Les bons gifs de la semaine

Les bons gifs de la semaine

Quand tu regardes ton compte en début de mois

Quand t’as plus trop les moyens de faire des courses

 

Quand tu vas passer Noël seule avec tes parents en mode fille unique

Qand tu tombes encore sur un connard

Quand tu n’as qu’une envie : dormir

Quand tu as l’impression que la vie se fout perpetuellement de ta gueule

Quand tout va mal mais que tu fais semblant que tout roule

Les émojis, ces cochonneries

Les émojis, ces cochonneries

aW6m6jx_700b

Serais-je donc la seule à ne pas m’enthousiasmer à la sortie de nouvelles émoticônes (ni même pour celles existantes d’ailleurs) ?

Serais-je la seule à comprendre que ces petites têtes jaunes ne sont pas du tout facilitatrices de communication ?

Serais-je la seule à voir clair dans leur jeu ?

Car oui, je le clame haut et fort, les émojis, sont nos ennemis !

Déjà, envoyer un de ces petits symboles pervers à la place d’un « vrai » message, dénote une envie de ne pas trop se creuser la tête (pirouette dont on a tous abusée un jour ou l’autre) :

  • Un émoji pour répondre à une vraie question existentielle = «faut que je prenne la fuite» «je ne veux pas m’impliquer» ou encore «putain c’est chaud, la conversation dévie »

 

  • Un émoji quand il est tard = « je n’ai vraiment pas la force de te répondre, fous moi la paix»

 

  • Un émoji pour reprendre contact après plusieurs jours sans nouvelle = «Elle ne pourra pas m’en vouloir avec un pti smiley ! »

Rentrons maintenant dans le détail : certains émojis sont tout simplement incompréhensibles !

Ou du moins, ils ne sont pas interprétés de la même façon par tout le monde. Du coup, ça peut grave foutre le bordel dans une conversation !

Il envoie (en pensant « Tu  dis n’importe quoi ») :

emoji eyeroll

Je comprends : « Tu me saoules avec tes messages à la con » (oui je vais toujours loin dans l’interprétation)

Avouez qu’il y a quand même une différence !

Prenons d’autres exemples :

emoji lunettes

  • Les lunettes de soleil. Emoji envoyé fréquemment par la gent masculine. J’ai mis un certain temps avant de comprendre que ça leur servait à montrer qu’ils étaient fiers d’eux… Euh…

emoji mal

Elle veut dire quoi cette face ? Il s’est coincé le doigt dans la porte ? Il souffre ? Il est fatigué ? Mais expliquez moi bordel !!!

 

emoji cornes

  • Le fameux petit diablotin violet. Encore une fois fréquemment envoyé par les messieurs. Je n’ai jamais su quoi répondre. Je cherche encore sa signification aujourd’hui.

Vous pouvez me dire, vous, ce qu’ils signifient ??

Je vous assure, j’ai fait des efforts ! J’en utilise moi-même pour rester dans le coup ! Je suis même allée voir la signification de plusieurs de ces émojis sur le net. Mais impossible de trouver la même explication d’un site à l’autre. C’est un vrai complot d’état cette histoire !

Je soupçonne même certains de mes fidèles interlocuteurs, de profiter de mon ignorance pour mettre subtilement fin à une conversation. Je vais lui balancer un émoji, ça la fera réfléchir toute la nuit et elle me foutra la paix !!!

Avouez qu’il y en a qui sont tout de même plus explicites que d’autres. Je milite donc pour la suppression des émojis inutiles au profit d’émoticônes simples, sans possibilité d’ambiguïté :

  • L’émoji cacaemoji caca

On sous-estime cet émoji pourtant hyper utile pour plein de trucs de la vie quotidienne : j’aime pas, c’est beurk, ça pue, j’ai un transit difficile (ou pas d’ailleurs)

 

  • L’émoji aubergine (valable pour le concombre, la pêche plus qu’explicite et tout autre fruit ambigu)

emoji aubergine

Oui, on s’en sert uniquement pour un message à connotation sexuel. Qui enverrait une aubergine dans un message ? Le temps d’aller chercher l’émoji, on aurait eu le temps de tapoter 3 fois le mot aubergine…

 

  • L’émoji cœur

emoji coeur

Au moins ça c’est clair !!!

