Des robes plus size pour un mariage

Des robes plus size pour un mariage

Mon frère se marie cet été et je dois me trouver la robe idéale: celle dans laquelle je me sentirai bien tout en étant sur mon 31… Or, quand on est grassouillette, c’est une mission compliquée que de trouver une jolie robe confortable…

Me voilà donc à chercher dans mes sites mode favoris. J’aurais pu vous en montrer plus mais j’ai mes critères… Manches pour cacher les bras, assez longue pour cacher les genoux, pas trop couvrante, bref, j’ai eu du mal à faire cette sélection !

Je compléterai cette sélection avec mes nouvelles trouvailles! et N’hésitez pas si vous connaissez des bons plans pour de jolies robes !

(Cliquez sur les légendes pour accéder aux sites)

Robe cache-cœur Mango-Violeta 89.99 €
Robe dentelle Boden 80€
Robe Asos 73.99 €
Robe Asos 113.99 €
Robe Persun 121.50 €
Rober Forever 21 27€
Marks and Spencer 99.95 €
L’amour encore

L’amour encore

Suite à une discussion très sérieuse avec un ami proche, je me suis vraiment demandé si je ne vivais pas encore dans le monde des bisounours de l’amour.

Il m’expliquait en effet, que l’amour le rendait un peu « fou », qu’il en avait trop souffert et qu’il préférait vivre une relation « sereine » avec une jeune femme que certes il n’aime pas d’amour mais avec laquelle il est très complice.

Alors, doit-on, après un certain nombre de relations amoureuses plus ou moins foireuses, faire le deuil du sentiment amoureux pour se contenter d’une relation avec une personne pour qui on ressent « juste » de la tendresse, de l’amitié, voire un certain attachement ?

En bref, vaut-il mieux sortir avec un(e) bon(ne) ami(e) que de continuer à rechercher le grand amour ?

Vous m’auriez posé la question il y a encore peu et j’aurais bondi : bien évidemment qu’il faut attendre le grand amour, je ne vais pas me mettre avec un mec uniquement pour ne pas être seule !

Je bondis encore mais je suis plus modérée car je comprends maintenant que le sentiment amoureux peut en effrayer plus d’un.

Mais pourquoi cette peur ? Parce que l’amour nous bouleverse, que nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes, que nos certitudes volent en éclats, que nous sommes tout entier tourné vers une personne ? Et surtout parce que nous avons déjà souffert ?

C’est vrai que ça peut parfois donner le vertige. Mais en écrivant tout cela, je ne peux que rester sur mes positions : que c’est bon d’être amoureux.

Alors bien que cette conversation m’ait fait réfléchir et qu’elle continue de me trotter dans la tête, je ne me vois pas (du moins, pas encore !) me mettre en couple avec une personne pour laquelle je n’aurais pas de vrai sentiment amoureux.

Je crois que je m’en voudrais. Que je ne me sentirai pas légitime. Qu’au fond de moi je n’arriverais pas à me  « contenter » de cette situation. J’en veux plus. Je veux des papillons dans le ventre, je veux être bouleversée, je veux croire qu’il y a une personne pour moi et qu’aucune autre ne pourra la remplacer.

Est-ce que je vis dans un monde irréaliste pour autant ? Je ne pense pas. Je sais que l’amour change. Qu’on n’aime pas à 20 ans comme on aime à 40. Mais l’amour est là. Et l’amour aucun sentiment ne peut le remplacer dans un couple.

Je pourrais être avec quelqu’un, ne plus supporter la solitude quand elle fait mal, retrouver le soir une personne à qui parler, faire plus de trucs le week-end. Et tant pis si je ne l’aime pas vraiment. Il est sympa après tout, je ne souffrirai plus des affres de la passion…

Oui, j’aurais pu prendre cette décision de me mettre en couple car c’est la norme. Car ce n’est pas bien vu d’être seule à mon âge. Car ce serait chouette de dire « nous ».

Mais non. Si je suis seule aujourd’hui c’est que je n’ai pas encore rencontré celui qui me renverse. Celui qui sort du lot. Celui qui est certes un ami mais bien plus encore. Celui avec qui je souhaite prendre des risques et tant pis si je fonce droit dans un mur.

Alors oui, j’avoue : je suis sans doute trop fleur bleue mais je n’arrive pas à changer au fond de moi : je veux le grand amour !

Que celui qui n’en rêve plus au fond de lui me jette le premier stylo !

Les saveurs du Sichuan

Les saveurs du Sichuan

Des restaurants chinois à Paris, j’en ai fait quelques-uns ! Grâce à mon amie S. qui tient le blog Paris et ses chinoiseries, j’ai découvert la variété de la cuisine chinoise, bien loin des traiteurs traditionnels.

