Une question d’orientation

Une question d’orientation

L'orientation, le parcours du combattant !

Me voilà donc entrain de parcourir les nombreuses offres d’emploi et là me vient une idée de post (oui, ça me vient comme ça !). Un post pour parler boulot certes mais surtout pour échanger sur l’accès au travail, sur la réorientation, les périodes de chômage, les remises en question … ! Parce que toute  cette histoire commence à la sortie du lycée, continue pendant nos études et nous suit toute notre vie !

Voici donc un premier post pour parler orientation…

A la sortie du lycée, j’étais complètement paumée. Alors que mes copines savaient parfaitement où s’inscrire à la rentrée, moi je n’avais aucune idée de ce que je pourrais bien faire de ma vie. A 17 ans, ça me parait normal finalement ! A l’époque j’avais déjà peur de suivre une voie et de devoir ainsi faire le même boulot pour le restant de mes jours. Je pense qu’à part les passionnés ; personne n’a envie d’être enfermé dans un poste de nos jours. Et je pense que c’est aussi une question de génération. Nos parents n’avaient pas autant de choix de carrière, se posaient sans doute moins de questions et faisaient souvent passer vie de famille avant carrière surbookée. Ils avaient un boulot, ne se souciaient pas de savoir s’il était épanouissant ou pas. De nos jours nous avons le choix parmi des dizaines de formations, parmi des dizaines de nouveaux métiers qui fleurissent chaque jour. Bref,  on a l’embarras du choix et surtout l’envie d’aimer ce qu’on fait. Plus question de boulot alimentaire, on souhaite un vrai poste qui nous rend heureux, avec de vraies responsabilités et un vrai salaire de grande personne…

Alors à 17 ans, je me suis retrouvée à devoir faire un choix et ce dès le début d’année de Terminale. Je me souviens de la procédure RAVEL sur minitel (suis-je si vieille ?!). Tout le monde parlait de la fac, pourquoi pas moi ? J’ai donc fait un premier choix en psycho et un second en histoire de l’art.

3614 RAVEL

J’avoue que j’ai pris ça un peu à la légère me disant que j’avais bien le temps… Mais le bac en poche et au moment des inscriptions, il n’y avait plus de place en histoire de l’art et je n’avais reçu aucune réponse pour la psycho. Me voilà donc inscrite en toute hâte en fac d’histoire… 2 jours plus tard je me souviens avoir reçu un courrier m’indiquant que j’étais admise en fac de psycho… J’ai bien essayé de modifier mon inscription mais pour vous renseigner dans les couloirs des facs vous n’avez que des étudiants à peine plus âgés que vous et qui ne savent pas forcément de quoi ils parlent… On m’a fait remplir mon emploi du temps comme je pouvais et me voilà au mois d’octobre, déprimée comme jamais suite à ma première rupture amoureuse (mais ça c’est une autre histoire) à devoir affronter la fac. Moi qui venais d’un petit lycée privilégié, j’ai dû me battre non seulement pour savoir où se trouvait la salle mais également pour me trouver une place dans cet amphi de 300 personnes. C’était bien la première fois que je voyais un prof devoir utiliser un micro pour se faire entendre. Des étudiants allaient et venaient, d’autres écoutaient leur musique, d’autres jouaient aux cartes. Je crois que c’est à ce moment-là que j’ai compris que la fac et moi nous ne serions jamais copines… J’étais perdue !

J’ai vainement tenté de continuer mais très vite j’ai abandonné. Et puis moi qui n’avais jamais réussi à retenir la date de la bataille de Marignan, l’Histoire ce n’était sans doute pas fait pour moi…

Je m’arrête là pour la première partie sur l’importance de l’orientation. Avec le recul je me demande comment, à 17/18 ans, on peut décemment choisir sa voie et s’y tenir. En ayant fait 2 pauvres stages dont un au collège comment savoir quelle voie choisir ? Comment savoir quel métier nous conviendrait ? Se connait-on suffisamment ?! A l’époque, rencontrer plus souvent des professionnels, m’immerger dans le monde du travail m’aurait sans doute aidé. Mais non. Il fallait ingurgiter une tonne de cours pour obtenir son bac, pas le temps de prendre ce temps…

J’aurais également aimé qu’on me rassure en me disant que « perdre » une année ce n’était pas si grave, que je pourrais rebondir. J’aurais sans doute été moins angoissée de ne pas avoir trouvé ma voie de suite.

J’ai eu de la chance d’avoir des parents qui ne m’ont pas mis la pression, qui m’ont fait confiance pour reprendre mes études.  Tous les jeunes n’ont pas cette chance.

La suite au prochain épisode ! En attendant, à vous la parole sur votre bonne ou mauvaise orientation !

14 réflexions sur “Une question d’orientation

  1. Comme toi j’ai fait ma première année à la fac. J’ai tenu 6 mois. Et finalement j’ai choisis une école privée.
    C’est bizarre qu’on ne t’ait pas rassuré sur le fait que ce n’est pas grave de perdre une année. A cette époque j’en avais perdu 3 et on m’a fait comprendre que ça faisait beaucoup, et qu’il faudrait commencer à avancer dans la vie !