  • L’émoji bisous

emoji bisous

Voilà qui est mignon et qui fait toujours plaisir ! Pas d’ambiguïté avec le bisou !

 

Mais comment remédier vraiment à ces imbroglios textuels ? Utiliser des gifs pardi!  Si vous me suivez, vous connaissez mon amour pour ces petites images animées. On peut rarement se tromper sur leur interprétation et en plus c’est tout de même plus sympa qu’une de ces sales petites tronches !

 

gif stop
Il est encore temps d’arrêter la propagation des émojis !

 

L’Inde à Paris

L’Inde à Paris

Épicerie Velan

Depuis que je suis revenue de mon séjour en Inde, je m’intéresse de près à l’Ayurveda et aux bienfaits des plantes et épices.

Bien qu’ayant ramené quelques petits souvenirs de mon voyage comme des épices, de l’huile de massage ayurvédique, et de l’huile de coco au jasmin, il me manquait des éléments indispensables à ma nouvelle routine ayurvédique !

Direction donc le petit quartier Indien de Paris, dans le 10ème arrondissement. Je me suis rendue dans une des 2 épiceries réputées pour le choix de leurs produits indiens.

Velan se situe au 87, passage Brady. J’ai eu la bonne surprise de découvrir juste en face un magasin Velan réservé aux produits de bien-être. 

Velan bien-être

On y trouve de tout ! Du dentifrice ayurvédique, des grattes langues en cuivre, des compléments alimentaires à base de plantes, de l’huile de massage, du shampoing, …

Je vous conseille de préparer quelque peu votre visite sinon vous allez ramener tout un tas de trucs dont vous ne vous servirez jamais ou, au contraire, vous allez repartir les mains vides ne sachant comment utiliser les produits proposés.

De mon côté, j’ai ramené du curcuma, du savon ayurvédique contre les petites impuretés de la peau, du thé Yogi tea pour la bonne humeur, des graines de fenouil pour la digestion, un mini guide sur l’utilisation des plantes en ayurveda et bien sûr quelques bricoles dont je n’avais oas forcément besoin!

Coco

Gingembre

Curcuma

Les 2 magasins proposent leurs produits sur Internet pour ceux ne pouvant se déplacer.

Il existe une autre épicerie indienne dans le 10ème, VT Cash and Carry, 11 rue de Cail. Je n’ai pas pu m’y rendre mais complèterai mon article dès que j’aurais pu y faire un saut.

Dans le même passage Brady, vous trouverez des petits restaurants proposant des spécialités indiennes, végétariennes ou non. Si vous venez à l’heure du déjeuner ou du dîner, impossible de passer à côté des « rabatteurs » qui vous vanteront les mérites de leur cuisine !

Le passage propose également des instituts proposant des prestations classiques (épilations, maquillage, …) et des soins plus traditionnels issus de l’Ayurveda. A tester pour me rappeler mon séjour au Kerala !

Conclure un premier rencard ou choisir parmi les 3 B !

Conclure un premier rencard ou choisir parmi les 3 B !

Qu’il ait été décevant, mauvais, drôle, bon, très bon, délirant, il faut bien conclure ce premier rencard. A ce moment là, 3 choix s’offrent à nous :

  • La Bise
Bise
Via Pinterest

Se faire la bise après un premier rencard c’est un peu à double tranchant.

Soit la soirée s’est super bien passée et pour éviter de passer pour une nympho, vous ne sautez pas sur ce jeune homme (même si vous en mourrez d’envie) et vous lui faites donc une petite bise sage accompagnée de la promesse d’un second rendez-vous.