Cuisine cantonaise,  pékinoise, sichuanaise, la Chine est forte de sa diversité. J’ai goûté aussi à pas mal de trucs « bizarres » comme les langues de canard ou les pattes de poulet frit… Je ne recule devant rien (ok, presque rien car pour l’instant les soupes de tripes ou de sang  de porc j’évite !)

C’est donc avec plaisir que je suis allée découvrir le restaurant Les Saveurs du Sichuan avec S. la connaisseuse ! Je me laisse toujours guidée par son instinct pour choisir les plats, n’y connaissant pas grand-chose !

C’est un très joli restaurant, bien décoré où se mêlent français et asiatiques venus déguster des plats riches mais raffinés.

Nous avons eu la chance de goûter à plusieurs plats comme les raviolis, les nouilles de sarrasin au porc haché, ou le bar servi en marmite.

Bar en marmite
Bar en marmite

 

Ce dernier plat est plutôt épicé et j’étais bien contente de me jeter sur le poulet Kunpao aux cacahuètes pour apaiser mon palais ! Ce dernier est servi dans un petit « panier » fait de nouilles à déguster également !

poulet aux cacahuètes
poulet aux cacahuètes

 

Pour le dessert, la propriétaire nous a fait goûter son dessert  favori : le Ciba. Ce sont de petites bouchées de riz gluant frit, saupoudrées  de sucre roux et accompagnées d’une sauce au chocolat pour le côté fusion. Un « vrai » dessert dans un restaurant chinois, ça mérite d’être souligné !

Ciba
Ciba

 

Ce qui est également à noter est l’absence de glutamate dans les plats. Un très bon point car il est rare de déguster des plats sans glutamate dans les restaurants asiatiques.

Les propriétaires, un jeune couple issu du Sichuan qui se sont rencontrés sur Paris, sont fort sympathiques et vous feront découvrir avec plaisir leurs plats.  N’hésitez pas à demander conseil et à épicer plus ou moins vos plats.

Les saveurs du Sichuan

14, rue Friant

75014 Paris

Tel. : 01 71 60 10 78 

 

 

Les bons plans make-up : un gant à démaquiller à petit prix (et efficace !)

Les bons plans make-up : un gant à démaquiller à petit prix (et efficace !)

gant-demaquillage

Mon amie Isa qui tient le salon Cils Lab à Paris me fait souvent découvrir de super produits (elle sait comment me remonter le moral !).

Il y a quelques mois elle m’a fait découvrir le gant à démaquiller de la marque Cout’cœur. C’est un petit gant en microfibre qui ne nécessite aucun produit démaquillant.

J’étais un peu sceptique au départ car j’aime vraiment me sentir bien démaquillée et avoir la peau sans résidus de maquillage. J’avais lu des avis sur la serviette démaquillante Sephora qui n’avait pas l’air extraordinaire.

Mais à la première utilisation j’ai pu constater son efficacité ! Ce truc est génial ! Ca enlève parfaitement le maquillage et toutes les impuretés. Preuve en est le coton de lotion plus blanc que blanc que je passe après le démaquillage.

gant-demaquillant-magique-en-microfibre-cout-coeur-1

Je n’utilise donc plus que ce petit gant très pratique pour me démaquiller. Un vrai plaisir sous la douche. Il suffit de le passer sous l’eau tiède et de le passer sur le visage. Pour les yeux je prends toujours un coton avec la gelée démaquillante apaisante de Mixa mais le gant est tout aussi efficace et n’arrache pas les cils.

Au bout de quelques mois d’utilisation je remarque que j’ai les pores moins dilatés et surtout que j’ai moins d’imperfections.

Je le nettoie chaque soir avec un peu de savon et une fois par semaine je le mets à la machine pour qu’il ressorte nickel.

Le seul hic c’est qu’on ne trouve pas ce gant miracle partout. J’ai de la chance car ma pharmacie est distributrice. Sinon on peut le trouver sur Amazon. Il coûte entre 6 et 9 €.

L’hiver m’a tuer

L’hiver m’a tuer

0d5137fd4cf2648135e7bc77b9c157f0

Pas simples ces derniers mois. Des hauts des bas (plus souvent des bas que des hauts d’ailleurs), un boulot qui ne me donne aucun grain à moudre intellectuel, une vie amoureuse proche du néant, le froid qui me paralyse, une envie de dormir qui ne me quitte pas. Bref, une déprime saisonnière qui ne me laisse pas de répit. Je ne cuisine plus, je n’écris plus, je mange n’importe quoi, j’ai abandonné le sport, je me couche super tôt, je fais des siestes à rallonge tous les week-ends, je ne fais presque plus attention à moi.