    1. J’ai également choisi par la suite une école semi privée pour faire un BTS. La fac ça passe ou ça casse !!! Beaucoup en font les frais ! C’est vrai qu’à l’époque on ne m’a rien dit, quand j’y repense on était un peu livrés à nous-mêmes pour ces choix si importants…

  2. Je suis d’accord avec toi sur la façon d’appréhender la fac. Pour moi, le choc a été trop brutal. Vivre seule, dans une ville sans le moindre repère amical ou même géographique, errer une heure pour trouver un amphi et finir par rentrer chez moi parce que j’avais les boules d’arriver une heure en retard et de me faire virer … Depuis je n’ai intégré que des écoles sur concours. J’ai eu deux diplômes dans le social, et je compte en commencer un nouveau ( le dernier, probablement) dès septembre prochain. Parce que la fac de lettres, ça m’a certes donné des outils pour rédiger correctement, mais ça ne m’aurait pas donné un métier … Je trouve que nous ne sommes absolument pas guidés face à l’avenir alors qu’on nous casse les pieds au collège pour savoir si oui ou non on doit aller au lycée. La fac, c’est parfois la poubelle des indécis, des bons partout, des bons nulle part, des artistes maudits, des scientifiques qui se rêvent écrivains … Sans parler de la difficulté pendant ce temps-là de les subventionner ces maudites études!

    1. « La poubelle des indécis »! J’aime bien cette image ! C’est vrai que la fac ne donne pas vraiment « d’armes » face à la vie active et bien souvent les diplômes ne débouchent sur rien. Je n’ai pas mentionné le prix des études mais c’est important d’en parler tu as raison. Trop de formations sont hors de prix et donc inaccessibles. A un moment je souhaitais faire une école de maquillage artistique… Vu les prix, j’ai vite abandonné l’idée, malheureusement….

      1. Je te comprends … A l’issue du lycée je voulais faire une école de réalisation (d’où le thème de mon blog) mais c’était 30 000 euros par an juste pour fréquenter les bancs de l’école … C’est compliqué les milieux artistiques, et puis il faut voir les débouchés!

      2. C’est vrai que niveau débouchés c’était pas le top. Mais je galère autant maintenant pour trouver un boulot, alors je me dis qu’il n’y a plus vraiment de branches « sûres ». Quoi que comptable, j’aurais été certaine de trouver un poste, dommage j’aime pas les chiffres… !!!!

  3. Coucou!

    perso je ne suis jamais passée par la fac, j’ai fait une prépa puis j’ai eu la chance de réussir le concours de science po.

    En fait, c’est en ce moment-même que je m’inscris en fac pour la première fois, à distance. Et c’est un BINZ mais hallucinant!! Je ne sais pas OÙ sont les infos, où aller les chercher, qui consulter, je tombe sur des bribes par-ci par-là qui sèment la confusion plus qu’autre chose. Bref, heureusement que je ne me suis pas retrouvée là-dedans à 17 ans, je pense que j’aurais pété un câble!!

    1. Oh oui c’était le vrai foutoir quand j’y étais ! Moi qui étais habituée à une organisation sans faille dans mon lycée, je me suis retrouvée complètement à l’ouest ! Bonne chance pour ton inscription, je suis sûre que tu vas te débrouiller comme un chef!

  4. Je suis d’accord avec toi sur le fait que l’orientation n’est pas bien appréhendée par les lycéens, par manque d’informations… c’est dommage…
    Moi aussi je suis passée par la fac et j’y ai perdu 2 ans !!! Juste l’horreur ! Heureusement que j’ai trouvé ma voie par la suite, grâce à l’alternance.

    1. C’est vrai que la fac ne prépare pas assez à la vie professionnelle. Je suis aussi contente d’avoir opté pour un BTS. L’alternance c’est l’idéal pour se faire une idée précise de ce qui nous attend en entreprise.

  5. tu vas rigoler parce que maintenant ce n’est plus en terminale qu’on parle d’orientation mais dès la seconde ! vi vi !! lundi réunion avec les profs pour discuter de l’orientation des gamins parce qu’il sont sensés savoir ce qu’ils vont faire plus tard en sortant de seconde ! tu y crois toi ? je suis scotchée ! mon fiston a changé d’avis 3 fois déjà en 2 ans et rien dans la meme branche, ça promet ! ça sera donc bac S, avec ça tu peux tout faire aujour’hui, sinon tu es cantonné à peu de choix…mais où va-t-on ??!!

    1. Oh la la mettre la pression à des gamins de 15/16 ans ça donne jamais rien de bon !!! Evidemment qu’on change d’avis à cet âge là ! ils pensent quoi? Que les gosses ont déjà un projet de vie à la naissance?!!!! Bon courage à tes enfants et surtout ils ont le temps !!!

  6. Je ne suis pas passée par la Fac…j’étais tellement perdue en terminale avec tous ces diplômes, formations que j’ai décidé de travailler pendant 1 ans avant de reprendre des études. Bon je l’avoue, j’ai un peu galéré mais j’étais contente de gagner de l’argent.
    Aujourd’hui j’ai un diplôme, un cdd et je me pose encore des questions sur ce que j’ai envie de faire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s