Soit la soirée n’était vraiment pas top et elle se termine comme elle a commencé : par une simple bise pour ne pas paraitre malpolie (mais vous auriez sérieusement préféré lui dire au revoir de loin, de très loin même).

  • Le Baiser
baiser
Via Pinterest

Si baiser il y a c’est que la soirée ne s’est pas trop mal déroulée ou que vous êtes bourrée. Ou les 2. Bref, il y a petite attraction physique, un contexte propice et surtout l’envie de voir si vous êtes « vraiment » compatibles. Car le baiser en dit long sur ce qui pourrait se passer par la suite avec ce jeune homme. Trop de salive, trop de dents, trop de gêne ou trop mauvaise haleine, un baiser est souvent le reflet de ce qui peut se passer sous la couette… Ceci dit, attention si vous avez moins de 24 ans, le premier baiser est souvent comme la première baise : parfois trompeur.

  • La Baise
baise
Via Pinterest

Alors pour ce troisième B. nous rencontrons 2 camps distincts : Les pro et les contre, voire archi-contre.

Les pro se disent que si les 2 parties ont envie de se faire plaisir, qu’il y a attraction mutuelle, alors pourquoi pas ?! Les pros peuvent également penser qu’un plan cul peut devenir un plan sérieux. Et que tant qu’à tenter de connaitre l’autre, autant y aller franchement !

Les contre se disent qu’il est hors de question de :

  • Coucher avec un inconnu
  • Passer pour une trainée
  • Ne se laisser la possibilité que d’un plan cul

J’ai connu des anti qui se sont converties, des pro qui se sont rangées du côté des anti, des anti qui le resteront à jamais, des pro qui ne voient aucun mal aux galipettes du premier soir. A chacune ses expériences, ses croyances, et surtout ses envies !

 

Alors quel B choisir pour mettre toutes les chances du côté d’une relation durable ?

Et bien je n’en sais rien (si je le savais, je vous aurais donné la recette et il n’y aurait plus de célibataires malheureux sur cette planète et je serais par la même occasion immensément riche car j’aurais, bien entendu, vendu ma recette. Je m’égare…)!

Bien qu’ayant testé les 3 B à plusieurs reprises, il semblerait qu’il faut arriver à trouver la combinaison idéale entre le bon mec et le bon B.

Bref, c’est une histoire d’équation : le mec A + le 2ème B = Grande histoire d’amour ou le même mec A + Le 1er B = pas de second rencard….

Ayant toujours été nulle en maths, et particulièrement en équation, je ne suis pas prête de trouver la réponse ! Il va donc me falloir encore tenter quelques expériences ou confier mes prochaines décisions amoureuses à un tiers… D’ailleurs, si jamais vous avez la réponse…

 

 

8 ans !

8 ans !

 

gif anniversaire

J’aimerais que ce soit mon âge  (mais j’en suis loin sauf peut-être mentalement !). 8 ans c’est l’âge de mes Tribulations Féminines !

J’étais bloquée sur 6 ans mais non, j’ai écrit mon premier post le 15 novembre 2009…  529 posts plus tard, je suis encore là !

Certes, moins présente mais toujours à l’affût de ce qui se passe sur le web en matière de cosmétique, de mode, d’environnement, de cuisine, de réseaux et bien sûr de vidéos de chatons !

Force est de constater que je passe de plus en plus de temps sur les réseaux sociaux et sur le net. Mes yeux ne me disent pas merci mais ma curiosité oui !

Pourquoi continuer mes tribulations ? Même si j’ai peur de me répéter parfois, ou de ne pas être assez intéressante, je ne peux m’empêcher de venir partager mes petites expériences et discuter avec vous !

J’espère continuer encore longtemps !

A bientôt !

Ce que l’Inde m’a appris

Ce que l’Inde m’a appris

Je suis sortie de ma zone de confort

Partir sac au dos dans un pays étranger sans avoir préparé consciencieusement mon séjour n’est pas mon genre ! Je suis plutôt du genre à tout planifier. Cette fois, je me suis laissée aller ! Je ne connaissais que les grandes lignes de notre voyage et finalement nous avons vécu plein d’expériences que je n’aurais jamais pu imaginer!

sac a dos
Je l’ai fait !