Mais je sais que ça ne peut pas durer et que je vais devoir sortir petit à petit de ce néant pour me retrouver. Comme revenir à la vie en quelque sorte.

Mais par quoi commencer ? Mon alimentation, le sport, les sorties, les fringues, le make-up que je néglige complètement ? Je sais que je ne dois pas m’embarquer dans un « programme » que je ne tiendrais pas ! Chi va piano, va sano !

J’ai donc déjà prévu de m’occuper de mon blog et de ma petite personne en premier lieu.

Pas de gros changements à l’horizon mais quelques petites règles à tenir si je veux sortir la tête de l’eau progressivement.

Je pensais à un rythme d’un article / semaine sur le blog. Même quelques lignes, je suis sûre que ça me ferait du bien. Et ça me touche toujours les petits mots d’encouragement ! Ecrire a toujours été source de réconfort pour moi.

93a74e4e386fb17ec0666c527b4d1056

Côté petite personne j’ai des tas de trucs à rattraper. Je fais concurrence au yeti, mes cheveux veulent mener leur propre vie, mes ongles se cassent à la moindre occasion, mes pieds me supplient de m’occuper un peu d’eux. Bref, rien à voir avec la Marion qui d’habitude prend soin d’elle et qui s’accorde un dimanche « spa » chaque semaine. J’ai une telle flemme que je laisse tout en friche en espérant que ça ne se remarque pas trop. Je n’ai plus l’énergie pour prendre soin de moi.

Alors je fais des petits trucs, jour après jour. Je recommence à mettre de la crème hydratante sur mes gambettes, je vais prendre rdv chez le coiffeur (là c’est lui qui va devoir bosser), je me prévois une pédicure maison un dimanche.

Côté cuisine je ne me sens pas encore d’attaque pour me préparer de bons petits plats ni pour me remettre une énième fois au régime. Je vais déjà essayer de manger moins et de supprimer les cochonneries, ce sera un bon début !

Côté moral j’essaye aussi de positiver même si ce n’est pas tous les jours facile. Mais j’ai la chance d’avoir une vie plutôt stable, d’être entourée et même si ce n’est pas la vie dont je rêve, je m’accroche.

 

Et vous, quels sont vos remèdes pour sortir de la crise hivernale ?

 

Au fond du gouffre

Au fond du gouffre

effondrer

Mon anxiété est de retour. La dépression l’accompagne. Dans ces moments je n’ai plus envie de rien.

Plus envie d’écrire alors que ça me fait tellement de bien normalement. Plus envie de sortir. Plus envie de faire semblant d’être bien. Plus envie de voir du monde.

Mon boulot me pèse. Il me fait honte. J’ai honte car je suis surqualifiée pour ce poste. J’ai honte qu’on me demande des tâches que j’aurais pu faire il y a 10 ans en début de carrière. J’ai honte de me sentir transparente. J’ai honte de m’ennuyer à longueur de journée. J’ai honte de m’être mis dans cette situation. J’ai honte de moi.

Ma vie privée n’est pas une réussite. Je n’ai pas eu de relation sérieuse depuis des années. Je ne rencontre que des hommes qui semblent uniquement s’intéresser à mon tour de poitrine. J’ai honte d’attirer ce genre de personne.

Mon poids est catastrophique. Je tente tant bien que mal de suivre un régime. Le moindre écart me fait prendre du poids. J’ai honte de ne pas arriver à me contrôler.

Alors que faire dans ces moments de dépression ? Se laisser aller et sombrer ? Se mettre un coup de pied au cul ? Tout laisser tomber ? J’aimerais avoir la solution. J’aimerais m’en sortir. J’aimerais qu’il m’arrive enfin quelque chose de bien sans avoir à me battre. Une petite aide, une toute petite main tendue. Mais la vie ne nous donne rien sans rien. Il faut se battre toujours. La vérité c’est que nous seuls pouvons nous sauver. Dans l’adversité, nous sommes seuls à pouvoir nous en tirer. Mais comment ?

Demander de l’aide

Il y a petite déprime et dépression. Il faut savoir faire la différence car la dépression est une vraie maladie qui demande l’aide d’un professionnel. Si vous n’avez plus envie de rien, si vous vous sentez fatigué, que vous n’avez plus envie de sortir, que vous avez des problèmes alimentaires, que vous dormez mal, que cette situation dure depuis plusieurs semaines, n’hésitez pas à consulter. Il ne faut pas avoir peur de sauter le pas. Car plus on attend, plus on s’enfonce et plus difficile est la remontée.

Faire des projets et agir

Des petits projets, des grands, peu importe. Ca peut être économiser pour s’offrir un week-end au bord de la mer. Ca peut être désencombrer son appart petit à petit. Ca peut être se prendre une journée juste pour soi. Avoir des projets occupe l’esprit de façon positive.

