieurs mois sans rien trouver…

    Ca va faire trois mois, je suppose donc qu’il faut que je mette en place une routine pour éviter la culpabilisation. Je crois que la première chose à faire est de se construire un emploi du temps similaire à celui d’une personne qui travaille: se lever tôt, s’activer sur autre chose que la recherche d’emploi par tranches de deux heures, si possible sortir déjeuner, voir des gens dans la journée de travail. Le problème, c’est de savoir quoi mettre dans ces tranches de deux heures à occuper, qui soit à la fois intéressant et pas cher…Je réfléchis à apprendre une nouvelle langue ou bien apprendre un truc utile pour la maison. Mais je me demande si c’est vendeur sur un CV, si c’est quelque chose auquel je saurai me tenir sur le long terme, et surtout si je ne vais pas me retrouver face à d’autres chômeurs de longue durée au pessimisme contagieux…Bref.

    Je croise les doigts pour toi. Un jour où l’autre, tes efforts payeront 🙂

    1. Merci beaucoup pour ton témoignage, je me sens moins seule à vouloir trouver un emploi qui me corresponde vraiment ! C’est vrai que la bataille est difficile. A croire qu’on ne doit jamais changer d’orientation professionnelle sous peine de ne jamais trouver quelqu’un qui te fasse confiance! Je pense que d’avoir essayé c’est le meilleur moyen de ne rien regretter plus tard même si ça nous semble impossible pour le moment.
      Je te souhaite également de trouver ta voie et la personne qui te donnera ta chance !

      1. Coucou les filles.

        N’hésitez à mettre à profit cette période de temps libre pour rebrancher avec vous-mêmes, avec ce que vous aimez vraiment. La société actuelle fait qu’on oublie souvent ce que l’on aime vraiment, autant au niveau du boulot que des activités ! Et les deux sont importants pour être bien dans sa peau.

        J’ai vécu 6mois de chômage, un peu voulu faut l’avouer, vu que je suis dans une branche où il y a du travail mais où je ne m’épanouie pas. J’en ai profité pour me recentrer énormément sur moi-même :
        – méditation (avec l’aide du bouquin Le zen et l’art de tomber amoureux de Brenda Shoshanna)
        – séances chez une psychologue,
        – acupuncteur,
        – lecture qui font réfléchir (notamment le bouquin Le Pouvoir Du Moment Présent de Eckhart Tolle)
        – sport,
        – reprise de cours de piano (gros sacrifice financier mais que je ne regrette absolument pas),
        – cours de danse…
        – j’ai appris et surtout fait le choix de consommer moins (évidemment par obligation au départ !) mais finalement, comme il est agréable de se détacher un peu de cette société de consommation ! Je me suis remise à faire les pizzas moi-même ^^
        J’ai réappris à m’écouter. Et surtout à ne plus écouter les autres !! Qui savent très bien comment faire pour vous culpabiliser !!
        « Bon, tu retournes quand au boulot, j’en ai marre de te payer ton chômage », etc etc…

        Mais c’est une période que vous n’aurez peut-etre pas la « chance » de revivre, et évidemment je nous le souhaite ! Autant la positiver à fond !

        Perso, résultat, j’ai accepté de retourner en temps partiel dans la branche où je ne m’épanouie pas, mais à force de chercher, de m’écouter, de parler avec les autres, des pistes sont apparues et je les tente. L’angoisse, le stress et la culpabilité sont les maitresses pour refermer les portes qui pourraient s’ouvrir devant si vous ne restez pas zen et ouverte à tout ce que la vie peut offrir ! 🙂 Si si, je vous assure, elle peut être belle la vie !

        Si vous souhaitez en papoter plus longuement, n’hésitez pas à me contacter !
        Courage ! Une nouvelle vie s’ouvre à vous 🙂

  7. J’ai été aussi dans cette période là c’est très frustrant de rester chez soi et de ne rien trouver comme offre d’emploi. Maintenant je suis en CDD depuis 9mois mais bon je souhaiterais vraiment un CDI.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s