J’ai surmonté mon anxiété

Pas de crise d’angoisse durant le séjour même si je ne savais pas où on allait atterrir le lendemain, même si je n’avais pas mon petit confort quotidien, même si je ne savais pas ce qu’il se passait en France pour mes proches.

J’ai réussi à laisser tous mes tracas quotidiens de côté pour profiter pleinement de mon séjour. Une grande première pour moi.

Je ne vivrai pas dans un ashram

Le but de notre voyage était de décompresser en alternant yoga et méditation. Quoi de mieux qu’un ashram pour nous apprendre les bases des ces pratiques ? Nous voilà donc parties pour passer plusieurs jours dans l’ashram de la célèbre Amma. Assez connue en France, Amma prend les gens dans ses bras et prône l’amour universel. Elle a fondé l’ONG Embracing the world à but humanitaire.

Cette expérience était plutôt…étrange ! Un peu trop sectaire à notre goût. Je ne suis pas du genre à vénérer quelqu’un (bon ok, à part Sebastian Stan !) et tout dans l’ashram est voué au culte de sa gourelle Amma. On parle Amma, on mange Amma, on pratique le yoga d’Amma, on médite Amma…

Nous avons reçu le fameux darshan mais c’était tellement impersonnel que je n’en ai rien retiré. Je préfère être dans les bras de ma mère ! Là je n’ai ressenti aucune émotion. Les « câlins » se faisaient à la chaîne sans même un échange de regard.

Nous ne sommes restées que 3 jours et heureusement car nous avons alors eu du temps pour découvrir Munnar et ses magnifiques paysages.

Munnar

J’aime la nature mais pas trop

Me voilà embarquée dans un trek en pleine forêt pour tenter d’apercevoir la faune locale. Évidemment, nous n’étions pas équipées pour une telle escapade… Mais qu’importe, on prenait quand même nos selfies, gambadant joyeusement entre les arbres… jusqu’à nous rendre compte que le sol était tapi de sangsues.

A partir de ce moment là, nous avons tellement hurlé que nous n’avions plus aucune chance de voir un quelconque animal !

Et bien sûr, je me suis fait mordre par une de ces sales bestioles…. J’aurais encore préféré rencontrer un tigre je crois !

lémurien
on a quand même réussi à entrevoir un petit lémurien…

Je connais mon Dosha

Je suis allée consulter un médecin ayurvédique lors de notre passage à l’ashram. Je voulais connaitre mon dosha (énergies vitales combinant les 5 éléments). Je suis donc Kapha. En gros, je mange et dors trop ! Oui ça c’est bien moi ! Lorsque votre dosha est déséquilibré, c’est synonyme de maladie.

Nous sommes donc ressorties avec tout un tas de potions à base de plantes pour rééquilibrer notre dosha. Bien sûr, nos problèmes d’occidentales ont bien fait rire les indiennes qui nous servaient !

A mon retour en France, j’ai donc commencé à m’intéresser à l’ayurveda, la médecine traditionnelle indienne. Je ferai sans doute un post à ce propos car le sujet est vaste.

Je peux manger épicé

On m’avait dit de retenir « no spicy, no chilly » afin de ne pas mourir étouffée par un piment. J’ai du demander 2 fois si l’assaisonnement était épicé ou non. Le reste du temps je n’y pensais même pas ! Tous les plats sont super relevés et certes, j’avais le palais en feu, mais j’ai tenu le coup ! J’ai même pris goût aux épices que je mélange petit à petit à mes plats.

repas indien
Quand tu ne sais pas trop ce que tu manges

Nous n’avons pas assez de couleurs chez nous !