Si c’est une situation qui vous rend malheureux, alors il faut agir pour inverser la tendance. Chercher un nouveau boulot, se laisser convaincre de rencontrer une nouvelle personne,…  Agir c’est ne pas sombrer, c’est déjà botter le cul à la dépression.

Se faire câliner

Dans les séries américaines, ils se prennent tout le temps dans les bras. Pour un rien, ils se jettent dans les bras les uns des autres. En France on est plus pudiques. Moins dans l’effusion. Et pourtant se faire prendre dans les bras pour un câlin c’est juste réconfortant. Un instant de douceur dans un monde de brutes.

Sortir

Rester enfermer chez soi semble être la meilleure solution quand rien ne va. Pas envie de bouger, pas envie de voir du monde qui nous étale son bonheur en pleine gueule, pas envie de rencontrer de nouvelles personnes. Et pourtant. Rester chez soi c’est s’isoler encore plus. S’isoler et ruminer.

Pas besoin de sortir en boite ou de faire une méga fiesta. Il suffit juste d’aller se balader, de prendre l’air, de sortir diner au resto avec ses amis proches. Quelques petits pas pour sortir de son isolement.

Régresser

Parfois la vie d’adulte et ses responsabilités semblent insurmontables. On a juste envie de rester sous la couette et de ne plus faire face à son boulot, ses difficultés. Malheureusement, ce n’est pas si facile. Les responsabilités nous rattrapent toujours. Mais on peut s’accorder une journée de régression totale. Gâteaux régressifs, séries débiles, larvage sur canapé sous la couette, rester en pyjama toute la journée.  Une journée de régression pour faire face à notre vie d’adulte dès le lendemain.

 

S’éloigner des personnes toxiques

Ah ils sont beaux les réseaux sociaux, ces jolis comptes remplis de photos de filles parfaites qui semblent avoir tout pour elles. Quand on se sent mal, on a tendance à se comparer facilement aux autres et donc à se dévaloriser. Pas la peine de rajouter à sa souffrance en compulsant frénétiquement son compte insta ou tumblr remplis de mantras pour gens parfaits. Prendre un peu de recul et se dire que chacun à ses problèmes et que, non, on n’est pas nul parce qu’on n’est pas au régime 24h/24, qu’on ne fait pas de yoga, que notre petit-déjeuner ressemble plus à de la bouillie qu’à un bowl cake, que nous n’avons pas de chéri pour nous offrir un week-end. On a d’autres qualités, d’autres valeurs.

Je ne dis pas qu’il faut s’entourer uniquement de personnes qui ne vont pas bien, au contraire. Mais de personnes bienveillantes. Qui sauront vous écouter et vous conseiller. Qui prendront de vos nouvelles. Sur lesquelles vous pourrez vous reposer. Un jour, c’est vous qui leur viendrez en aide.

Garder son sens de l’humour

Ce qui me sauve lors de mes moments de dépression c’est mon sens de l’autodérision. Parfois rien ne va. Tout part tellement en live que c’en est drôle. Pas toujours facile de rire de sa situation je vous l’accorde mais rire c’est se faire du bien à l’âme. Vous n’arrivez pas à rire de votre situation ? Pas de souci, on peut toujours de moquer gentiment des autres (si, si c’est autorisé en thérapie !!!). Voir les profils adopte de certains mecs, croyez moi ça vaut une franche partie de rigolade.

exister

Je sais combien ces conseils semblent difficiles à suivre quand on traverse une période vraiment difficile. Je n’ai moi-même pas toutes les clés pour sortir de ces moments où tout semble insurmontable. J’essaye de trouver ce qui me va le mieux. De faire des petits pas. Je crois que chacun doit trouver la ressource intérieure nécessaire pour ne pas sombrer. Il y aura toujours des personnes pour vous trouver pathétique car vous êtes « trop » fragile. Peu importe. L’important c’est de s’écouter. Vous seul savez quand vous pouvez faire face ou quand c’est trop difficile. Vous seul détenez les clés.

 

Les bons gifs de la semaine spécial loose

Les bons gifs de la semaine spécial loose

Quand je me rends compte de la triste réalité
image

Quand on me demande mon état d’esprit du moment
image

Quand je n’ai vraiment pas le cœur à faire la fête
image

Quand je refuse les conseils d’optimiste de mon amie N.
image

Quand je rêve de ce que je pourrais faire si j’étais riche
image

Quand on me demande ce qui ne va pas dans ma vie
image

Quand je passe mes week-ends chez moi
image

Quand je dois quémander du travail au bureau
image

Quand je me prépare à aller au boulot
image

Quand on me demande comment je vais
image