J’ai apprécié toutes ces couleurs, partout : le sari des femmes, le mur des maisons, les fleurs, les étals de fruits, les épices, les temples. Tout est coloré et ça fait tellement de bien au moral !

épices

J’aime sortir en pyjama

Bon ok, ce pantalon de pyjama ressemblait à ces pantalons amples que toutes les nanas portent en été. Alors pourquoi me priver ? Et puis j’étais en Inde, pas maquillée, rougeaude à cause de la chaleur, transpirante. Bref, personne ne se rendrait compte que mon pantalon était mon pyjama !

Et bien verdict : je rêverais de pouvoir me balader en pyjama plus souvent ! C’est quand même super confortable !

Et ce qu’il y a de sympa en Inde c’est de marcher pieds nus. En pyjama et pieds nus pour visiter un musée, mais c’est top !

Je rêve d’habiter près de la mer

Nous avons voyagé uniquement dans le Kerala, au sud de l’Inde. Nous nous sommes retrouvées au bord de la mer et instantanément je me suis sentie bien. Je crois que la mer a ce côté apaisant qui me manque tant sur Paris.  Les pieds dans l’eau, je me suis dit à plusieurs reprises que j’étais faite pour vivre au bord de la mer.

mer kerala

L’Inde m’a donné envie de connaitre d’autres cultures

Je ne connaissais pas l’Asie. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion de beaucoup voyager jusqu’à présent. Mais ce qui est certain c’est que je renouvellerais l’expérience avec joie !

En conclusion

J’ai adoré ce voyage. J’ai adoré monter en tuk tuk, j’ai adoré manger des trucs inconnus, j’ai adoré rencontrer des gens, j’ai adoré sortir de ma zone de confort, j’ai adoré relativiser, j’ai adoré découvrir un autre univers.

Je suis revenue plus positive. Charge à moi maintenant de garder cette belle énergie.

Positive !

 

Mauvaise attraction

Mauvaise attraction

Je revenais chez moi après avoir passé un super moment avec un « ami », lorsque cette question est devenue évidente : pourquoi suis-je toujours plus attirée par les « mauvais garçons » (entendons par là les hommes qui ne sont objectivement pas faits pour moi) plutôt que par les « mecs bien » (entendons par là les hommes qui ont une vraie considération pour moi) ?

Je venais de passer plusieurs heures en compagnie d’un mec super. Gentil, marrant, attentionné, doux, et me voilà à rentrer chez moi le lendemain en sachant qu’entre nous ça ne le ferait jamais.  Je ne ressentais pas ce petit truc qui vous fait sourire toute seule comme une idiote en pensant à lui.

Mais pourquoi ?!

Le « mec bien » semble toujours parfait sur le papier mais c’est comme s’il était trop lisse. Comme s’il était bien trop prévisible pour moi. J’ai sans doute l’impression que je vais m’ennuyer. A l’inverse, j’aime bien penser que je vais pouvoir « réparer » un homme, que je serai celle qui le fera changer.

Et c’est comme ça que je me tourne toujours vers les torturés, les phobiques de l’engagement, les dérangés émotionnels.

Quand j’étais gamine et que je jouais « à la dame » je m’inventais toujours des histoires d’amour compliquées. Je ne sais toujours pas pourquoi, ni d’où ça me vient.

Sans doute est-ce parce que je suis moi-même un peu torturée pour ne pas dire complètement maso ?! J’ai besoin de frissons, que l’histoire sorte un peu de l’ordinaire, qu’il y ait des rebondissements !! Ai-je été trop gavée aux séries sentimentales étant adolescente ?

Je rêve pourtant d’une vie de famille stable et je ne suis pourtant jamais attirée par un homme qui pourrait me l’offrir.

Quand je regardais Sex and The City j’aurais baffé Carrie de ne pas vouloir faire sa vie avec Aidan. Et pourtant je crois que moi aussi j’aurais tellement préféré Mr Big.

Comment peut-on sincèrement vouloir quelque chose et agir consciemment pour obtenir tout le contraire ?